13.3 C
Bruxelles
lundi, juillet 15, 2024
AccueilFrançaisACTUALITESoudan : António Guterres exhorte les donateurs à renforcer la réponse humanitaire...

Soudan : António Guterres exhorte les donateurs à renforcer la réponse humanitaire pour mettre un terme à la mort et à la destruction

Publié le

S’adressant aux donateurs lors d’un événement d’annonce de contributions à Genève organisé par l’ONU avec l’Égypte, l’Allemagne, le Qatar, l’Arabie saoudite, l’Union africaine et l’Union européenne, M. Guterres a déclaré que certains 3 milliards de dollars étaient nécessaires pour venir en aide aux Soudanais et à ceux qui ont fui vers les pays voisins.

« L’ampleur et la vitesse de la descente du Soudan dans la mort et la destruction sont sans précédent », a-t-il averti. « Sans un soutien international fort, le Soudan pourrait rapidement devenir un lieu d’anarchie, irradiant l’insécurité dans toute la région.”

Bilan dévastateur

S’exprimant par message vidéo alors qu’un nouveau cessez-le-feu temporaire entre les Forces armées soudanaises (SAF) et les Forces de soutien rapide (RSF) entrait en vigueur, le chef de l’ONU a déclaré que des centaines de civils avaient été tués et plusieurs milliers d’autres blessés depuis que les affrontements ont éclaté en mi-avril.

« Ces chiffres augmentent de jour en jour. La situation au Darfour et à Khartoum est catastrophique. Les combats font rage avec des personnes attaquées chez elles et dans la rue », a déclaré M. Guterres.

« Avant que ce conflit n’éclate, le Soudan était déjà aux prises avec une crise humanitaire. Cela a maintenant dégénéré en une catastrophe touchant plus de la moitié de la population du pays.”

Le secrétaire général de l’ONU a insisté sur le fait qu’il était du devoir de la communauté internationale de soutenir le peuple du Soudan et des pays voisins.

Il a aussi a condamné la violence contre les travailleurs humanitaires et le pillage des fournitures humanitaires, appelant les parties d’avertissement à protéger les civils et à permettre l’action humanitaire, conformément au droit international.

Des rues « tachées de sang »

Faisant écho à ce message, le chef des droits de l’homme de l’ONU, Volker Türk, a réitéré sa volonté de servir de médiateur entre les deux parties au conflit.

« J’ai également exhorté tous les États à aider à faire avancer la résolution de cette catastrophe. Pourtant, les efforts pour poursuivre et maintenir un cessez-le-feu ont produit peu ou pas de succès. On voit encore un conflit téméraire et insensé dans un contexte d’impunité totale. Les rues de Khartoum et de ses villes environnantes, d’El Geneina et d’El Obeid sont tachées du sang des civils.

M. Türk s’est dit consterné par les allégations de violences sexuelles, y compris de viols, notant que son Bureau avait reçu des informations crédibles sur 18 incidents de violences sexuelles liés au conflit contre au moins 53 femmes et filles – les victimes comprennent au moins 10 filles.

Dans un cas, 18 à 20 femmes auraient été violées lors de la même attaque. Dans presque tous les cas, les FSR ont été identifiées comme l’auteur. Mais l’accès au soutien médical et psychosocial est limité et de nombreux cas ne sont pas signalés.

La jeunesse soudanaise paie le prix fort

« Il s’agit d’une crise des droits humains et humanitaire qui se déroule à un rythme alarmant, à une échelle dévastatrice et avec une une complexité jamais vue auparavant au Soudan», a déclaré le chef des droits de l’homme de l’ONU.

« Chaque jour, des enfants en subissent les terribles conséquences, avec plus de 13 millions de personnes dans tout le pays qui ont un besoin urgent d’une aide humanitaire vitale, dont 5,6 millions au Darfour. Au moins 620 000 personnes souffriraient de malnutrition aiguë.

Cessez-le-feu bienvenu

M. Türk s’est félicité du nouveau cessez-le-feu national de 72 heures convenu le 17 juin et a exhorté les deux parties à respecter leurs engagements de mettre fin aux combats et de permettre l’acheminement sans entrave de l’aide humanitaire dans tout le pays.

« Le nouveau cessez-le-feu est un nouvelle opportunité de mettre un terme à cet océan de souffrances. Je rappelle aux deux parties leurs obligations de respecter le droit international humanitaire et des droits de l’homme et de prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger tous les civils, y compris les travailleurs humanitaires et médicaux, contre tout danger.

Le chef des droits de l’homme de l’ONU a également appelé les autorités à mener des enquêtes rapides, approfondies, impartiales et indépendantes sur toutes les violations présumées des droits de l’homme et du droit international humanitaire. « Je leur rappelle que le fait de ne pas rechercher les responsabilités pour les graves violations passées a contribué à la crise actuelle », a-t-il déclaré.

Le Coordonnateur des secours d’urgence des Nations Unies et chef du OCHA, Martin Griffiths, a déclaré : « Chaque jour où la crise au Soudan se poursuit, la situation humanitaire devient de plus en plus désespérée. Malgré la violence qui fait rage, les travailleurs humanitaires – y compris nos héroïques partenaires locaux opérant en première ligne – poursuivent leurs efforts pour apporter de l’aide aux personnes dans le besoin.

Il a déclaré que les promesses – qui comprennent 22 millions de dollars supplémentaires du Fonds central d’intervention d’urgence des Nations Unies – fourniraient un « bouée de sauvetage pour des millions des personnes vivant dans les conditions les plus dangereuses et les plus difficiles du monde.

L’heure de la « paix durable »

Le chef de l’agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) Filippo Grandi a déclaré que l’engagement des donateurs envers les personnes touchées « arrive juste à temps, car nos ressources pour la situation diminuent.

« Les promesses de don sauveront des vies et contribueront à atténuer certaines difficultés. En fin de compte, bien sûr, seul un paix durable permettra aux Soudanais de recommencer leur vie.

S’adressant à la Conseil des droits de l’hommeHassan Hamid Hassan, ambassadeur et représentant permanent du Soudan auprès de l’ONU à Genève, a condamné le meurtre du gouverneur du Darfour occidental Khamis Abdullah Abbaker, en attribuant la responsabilité « aux forces rebelles ».

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Rapport d’allocation et d’impact des OLO vertes pour 2023

L’Agence fédérale de la Dette a le plaisir de présenter le rapport d’allocation et...

Conférence de presse sur la Fête nationale – Mardi 16 juillet 2024

La ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden, la ministre de la Défense Ludivine Dedonder et...

L’impact du changement climatique sur la sécurité sociale

Ce numéro spécial de la Revue belge de sécurité sociale présente également des exemples...

LES FACTURES ÉLECTRONIQUES STRUCTURÉES ENTRE ENTREPRISES DEVIENDRONT OBLIGATOIRES À PARTIR DE 2026

Chaque entreprise avec un numéro de TVA actif tombe sous le coup de cette...

autres articles

Rapport d’allocation et d’impact des OLO vertes pour 2023

L’Agence fédérale de la Dette a le plaisir de présenter le rapport d’allocation et...

Conférence de presse sur la Fête nationale – Mardi 16 juillet 2024

La ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden, la ministre de la Défense Ludivine Dedonder et...

L’impact du changement climatique sur la sécurité sociale

Ce numéro spécial de la Revue belge de sécurité sociale présente également des exemples...