13.4 C
Bruxelles
mardi, septembre 26, 2023
AccueilFrançaisACTUALITELa chaise électrique, l'électroconvulsivothérapie psychiatrique (ECT) et la peine de mort

La chaise électrique, l’électroconvulsivothérapie psychiatrique (ECT) et la peine de mort

Publié le

Le 6 août 1890, une forme d’exécution appelée la chaise électrique a été utilisée pour la première fois aux États-Unis. La première personne exécutée fut William Kemmler. Neuf ans plus tard, en 1899, la première femme, Martha M. Place, a été exécutée dans la prison de Sing Sing.

Mais ce n’est que 45 ans plus tard, en 1944, qu’un garçon de 14 ans nommé George Stinney a été exécuté. Ce jeune homme noir a été reconnu coupable du meurtre de deux filles et a été immédiatement condamné par un tribunal entièrement blanc à mourir brutalement sur la chaise électrique. Le plus curieux est que cette attaque brutale contre les droits de l’homme a eu son épilogue en 2014 lorsqu’une cour d’appel, grâce à une organisation de défense des droits des Noirs, qui a fait examiner les preuves de cette affaire, l’a déclaré innocent, non pas non coupable, mais innocent.

À la fin des années 1980, travaillant comme documentariste, j’ai eu l’occasion de participer à un documentaire sur les formes de mort et parmi eux, l’un des plus choquants a sans doute été de voir le processus par lequel une personne était assise sur une chaise et son les membres étaient attachés à la chaise avec des sangles. Ensuite, une attelle a été placée dans sa bouche pour qu’il n’avale pas sa langue et ne s’étouffe pas pendant les convulsions, ses yeux ont été fermés, de la gaze ou du coton a été placé dessus, puis le ruban adhésif a été appliqué pour qu’ils restent fermés.

Au-dessus de sa tête, un casque relié par des fils à un réseau électrique et enfin la terrible torture de le faire frire fut mise en pratique. Sa température corporelle montait à plus de 60 degrés et, après avoir subi de terribles convulsions, dû se soulager et avoir subi une série de vomissements qui, à cause de l’attelle et d’une sorte de sangle attachée à son menton, ne laissaient sortir qu’une mousse blanche. les coins de sa bouche, il mourrait. C’était considéré comme une mort sans cruauté, étant donné qu’à la fin du XIXe siècle, elle remplaçait la pendaison, qui était apparemment atroce.

Aujourd’hui, la pratique n’est plus utilisée, bien que certains États américains, dont la Caroline du Sud, la donnent souvent en option aux prisonniers. Il n’y a aucune preuve de son utilisation aujourd’hui, bien que des méthodes similaires soient utilisées dans certaines des tortures documentées menées par les services centraux de renseignement ou des mouvements terroristes à travers le monde. La torture par courant alternatif ou continu figure toujours parmi les dix méthodes les plus couramment utilisées.

En d’autres termes, l’utilisation de l’électricité comme forme de mort ou de torture pour obtenir des informations est fondamentalement déjà classée comme une infraction aux droits de l’homme partout dans le monde, y compris dans les pays les plus radicaux de la planète, qui signent souvent les différentes chartes des Nations unies condamnant de telles les pratiques.

Pourquoi, alors, une armée de psychiatres à travers le monde persiste-t-elle à perpétuer une pratique condamnée par nombre de leurs confrères, en violation des directives et recommandations de l’Organisation mondiale de la santé, des Nations unies et même des diverses organisations liées à la l’Union européenne dans ce domaine ? Qu’essayent-ils de prouver ?

En 1975, à l’Oregon State Hospital de Salem, un hôpital psychiatrique qui existe encore aujourd’hui, les intérieurs de l’un des films les plus emblématiques de l’histoire ont été tournés : Quelqu’un a survolé un nid de coucou. Film culte, il est classé 33ème sur les 100 meilleurs films du 20ème siècle. Ce n’est pas ici le lieu de développer l’intrigue, mais celle-ci nous emmène dans la vie d’un hôpital psychiatrique où des thérapies électroconvulsives sont pratiquées dans les années 1960.

L’intrigue se déroule en 1965 et décrit le traitement des patients du centre. Les infirmières violentes sont obsédées par le contrôle des patients. Des médecins qui les utilisent pour des expériences et surtout pour réprimer ce qu’ils considèrent comme leur agressivité. L’électroconvulsion et surtout sa cousine germaine la lobotomie font partie, dans ce film, de ce que faisait la classe psychiatrique à cette époque, et même bien des années plus tard.

Au final, la scène, qui se répète encore aujourd’hui dans de nombreuses parties du monde, est toujours la même. Le patient est traité comme un prisonnier, il est privé de toute possibilité d’avoir son mot à dire sur ce qui va lui arriver, et c’est un juge, jouant à Pilate, qui se lave les mains d’une simple feuille de papier précisant que ce sujet , cette personne, est malade mentalement et qu’il a besoin de cette thérapie, selon le psychiatre de garde.

Ils sont assis sur une chaise, ou étendus sur une civière, indifférents, s’ils sont relativement conscients et ne sont pas bourrés d’antidépresseurs et de tranquillisants, et des électrodes sont attachées à la peau de leur tête, à travers laquelle le courant est fourni, sans savoir ce que la thérapie produira. Un morceau est même placé dans leur bouche pour les empêcher d’avaler leur langue afin que le courant puisse être appliqué sans remords.

Oui, il existe des études qui parlent d’une certaine amélioration chez les patients souffrant de dépression clinique sévère, même dans certains cas, les chiffres atteignent 64 %. De même, dans les états de schizophrénie violente, il semble que la personnalité de ces patients s’améliore et qu’ils soient moins agressifs. Et il est donc possible de vivre avec eux. Ce sont des patients condamnés à vie à une thérapie électroconvulsive agressive, la plupart d’entre eux n’ayant pas leur mot à dire sur la pertinence de leur traitement. Ce sont toujours les autres qui décident, mais que veut le patient ?

Face à ces études peu fréquentes, réalisées pour la plupart en milieu psychiatrique, payées par des industries pharmaceutiques désireuses de vendre des psychotropes, les échecs sont ignorés, des centaines de milliers de personnes auprès desquelles cette thérapie a été utilisée ces dernières années, sans tous les résultats. Ces chiffres ne sont jamais publiés. Pourquoi?

Les vides mentaux, les pertes de mémoire, la perte de la parole, les problèmes moteurs dans certains cas, et surtout l’asservissement aux antipsychotiques sont vraiment un fléau qui, malgré les efforts des organisations qui dénoncent de telles pratiques, reste vain.

Aux États-Unis, ou dans l’Union européenne, lorsque ce type de thérapie agressive et dénoncée, les tortures médicales, sont appliquées, en bref, l’anesthésie est généralement appliquée au patient. C’est ce qu’on appelle la thérapie avec modifications. Cependant, dans d’autres pays, par exemple en Russie, seulement 20% des patients subissent cette pratique avec un traitement relaxant. Et puis dans des pays comme le Japon, la Chine, l’Inde, la Thaïlande, la Turquie et d’autres pays où, bien qu’il soit utilisé, il n’y a pas de données statistiques sur le sujet, il est toujours pratiqué à l’ancienne.

L’électroconvulsion est avant tout une technique qui viole les droits humains des individus, y compris ceux qui, à un moment donné, peuvent sembler en avoir besoin. Aussi, sans qu’il y ait une étude générale, ce qui serait très intéressant, je crois que de plus en plus de cette technique est utilisée dans les hôpitaux psychiatriques du monde entier pour l’annulation de personnes, afin de mener des études sur des patients qui sont une nuisance. Des gens qui ne signifient presque rien pour la société et qui peuvent être rendus superflus.

Toutes les pratiques psychiatriques ont-elles toujours été utilisées au profit de la société, ou plutôt au profit de quelques grandes entreprises ?

Les questions s’enchaînent et, en général, les psychiatres n’ont pas de réponses. Même quand, après l’épreuve du succès-erreur, ils réalisent leurs thérapies électroconvulsives, et cela leur apporte quelque chose comme une réponse intéressante, ils parviennent à obtenir une maigre amélioration chez le patient, rien de définitif ; ils ne savent pas comment expliquer la raison de cette amélioration. Il n’y a pas de réponses, le bien ou le mal qu’il peut produire est inconnu. Et tout ce qu’on peut dire, c’est que les patients sont utilisés comme cobayes. Aucun psychiatre au monde ne garantira qu’une telle pratique peut inverser l’un des troubles présumés pour lesquels elle est utilisée. Aucun psychiatre au monde. Et si ce n’est pas le cas, je les encourage à demander par écrit les avantages réels de prendre des pilules ou d’appliquer une sorte de thérapie agressive qu’ils pourraient recommander.

D’autre part, et pour conclure, bon nombre des personnes qui viennent d’être diagnostiquées comme des patients susceptibles de recevoir des décharges électriques au cerveau ont été traitées avec des médicaments antipsychotiques ou antidépresseurs, voire bourrés d’anxiolytiques. Bref, leur cerveau a été bombardé de médicaments dont les contre-indications sont souvent plus graves que le petit problème qu’ils tentent de résoudre.

Il est clair que les sociétés qui fabriquent constamment des maladies ont également besoin de générer des médicaments pour celles-ci. C’est le cercle parfait, transformer la société, les gens qui la composent, en malades mentaux, en général, faire de nous des patients chroniques pour qu’ils puissent prendre la pilule qui nous sauvera la tête jusqu’au dispensaire le plus proche.
Peut-être, à ce stade, voudrais-je poser la question que se posent de nombreux experts médicaux, dont certains d’honnêtes psychiatres : Sommes-nous tous malades mentaux ? Sommes-nous en train de créer des maladies mentales fictives ?

La réponse à la première question est NON ; à la deuxième question, c’est Oui.

Source:
Electrochoc : traitement nécessaire ou maltraitance psychiatrique ? – BBC News World
Et d’autres.

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Liège, berceau de l’art : musées et galeries d’exception à explorer

Liège, berceau de l'art : musées et galeries d'exception à explorer Située en Belgique, la...

Libre circulation : la réforme de Schengen pour garantir les contrôles aux frontières uniquement en dernier recours

Les députés de la commission des libertés civiles ont soutenu les propositions selon lesquelles...

Tournai : un voyage dans le temps au cœur de la Wallonie

Tournai : un voyage dans le temps au cœur de la Wallonie Située au cœur...

Instrument anti-coercition : la nouvelle arme de l’UE pour protéger le commerce

L'instrument anti-coercition sera le nouvel outil dont dispose l'UE pour lutter contre les menaces...

autres articles

Libre circulation : la réforme de Schengen pour garantir les contrôles aux frontières uniquement en dernier recours

Les députés de la commission des libertés civiles ont soutenu les propositions selon lesquelles...

Instrument anti-coercition : la nouvelle arme de l’UE pour protéger le commerce

L'instrument anti-coercition sera le nouvel outil dont dispose l'UE pour lutter contre les menaces...

Rompre le silence sur les chrétiens persécutés

Chrétiens présécutés – L'eurodéputé Bert-Jan Ruissen a organisé une conférence et une exposition au...