17.9 C
Bruxelles
mardi, juillet 16, 2024
AccueilFrançaisACTUALITEPremière personne : "Nous voulons être inclus"

Première personne : « Nous voulons être inclus »

Publié le

Nicholas Herd est un militant de L’Arche Canada, qui fait partie d’une organisation internationale à but non lucratif œuvrant pour l’inclusion des personnes ayant une déficience intellectuelle.

Il participe à la Conférence des États parties de l’ONU à la Convention relative aux droits des personnes handicapées qui se déroule au siège de l’ONU à New York.

« J’ai vécu avec la discrimination pendant une partie de ma vie. Quand j’étais jeune et en grandissant, j’ai été victime d’intimidation à cause de mon handicap. Mais maintenant, je peux utiliser cette voix, celle de l’enfant que j’étais, pour être entendue, de plus en plus fort. Je peux le crier au sommet d’un immeuble ou du haut d’une montagne, plus grand que l’ONU pour que les personnes handicapées soient incluses à la table.

C’est à quel point notre voix devrait être grande dans le monde.

C’est la raison pour laquelle nous sommes ici aux Nations Unies. Nous voulons être inclus.

C’est ma première fois à l’ONU. Je me suis senti un peu ému hier parce que je ne pouvais pas croire que je suis ici en train de faire ça.

L’inclusion et les Oscars

Ce qui m’inspire dans mon travail, c’est l’animation dans film. J’ai grandi avec les films Disney, Pixar et Marvel, mais j’ai toujours senti qu’il manquait quelque chose. vous ne voyez pas une personne atteinte du syndrome de Down, ce qui est un peu ennuyeux.

Mais maintenant vous pouvez avec Oiseau libre un court métrage d’animation dont je suis le directeur créatif.

Il est sorti le Journée mondiale de la trisomie 21 en 2021. Cela m’a vraiment fait plaisir quand je l’ai vu pour la première fois sur YouTube, puis nous nous sommes qualifiés pour les Oscars 2022.

Vous pouvez voir une personne atteinte du syndrome de Down dans le court métrage ; vous pouvez obtenir les faits et oublier les mythes.

Le mythe que je veux vraiment briser le plus concerne les personnes ayant une déficience intellectuelle qui ont été institutionnalisées. Ils ne devraient pas avoir honte ou honte d’être qui ils sont.

Nick Herd, consultant créatif, sur le tournage d’un court métrage pour L’Arche Canada et USA, en mars 2022.

Je suis également dans un programme de théâtre appelé Sol Express à Toronto, et une pièce intitulée Les oiseaux me font penser à la liberté était dirigée par des survivants institutionnalisés.

J’ai récemment interviewé certains d’entre eux dans mon talk-show, Rester réel avec Nick. J’ai parlé aux survivants pour obtenir des informations qui pourraient aider à la production de la pièce. Après moi et d’autres Sol Express les membres ont parlé avec eux, nous en avons fait une production, non pas sur eux, mais avec eux. C’est l’inclusion.

Il y avait un survivant que j’ai interviewé qui a partagé ce que c’était que d’être libre. Il se souviendrait d’avoir été dans l’établissement et d’avoir vu les oiseaux à l’extérieur. C’était difficile d’entendre ce genre d’histoire parce qu’il n’avait pas le genre de liberté d’aller où il voulait.

Personne ne devrait être laissé pour compte, y compris les personnes ayant une déficience intellectuelle et qui ont été placées en institution. Maintenant, nous pouvons les aider à être inclus et à participer.

Chacun apporte quelque chose de différent

Tout le monde peut participer et contribuer au débat sur le handicap ; nos voix se font entendre à la table et à différentes tables, où tout peut être plus inclusif, avec plus de sensibilisation et plus de participation, où tout le monde peut participer à des réunions ou même à des talk-shows. Nous avons le droit d’avoir un talk-show. Nous avons le droit de travailler.

Nick Herd (à droite) et son collègue Warren Pot de L’Arche Canada sont interviewés aux Nations Unies.

J’aime mon travail et j’aime être ici. Le message qui en découle est la raison pour laquelle nous sommes aux Nations Unies, parlant de liberté, d’inclusion, de sensibilisation et, bien sûr, d’éducation.

Plus de travail doit être fait. Je ne l’ai pas encore vu, mais j’espère le voir éventuellement.

Je vis avec mes parents et j’ai la liberté d’aller et venir. C’est quelque chose que j’ai vécu toute ma vie. Faire partie d’une famille ou faire partie de quelque chose de plus grand, vous vous sentez plus accepté. Je suis un oncle et j’ai une nièce, et ma sœur attend un petit garçon. La meilleure partie est que j’ai hâte de rencontrer le petit gars.

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Prix fédéral de lutte contre la pauvreté : les candidatures sont ouvertes !

Créé le 4 juillet 2008 dans le cadre du premier Plan fédéral de lutte...

Émission de nouveaux bons d’État le 16 septembre 2024

Le mercredi 4 septembre 2024, le bon d'État à 1 an de septembre 2023...

Rapport d’allocation et d’impact des OLO vertes pour 2023

L’Agence fédérale de la Dette a le plaisir de présenter le rapport d’allocation et...

Conférence de presse sur la Fête nationale – Mardi 16 juillet 2024

La ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden, la ministre de la Défense Ludivine Dedonder et...

autres articles

Prix fédéral de lutte contre la pauvreté : les candidatures sont ouvertes !

Créé le 4 juillet 2008 dans le cadre du premier Plan fédéral de lutte...

Émission de nouveaux bons d’État le 16 septembre 2024

Le mercredi 4 septembre 2024, le bon d'État à 1 an de septembre 2023...

Rapport d’allocation et d’impact des OLO vertes pour 2023

L’Agence fédérale de la Dette a le plaisir de présenter le rapport d’allocation et...