24.7 C
Bruxelles
lundi, juillet 15, 2024
AccueilFrançaisACTUALITEUne enquête montre que les ménages sont prêts à adopter des modes...

Une enquête montre que les ménages sont prêts à adopter des modes de vie plus verts, mais que le coût et la commodité sont essentiels

Publié le

Alors que les ménages sont prêts à adapter leur comportement pour adopter des modes de vie plus écologiques, les gouvernements doivent faire beaucoup plus pour encourager des choix plus durables. Selon une nouvelle analyse de l’OCDE, il est essentiel de rendre les options respectueuses de l’environnement plus abordables et pratiques et de créer des incitations concrètes au changement de comportement.

À quel point le comportement des ménages est-il écologique ? Des choix durables en temps de crises interdépendantes analyse les réponses à la troisième enquête de l’OCDE sur les politiques environnementales et le changement de comportement individuel (EPIC). Il dit que – compte tenu des pressions importantes sur le climat et environnement de la consommation des ménages – les gens devraient avoir un accès plus facile à des options durables et de réelles incitations à faire des choix qui peuvent réduire les empreintes environnementales, allant de la capacité des ménages à choisir l’électricité produite à partir de sources renouvelables ou à charger facilement les batteries des véhicules électriques.

La disponibilité et la faisabilité doivent être complétées par l’abordabilité et la commodité – par exemple, l’amélioration des transports publics grâce à des services plus fréquents, une meilleure couverture du réseau et des tarifs plus bas. Les récompenses pour un comportement plus écologique peuvent également favoriser des habitudes durables ; par exemple, les acheteurs apportant des contenants réutilisables pourraient bénéficier de réductions sur des produits alimentaires durables. De même, il est important de veiller à ce que les alternatives plus durables sur le plan environnemental ne soient pas réservées à de petits segments de la population, tels que les ménages à revenu élevé, les propriétaires et les personnes vivant dans des logements individuels, mais également aux ménages à faible revenu, aux locataires et à ceux qui vivent dans les immeubles à appartements.

Sur plus de 17 000 ménages interrogés dans neuf pays dans le cadre de l’enquête EPIC, plus de la moitié des personnes interrogées s’attendent à ce que le changement climatique et les problèmes environnementaux réduisent la qualité de vie des générations actuelles et futures. Les deux tiers (65 %) indiquent qu’ils sont prêts à faire des compromis personnels sur leur mode de vie au profit de l’environnement. Cependant, pour de nombreux répondants, ces compromis ne devraient pas entraîner de coût financier ; 63% des répondants ont convenu que les politiques environnementales ne devraient pas imposer d’argent supplémentaire. Environ 40 % des répondants étaient d’accord avec ces deux déclarations, ce qui indique un défi probable pour les gouvernements dans la mise en œuvre de mesures axées sur la demande.

« Cette enquête montre que la disponibilité, l’abordabilité et la commodité sont les principaux facteurs qui poussent les gens à prendre des décisions respectueuses de l’environnement, et il y a encore beaucoup de place à l’amélioration », Directrice de l’environnement de l’OCDE, Jo Tyndall a dit. « Les gouvernements devraient chercher à éliminer les obstacles aux choix durables et à améliorer les incitations à faire ces choix. Les ménages ont besoin d’un meilleur accès à toutes sortes d’options plus durables – des transports en commun améliorés et des bornes de recharge de voitures accessibles aux énergies renouvelables et aux services de collecte pour différents types de déchets.

L’enquête, qui fait suite aux précédentes enquêtes EPIC de l’OCDE en 2008 et 2011, a été menée à la mi-2022 auprès de ménages en Belgique, au Canada, en Israël, en France, aux Pays-Bas, en Suède, en Suisse, au Royaume-Uni et aux États-Unis. Dans l’ensemble, 42 % des répondants déclarent que la sécurité personnelle est une question très importante et 41 % déclarent que les préoccupations économiques sont très importantes. En comparaison, 35 % pensent que le changement climatique ou d’autres problèmes environnementaux sont très importants. Les préoccupations concernant le changement climatique et l’environnement ont tendance à être plus élevées chez les femmes, les répondants plus âgés et ceux qui ont fait des études supérieures.

Les autres principales conclusions de l’enquête comprennent :

  • Énergie: Les gens sont plus susceptibles de prendre des mesures d’économie d’énergie qui nécessitent peu d’efforts, comme éteindre les lumières en quittant une pièce (92 % des répondants) plutôt que des comportements plus difficiles à adopter, comme réduire au minimum le chauffage ou la climatisation (68 % ). L’adoption des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique est plus limitée même lorsque des options sont disponibles. Parmi les ménages pour lesquels l’installation est possible, moins d’un tiers ont installé des pompes à chaleur (30%), des panneaux solaires (29%) et des batteries de stockage (27%).
  • Transport: La plupart des ménages utilisent encore des voitures à carburant fossile, 75 % d’entre eux déclarant qu’au moins un membre du ménage en utilise une régulièrement. Parmi les usagers réguliers de la voiture, 54 % ont déclaré qu’ils conduiraient moins si les transports publics étaient meilleurs, par exemple s’ils étaient moins chers, plus fréquents ou plus répandus. Le manque d’infrastructures de recharge semble rester un obstacle à l’adoption des véhicules électriques, 33 % des répondants déclarant qu’il n’y a pas de bornes de recharge à moins de 3 km de leur lieu de résidence.
  • Déchets: De nombreux ménages utilisent des sacs à provisions réutilisables (83 %) mais moins achètent des articles d’occasion (37 %) ou louent des biens là où cela pourrait être une option viable (20 %). Les ménages ayant accès au dépôt et à la collecte sélective en bordure de rue produisent en moyenne 26 % et 42 % moins de déchets mixtes que les ménages sans ces services, ce qui souligne l’importance de l’accès à des options pratiques. Les ménages payants pour les déchets en mélange compostent 55% de leurs déchets alimentaires contre 35% pour ceux qui ne sont pas facturés. 16 % des ménages se débarrassent des appareils électriques et électroniques dont ils ne veulent plus avec leurs déchets mixtes.
  • Nourriture: L’abordabilité, le goût, la fraîcheur et la valeur nutritive sont plus importants pour les répondants que les considérations environnementales lors de l’achat d’aliments. Les produits laitiers sont les produits animaux les plus consommés, 69 % des ménages déclarant en consommer plusieurs fois. Dans l’ensemble, 24 % des ménages déclarent manger de la viande rouge plusieurs fois par semaine, et moins de la moitié des répondants seraient prêts à remplacer la viande par une alternative cultivée en laboratoire.
  • COVID 19: Alors que la pandémie a entraîné des changements durables dans certains comportements comme le travail à domicile, d’autres comportements liés à l’environnement ont eu un impact moins durable. 57 % des répondants s’attendent à voler autant après la COVID qu’avant et seulement 28 % s’attendent à voler moins. En ce qui concerne les habitudes alimentaires, 29 % s’attendent à manger moins souvent au restaurant après la COVID et 17 % s’attendent à le faire plus souvent. De même, 25 % s’attendent à commander moins souvent des plats à emporter, tandis que 15 % prévoient le faire plus souvent. Les ménages ont massivement déclaré que leurs volumes de déchets mixtes et recyclables n’avaient pas changé depuis la pandémie.

Cette dernière enquête EPIC a eu lieu alors que les questions environnementales sont devenues des priorités politiques. Les innovations technologiques signifient que les énergies renouvelables sont désormais moins chères que l’électricité à base de combustibles fossiles dans de nombreux pays, que les véhicules électriques sont plus disponibles et abordables, et que les solutions basées sur des applications peuvent réduire le gaspillage alimentaire et permettre le partage de biens et de services entre pairs.

Le soutien exprimé aux politiques environnementales varie selon le type d’instrument politique considéré et il est également lié aux attitudes environnementales des gens. Par exemple, le soutien est généralisé pour les mesures basées sur l’information et structurelles, mais systématiquement plus faible pour les taxes ou les redevances. Les personnes plus préoccupées par l’environnement expriment un plus grand soutien pour toutes les politiques environnementales étudiées que celles qui sont moins préoccupées.

Téléchargez le rapport : À quel point le comportement des ménages est-il écologique ?

En savoir plus sur l’OCDE Enquêtes EPIC auprès des ménages

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Prix fédéral de lutte contre la pauvreté : les candidatures sont ouvertes !

Créé le 4 juillet 2008 dans le cadre du premier Plan fédéral de lutte...

Émission de nouveaux bons d’État le 16 septembre 2024

Le mercredi 4 septembre 2024, le bon d'État à 1 an de septembre 2023...

Rapport d’allocation et d’impact des OLO vertes pour 2023

L’Agence fédérale de la Dette a le plaisir de présenter le rapport d’allocation et...

Conférence de presse sur la Fête nationale – Mardi 16 juillet 2024

La ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden, la ministre de la Défense Ludivine Dedonder et...

autres articles

Prix fédéral de lutte contre la pauvreté : les candidatures sont ouvertes !

Créé le 4 juillet 2008 dans le cadre du premier Plan fédéral de lutte...

Émission de nouveaux bons d’État le 16 septembre 2024

Le mercredi 4 septembre 2024, le bon d'État à 1 an de septembre 2023...

Rapport d’allocation et d’impact des OLO vertes pour 2023

L’Agence fédérale de la Dette a le plaisir de présenter le rapport d’allocation et...