11.7 C
Bruxelles
jeudi, mai 23, 2024
AccueilFrançaisACTUALITELa sécurité dans l'est de la RD Congo continue de se détériorer,...

La sécurité dans l’est de la RD Congo continue de se détériorer, selon le Conseil de sécurité

Publié le

« Jusqu’à présent, le cessez-le-feu entre le M23 et les FARDC a relativement bien résisté et a contribué à quelques gains de sécurité», a déclaré le sous-secrétaire général des Nations unies pour l’Afrique Martha Pobée.

« Le calme relatif dans le territoire de Rutshuru, par exemple, a permis à plus de 45 000 personnes du groupe Bishusha de rentrer chez elles », a-t-elle déclaré.

Elle a toutefois noté que le retrait du territoire du M23 a été «fragmentaire, tactique et politique», tandis que le groupe armé contrôle toujours une grande partie de Masisi et de Rutshuru, ainsi que la circulation des personnes et des biens dans ces zones.

De plus, son « repositionnement offensif ces dernières semaines » fait craindre que les hostilités puissent reprendre à tout moment.

Désarmement M23

Elle a applaudi les efforts des dirigeants régionaux pour engager les parties concernées dans la mise en œuvre des décisions de la feuille de route de Luanda et du processus de Nairobi. Elle a réitéré la disponibilité de la mission de l’ONU en RDC, MONUSCOpour épauler les autorités congolaises dans le « pré-cantonnement et le désarmement » de la puissante force rebelle.

Mme Pobee s’est dite satisfaite de constater que la semaine dernière, la MONUSCO, la Force régionale de la Communauté de l’Afrique de l’Est et le Mécanisme conjoint de vérification élargi avaient entrepris une mission de reconnaissance à la base de Rumangabo, pour évaluer les conditions d’un démarrage sérieux du processus de désarmement et de démobilisation du M23.

« Pour que ces efforts portent leurs fruits, il est urgent que le M23 se retire complètement des territoires occupés, déposer les armes sans condition et rejoignez le programme de démobilisation, de désarmement, de redressement et de stabilisation communautaire », a-t-elle ajouté.

Elle a noté que les gains sécuritaires au Nord-Kivu sont fragiles et éclipsés par la détérioration de la situation dans la province de l’Ituri, qui a souffert du vide sécuritaire créé par le redéploiement des FARDC au Nord-Kivu.

Plus de 600 personnes ont été tuées par des groupes armés au cours des trois derniers mois, la CODECO, la milice zaïroise et les ADF étant les principaux auteurs de ces atrocités.

Le haut responsable de l’ONU a exhorté tous les groupes armés à « cesser les hostilités » et appelé au redéploiement des forces de sécurité nationales, notamment en Ituri, pour rétablir l’autorité de l’État.

En réponse à l’insécurité persistante dans l’est de la RDC, la MONUSCO continue de « faire tout son possible pour remplir son mandat de protection des civils ». À Beni, Bunia, Bukavu et Goma, des ateliers soutenus par la Mission ont apaisé les tensions et renforcé la capacité locale à mieux répondre aux problèmes de sécurité, y compris la désinformation. Parallèlement, la Mission a fourni une protection physique directe aux civils.

A ce jour, entre 50.000 et 70.000 personnes déplacées sont protégées par les forces de la MONUSCO dans le site de Roe, situé en territoire de Djugu, Ituri.

Martha Ama Akyaa Pobee, sous-secrétaire générale pour l’Afrique aux départements des affaires politiques et de consolidation de la paix et des opérations de paix, informe les membres du Conseil de sécurité de l’ONU.

Crise souvent ignorée

L’insécurité dans l’est de la RDC a continué d’alimenter une Crise humanitaire de longue date souvent ignorée par la communauté internationalea déclaré Mme Pobee.

On estime que 6,3 millions de personnes ont été déplacées à l’intérieur du pays et depuis mars 2022, plus de 2,8 millions ont fui leur foyer dans les provinces de l’Ituri, du Nord-Kivu et du Sud-Kivu en raison de l’insécurité.

Actuellement, environ 28 % de la population du Nord-Kivu et 39 % de la population régulière de l’Ituri sont déplacés.

Cette situation a été encore aggravée par l’inflation, les épidémies et les catastrophes naturelles, dont les inondations du mois dernier dans le territoire de Kahele au Sud-Kivu, qui ont tué plus de 470 personnes et fait des milliers de disparus. Dans le même temps, près de 26 millions de personnes, soit plus d’un quart de la population, sont confrontées à l’insécurité alimentaire en RDC.

Le haut responsable africain s’est dit particulièrement préoccupé par le nombre croissant de femmes et de filles qui deviennent victimes de violence sexiste et d’exploitation sexuelle. La violence sexiste a augmenté de 2,3 % dans tout le pays et de 73 % dans la seule province du Nord-Kivupar rapport à la même période l’an dernier.

Elle a déclaré que la réponse humanitaire était bien en deçà du niveau sans précédent des besoins, se félicitant du début d’une réponse à grande échelle à l’échelle du système dans l’est de la RDC pour une période initiale de trois mois.

Poches d’instabilité

Outre les défis sécuritaires et humanitaires à l’Est, des poches d’instabilité ont refait surface à l’ouest et au sud du pays. La violence a persisté dans les provinces de Mai-Ndombe, Kwilu et Kwango, et s’est propagée à Maluku dans la province de Kinshasa, a déclaré Mme Pobee. Des tensions et des violences ont également été signalées à Kindu, Tshopo et Katanga.

Elle a exhorté les autorités à demander des comptes aux auteurs et à prendre des mesures pour renforcer la cohésion sociale afin de préserver la stabilité dans ces régions.

Le discours de haine continue

Elle s’est dite particulièrement alarmée par « la restriction de l’espace civique et l’augmentation des discours de haine » et s’est dite préoccupée par les informations faisant état d’une augmentation de la violence contre les femmes leaders politiques et militantes.

En ce qui concerne la départ prévu de la mission de maintien de la paix MONUSCO, elle a déclaré qu’il fallait « maintenir le cap pour une transition ordonnée, graduelle et responsable“.

« Le départ de la MONUSCO est prévu et les premières mesures sont prises dans plusieurs domaines. Cependant, le retrait de la MONUSCO ne doit pas compromettre la protection des civils. Nous devons éviter de créer des vides sécuritaires », a-t-elle déclaré.

« Une transition ordonnée et responsable dépend de la capacité des forces de sécurité nationales à se déployer et à répondre efficacement partout où la situation sécuritaire l’exige », a-t-elle insisté.

Lien source

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Mesurer les temps d’attente dans les soins de santé : pour qui, pourquoi, comment ?

Contrairement à ce que l’on observe dans d’autres pays, les initiatives de mesure du...

Le visage humain de l’anticultisme en France : récits personnels et combats

Dans un monde qui comprend souvent mal et ostracise les croyances non conventionnelles, le...

Nouveau projet de recherche sur la mobilité humaine sur les données intelligentes

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles...

Bons d’État – Émission du 4 juin 2024 – Coupons

Communiqué de presse de l'Agence Fédérale de la Dette : Les coupons des bons d'État...

autres articles

Mesurer les temps d’attente dans les soins de santé : pour qui, pourquoi, comment ?

Contrairement à ce que l’on observe dans d’autres pays, les initiatives de mesure du...

Le visage humain de l’anticultisme en France : récits personnels et combats

Dans un monde qui comprend souvent mal et ostracise les croyances non conventionnelles, le...

Nouveau projet de recherche sur la mobilité humaine sur les données intelligentes

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles...