11.2 C
Bruxelles
samedi, mars 2, 2024
AccueilFrançaisACTUALITELes données sur la santé, les droits des femmes et des LGBT...

Les données sur la santé, les droits des femmes et des LGBT à l’honneur au Conseil des droits de l’homme

Publié le

Le Rapporteur spécial sur le droit à la santéTlaleng Mofokeng, a averti que la technologie activé le partage facile de données sensibles sur la santé des adolescents, des migrants et des personnes dont l’orientation sexuelle ou l’état de santé a été sujet à discrimination.

« L’accessibilité de l’information grâce aux outils numériques ne doit pas porter atteinte au droit à ce que les données personnelles de santé soient traitées de manière confidentielle», a insisté Mme Mofokeng.

Technologie utilisée pour poursuivre les demandeurs d’avortement

Mme Mofokeng a souligné l’utilisation dangereuse par les acteurs étatiques et non étatiques des données de communication mobile, de géocartographie et d’historique de recherche contre les personnes cherchant la contraception ou l’avortement. dans des juridictions – comme certains États américains – qui criminalisent ces services de santéentraînant des poursuites, des arrestations et davantage de stigmatisation.

Le Rapporteur spécial a également souligné que si la technologie peut permettre un accès plus large aux soins de santé grâce à des solutions telles que la télémédecine, la fracture numérique mondiale entraîne grandes inégalités dans ce domaine entre les pays, les sexes et les groupes sociaux et d’âge.

Rapporteurs spéciaux et autres experts indépendants nommés par le Conseil des droits de l’homme servir à titre individuel; ils ne font pas partie du personnel de l’ONU et ne sont pas rémunérés pour leur travail.

La pauvreté un obstacle aux droits des femmes

Lors d’une discussion connexe au Conseil des droits de l’homme (CDH) à Genève, le effets désastreux de la pauvreté et des inégalités socio-économiques sur la santé des femmes figuraient parmi les injustices criantes mises en lumière par Groupe de travail sur la discrimination à l’égard des femmes et des filles. La présidente du groupe, Dorothy Estrada-Tanck, a présenté un rapport au Conseil montrant que, dans le monde, les femmes et les filles sont représentées de manière disproportionnée parmi les personnes vivant dans la pauvreté.

Elle a souligné qu’ils sont souvent confrontés à la stigmatisation et à la criminalisation lors de la recherche de soins de santé et de services de reproduction, y compris l’avortement.

« Lorsque les femmes et les filles ne peuvent pas accéder à l’éducation, aux informations, aux biens et services en matière de santé sexuelle et reproductive, aux services de planification familiale, les inégalités basées sur le genre et la pauvreté sont encore plus ancrées et peuvent être transmises aux générations futures », a averti Mme Estrada-Tanck.

Exclusion LGBT au nom de la religion

La discrimination à l’encontre des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, trans et de genre divers (LGBT) figurait à l’ordre du jour du Conseil, qui a entendu mercredi que les droits des LGBT étaient pas incompatible avec la liberté de religion – comme l’ont insisté certains États membres.

Présentant son dernier rapport au Conseil, Victor Madrigal-Borloz, le Expert indépendant sur la protection contre la violence et la discrimination fondées sur l’orientation sexuelle et l’identité de genrea déclaré que les personnes LGBT sont souvent marginalisées, stigmatisées et exclues des communautés religieuses « simplement à cause de qui elles sont ».

Il a mis en garde contre l’utilisation de récits religieux pour justifier de priver les personnes LGBT de leurs droits humains et a déclaré qu’embrasser la spiritualité et la foi est un chemin qui doit être accessible à tousy compris ceux qui ont des orientations sexuelles et des identités de genre diverses.

Les problèmes de droits les plus urgents au monde

Tout au long de sa 53rd session, le Conseil continuera de traiter les urgences les plus urgentes en matière de droits de l’homme dans le monde. Depuis le coup d’envoi de la session lundi, les États membres ont discuté de la situation en Afghanistan, en Érythrée, en Iran, en Israël et dans les territoires palestiniens occupés, au Myanmar, au Nicaragua, au Sri Lanka et au Soudan.

À l’avenir, les points saillants comprendront un examen de l’impact du changement climatique sur les droits de l’homme, ainsi qu’un accent sur la Biélorussie, le Burundi, la République centrafricaine, la Syrie, l’Ukraine et le Venezuela.

Avant de clôturer sa session le 14 juillet, le Conseil se prononcera également sur un certain nombre de résolutions issues de ces discussions, présentées par ses 47 États membres.

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Les députés améliorent la protection européenne des produits agricoles de qualité

Le Parlement a donné son feu vert définitif à la réforme des règles de...

Journée mondiale des ONG 2024 : l’UE lance une initiative de 50 millions d’euros pour protéger la société civile

Bruxelles, le 27 février 2024 – À l’occasion de la Journée mondiale des ONG,...

Renforcer les réponses à la haine religieuse : un appel à l’action le 8 mars prochain

Dans un monde où l’hostilité à l’égard des minorités religieuses persiste, la nécessité de...

Christine Lagarde s’adresse au Parlement européen sur le rapport annuel de la BCE et la résilience de la zone euro

Dans un moment charnière discours prononcé au Parlement européen Lors de sa session plénière...

autres articles

Les députés améliorent la protection européenne des produits agricoles de qualité

Le Parlement a donné son feu vert définitif à la réforme des règles de...

Journée mondiale des ONG 2024 : l’UE lance une initiative de 50 millions d’euros pour protéger la société civile

Bruxelles, le 27 février 2024 – À l’occasion de la Journée mondiale des ONG,...

Renforcer les réponses à la haine religieuse : un appel à l’action le 8 mars prochain

Dans un monde où l’hostilité à l’égard des minorités religieuses persiste, la nécessité de...