9.2 C
Bruxelles
vendredi, mars 1, 2024
AccueilFrançaisACTUALITECorne de l'Afrique : environ 60 millions de personnes dans le besoin...

Corne de l’Afrique : environ 60 millions de personnes dans le besoin humanitaire urgent

Publié le

« On estime qu’environ cinq millions d’enfants de moins de cinq ans face à la malnutrition aiguë en 2023 dans la région de la Corne, dans la Grande Corne. C’est environ 10,4 millions, c’est juste un chiffre stupéfiant », a déclaré Liesbeth Aelbrecht, de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) responsable des incidents pour la grande urgence dans la Corne de l’Afrique.

Haut de trois ans

« Ce que nos collègues voient dans les cliniques et dans les hôpitaux, depuis le début de cette année, c’est le plus haut niveau d’enfants sévèrement malnutris qui viennent maintenant dans ces établissements avec des complications médicales depuis le début de la crise il y a trois ans ».

Faisant écho à cette alerte, le Programme alimentaire mondial (PAM) L’officier supérieur des urgences, Dominique Ferretti, a déclaré que près de trois ans de sécheresse avaient laissé place à des pluies et à des crues soudaines dévastatrices : « Alors que nous venons de conclure une saison des pluies qui s’est mieux déroulée que prévu, une saison des pluies ne suffit pas pour mettre fin à la crise.”

© PAM/Alessandro Abbonizio

Des femmes vont chercher de l’eau à Marsabit, frappée par la sécheresse, dans le nord du Kenya.

Bien que des pluies tant attendues soient arrivées en mars dans la région de huit membres de l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) – englobant Djibouti, l’Érythrée, l’Éthiopie, le Kenya, la Somalie, le Soudan du Sud, le Soudan et l’Ouganda – et avec elles l’espoir d’un soulagement, un éclair- les inondations ont inondé les maisons et les terres agricoles, emporté le bétail et fermé les écoles et les établissements de santé.

Le résultat a été le plus grand nombre d’épidémies signalées dans la grande Corne de l’Afrique jusqu’à présent au cours de ce siècle. Leur fréquence peut être directement liée à des événements climatiques extrêmes, selon l’agence de santé des Nations Unies.

Mme Aelbrecht a noté des épidémies de choléra et de rougeole en cours, ainsi que des « nombres très élevés » l’année dernière et cette année, y compris des cas de paludisme.

« Donc, avec l’impact des inondations, on voit ces maladies s’aggraver. Le paludisme, je voudrais vous le rappeler, est l’un des plus grands tueurs de la région.

Complications climatiques

Les préoccupations climatiques sont essentielles à la sécurité alimentaire dans les mois à venir, l’Agence des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a noté lors d’une conférence de presse à Genève.

Les prévisions mondiales indiquent que les conditions météorologiques d’El Niño sont déjà présentes et se renforceront tout au long de l’année, ce qui pourrait entraîner des pluies supérieures à la moyenne pendant la saison des pluies d’octobre à décembre dans les parties orientales de la région, y compris une grande partie du Kenya, la région somalienne de l’Éthiopie et la Somalie.

« El Niño pourrait quelque peu réduire le risque d’inondation dans des zones sujettes aux inondations telles que le Soudan du Sud », a déclaré Brenda Lazarus, économiste chargée de la sécurité alimentaire et de l’alerte précoce au Bureau sous-régional de la FAO pour l’Afrique de l’Est.

Néanmoins, elle a indiqué que « du côté des risques », des pluies et des périodes de sécheresse inférieures à la moyenne, ainsi que d’autres facteurs d’insécurité alimentaire, auraient probablement un impact négatif sur la production agricole et augmenteraient des niveaux déjà alarmants.

Investir est la clé

La FAO a souligné la nécessité de passer d’un système axé principalement sur les interventions d’urgence à un anticiper et atténuer les crises par des investissements telles que la collecte des eaux de pluie, la conservation des sols et de l’eau, ou l’utilisation de cultures plus résistantes à la sécheresse – et la garantie que les semences sont disponibles localement.

Impliquer les jeunes dans la construction de silos pourrait également renforcer la résilience des communautés, a noté l’agence des Nations Unies.

Les 60 millions de personnes souffrant d’insécurité alimentaire grave comprennent plus de 15 millions de femmes en âge de procréer, 5,6 millions d’adolescentes et près de 1,1 million de femmes enceintes.

Près de 360 ​​000 d’entre elles devraient accoucher dans les trois prochains mois, selon le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA).

Les femmes qui sont obligées de chercher de la nourriture juste pour survivre « le font aux dépens de leur propre santé », a déclaré Michael Ebele, conseiller humanitaire régional de l’UNFPA pour l’Afrique orientale et australe.

Risque accru de décès

« Ainsi, nous voyons des femmes enceintes ne pas pouvoir se rendre pour des soins prénatals, ne pas s’occuper d’autres maladies qu’elles pourraient avoir. Et puis, ça vient avec des risques de complications… puis le les risques de décès maternels augmentent.”

La malnutrition chez les femmes enceintes et allaitantes expose leurs enfants à naître et allaités à un risque de malnutrition et propage la malnutrition à travers des cycles de vie entiers dans les communautés.

Les mères mal nourries sont également moins capables de supporter les complications de la grossesse qui les exposent à un risque accru de perdre leur enfant.

« En raison de la quantité limitée de ressources, nous avons vu une augmentation des risques du sexe de survie», a déclaré Mme Ebele, « augmentant le risque d’exploitation et d’abus sexuels, en particulier des femmes et des filles ».

Menace de l’initiative céréalière

Interrogés par des journalistes à quel point la Corne de l’Afrique serait affectée si le Initiative de la mer Noire parrainée par l’ONU pour faciliter les exportations de céréales ukrainiennes vers les marchés mondiaux n’est pas renouvelée le mois prochain, M. Ferretti du PAM a répondu que « la réalité est que l’Ukraine est le grenier à blé, c’est un fournisseur majeur et cela nous toucherait durement si cette initiative de la mer Noire n’était pas renouvelée”.

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Les députés améliorent la protection européenne des produits agricoles de qualité

Le Parlement a donné son feu vert définitif à la réforme des règles de...

Journée mondiale des ONG 2024 : l’UE lance une initiative de 50 millions d’euros pour protéger la société civile

Bruxelles, le 27 février 2024 – À l’occasion de la Journée mondiale des ONG,...

Renforcer les réponses à la haine religieuse : un appel à l’action le 8 mars prochain

Dans un monde où l’hostilité à l’égard des minorités religieuses persiste, la nécessité de...

Christine Lagarde s’adresse au Parlement européen sur le rapport annuel de la BCE et la résilience de la zone euro

Dans un moment charnière discours prononcé au Parlement européen Lors de sa session plénière...

autres articles

Les députés améliorent la protection européenne des produits agricoles de qualité

Le Parlement a donné son feu vert définitif à la réforme des règles de...

Journée mondiale des ONG 2024 : l’UE lance une initiative de 50 millions d’euros pour protéger la société civile

Bruxelles, le 27 février 2024 – À l’occasion de la Journée mondiale des ONG,...

Renforcer les réponses à la haine religieuse : un appel à l’action le 8 mars prochain

Dans un monde où l’hostilité à l’égard des minorités religieuses persiste, la nécessité de...