4.2 C
Bruxelles
mercredi, avril 24, 2024
AccueilFrançaisACTUALITE"Le monde laisse tomber le peuple haïtien", prévient le chef de l'UNICEF

« Le monde laisse tomber le peuple haïtien », prévient le chef de l’UNICEF

Publié le

Briefing correspondants au siège des Nations Unies à New York quelques jours seulement après avoir visité Haïti avec le chef du Programme alimentaire mondial (PAM), Catherine Russell a déclaré que « la situation d’insécurité actuelle est inacceptable.

« Des femmes et des enfants meurent. Les écoles et les espaces publics doivent toujours être sûrs. Collectivement, le monde laisse tomber le peuple haïtien.

« À peine fonctionnel »

On estime que 5,2 millions de personnes, soit près de la moitié de la population, ont besoin d’une aide humanitaire, dont trois millions d’enfants.

Les institutions et les services sur lesquels les enfants comptent « sont à peine fonctionnels », a averti la Directrice exécutive, tandis que des groupes armés violents contrôlent plus de 60 % de la capitale Port-au-Prince et certaines parties des zones agricoles les plus fertiles du pays.

« Les Haïtiens et notre équipe là-bas me disent ça n’a jamais été pire», a-t-elle déclaré, avec une malnutrition sans précédent, une pauvreté écrasante, une économie paralysée et une épidémie de choléra persistante.

Tout cela « alors que les inondations et les tremblements de terre continuent de nous rappeler à quel point Haïti est vulnérable au changement climatique et aux catastrophes naturelles », a-t-elle ajouté.

© UNICEF/Georges Harry Rouzier

La Directrice générale de l’UNICEF, Catherine Russell, visite un centre de santé à Port-au-Prince, Haïti.

Violée et brûlée vive

Mme Russell a raconté certains des témoignages choquants qu’elle avait entendus parler aux femmes et aux filles dans un centre pour survivantes de violences basées sur le genre, qui a maintenant atteint des « niveaux stupéfiants ».

« Une fillette de 11 ans m’a dit de la voix la plus douce que cinq hommes l’avaient attrapée dans la rue. Trois d’entre eux l’ont violée. Elle était enceinte de huit mois lorsque nous avons parlé – et a accouché quelques jours plus tard.

« Une femme m’a dit que des hommes armés avaient fait irruption chez elle et l’avaient violée. Dit-elle sa sœur de 20 ans a tellement résisté qu’ils l’ont tuée en l’incendiant. Puis ils ont incendié leur maison.

Le UNICEF La chef a déclaré qu’elle avait entendu de nombreuses histoires similaires, « faisant partie d’une nouvelle stratégie » des groupes armés.

« Ils violent des filles et des femmes, et ils brûlent leurs maisons pour les rendre plus vulnérables et plus facilement contrôlables. Parce que s’ils brisent les femmes, ils brisent les fondations des communautés.”

Place à l’espoir

Elle a dit qu’au milieu de l’horreur, il y avait eu «un peu d’espoir» – sous la forme d’enseignants extraordinaires, d’agents de santé, de pédiatres et de jeunes eux-mêmes: «Une fille de 13 ans, Serafina, m’a dit qu’elle avait choisi un médecin comme médecin. profession parce que « j’aime quand les gens prennent soin des autres ».

« Ces enfants sont ce que sont les parents d’Haïti fondant leurs espoirs. Nous devrions tous faire la même chose.”

La chef de l’UNICEF a dit qu’elle était très fier des humanitaires de l’ONU faisant de leur mieux sur le terrain, la plupart des Haïtiens. « Beaucoup ont dû déménager, certains plusieurs fois, pour se mettre à l’abri de la violence et des enlèvements contre rançon. »

agir maintenant

Elle a déclaré qu’un minimum de 720 millions de dollars était nécessaire pour l’aide humanitaire, mais que moins d’un quart de cette somme avait été reçue.

Mme Russell a décrit les mesures urgentes qui, selon elle, doivent être prises, notamment la fourniture immédiate d’un financement supplémentaire et une meilleure réponse, un effort humanitaire soutenu et à long terme, la préparation et le renforcement de la résilience aux catastrophes naturelles à venir et une meilleure protection des humanitaires.

« Pas irréversible »

Son briefing a suivi une déclaration mercredi de l’expert indépendant des droits de l’homme récemment nommé par l’ONU sur Haïti, William O’Neill qui vient de terminer une mission d’enquête de 10 jours.

Le Conseil des droits de l’homme-expert nommé qui a une longue expérience dans le pays ayant contribué à la mise en place de la Police Nationale en 1995, dit au-delà de la violence des gangs et des déplacements, accaparement des terres par les oligarques dans le nord-est avait aggravé les conditions de vie de milliers de personnes déjà en marge.

Dans ce contexte d’insécurité chronique, les Les autorités haïtiennes font face à d’immenses défis. Mais la situation n’est pas irréversible« , il a dit.

« Beaucoup peut être fait pour relever les défis structurels et économiques qui ont conduit à la crise actuelle. Et ce, rapidement, et avec peu de moyens. L’État a un rôle fondamental à jouer à cet égard, en tant que garant des droits humains de la population ».

Force internationale nécessaire

M. O’Neill a déclaré que le déploiement d’une « force internationale spécialisée » aux côtés de la police nationale, était « essentiel pour restaurer la liberté de mouvement des populations ».

Il a ajouté qu’un embargo sur les armes provenant principalement des États-Unis, établi par l’ONU Conseil de sécuritédoit être immédiatement mis en œuvre.

Il a dit qu’Haïti était à un tournant. « Il est urgent d’agir. La survie de toute une nation est en jeu. Le pays a le choix de se redresser, de montrer sa volonté de surmonter la crise pour aller vers un avenir meilleur ou de se résigner et de s’enfoncer davantage dans le chaos.

« Assurer la sécurité et la protection de la population, combler les lacunes institutionnelles structurelles et rétablir la confiance dans les institutions publiques sont conditions préalables fondamentales pour la tenue d’élections libres et transparentes et pour la consolidation de l’État de droit.

Les rapporteurs spéciaux et les experts indépendants tels que M. O’Neill exercent leurs fonctions à titre individuel et sont indépendants de tout gouvernement ou organisation. Ils ne font pas partie du personnel de l’ONU et ne sont pas rémunérés pour leur travail.

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Expulsions vers le Rwanda : tollé après l’adoption de la loi britannique

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak a salué l'adoption, dans la nuit du lundi...

Le premier médicament qui ralentit la maladie d’Alzheimer existe déjà, mais pourquoi les médecins sont sceptiques ?

Neuf mois après son introduction aux États-Unis, le médicament contre la maladie d'Alzheimer d'Eisai...

La Régie des Bâtiments investit dans des laboratoires de l’Institut national de Criminalistique et de Criminologie

Étant donné la vétusté du complexe, la Régie des Bâtiments prévoit une nouvelle construction...

Les nouvelles règles budgétaires de l’UE approuvées par les députés | Nouvelles

Les nouvelles règles, approuvées mardi, ont été provisoirement convenu entre le Parlement européen et...

autres articles

Expulsions vers le Rwanda : tollé après l’adoption de la loi britannique

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak a salué l'adoption, dans la nuit du lundi...

Le premier médicament qui ralentit la maladie d’Alzheimer existe déjà, mais pourquoi les médecins sont sceptiques ?

Neuf mois après son introduction aux États-Unis, le médicament contre la maladie d'Alzheimer d'Eisai...

La Régie des Bâtiments investit dans des laboratoires de l’Institut national de Criminalistique et de Criminologie

Étant donné la vétusté du complexe, la Régie des Bâtiments prévoit une nouvelle construction...