13.4 C
Bruxelles
mardi, septembre 26, 2023
AccueilFrançaisACTUALITEL'ONU exhorte la Turquie à ne pas expulser la minorité religieuse ahmadie...

L’ONU exhorte la Turquie à ne pas expulser la minorité religieuse ahmadie persécutée

Publié le

GENÈVE (5 juillet 2023)Des experts des droits de l’homme de l’ONU* ont demandé mardi dernier à Turkiye de ne pas expulser plus de 100 membres d’une minorité religieuse persécutée qui ont été arrêtés le mois dernier à la frontière turco-bulgare. Ils ont également exhorté le gouvernement à procéder à une évaluation précise des risques de leur situation afin de éviter le refoulement (la pratique consistant à envoyer des réfugiés ou des demandeurs d’asile), ce qui pourrait entraîner de graves violations des droits de l’homme. Deux ONG (CAP Freedom of Conscience et Human Rights Without Frontiers) ont également plaidé en faveur de la même chose lors d’une conférence organisée par le BIDDH de l’OSCE.

Les experts de l’ONU disent que les Ahmadis turcs sont en danger

« En vertu du droit international, le gouvernement de la Turquie est appelé à agir conformément à son obligation de ne pas expulser 101 membres de la religion ahmadie de la paix et de la lumière, qui risquent de subir de graves violations des droits humains s’ils sont renvoyés dans leur pays d’origine.« , ont déclaré les experts.

Le 24 mai 2023, un groupe de 104 Ahmadis, dont 27 femmes et 22 enfants, sont arrivés du côté turc de la frontière de Kapikule, demandant l’asile en Bulgarie. La police turque aurait fait un usage excessif de la force pour les arrêter, blessant au moins 30 membres du rassemblement, dont neuf femmes. Les autorités turques les ont arrêtés au poste de police d’Edirne.

Selon les experts, de nombreuses personnes ont été torturées ou soumises à des traitements cruels, inhumains ou humiliants par des policiers, notamment des passages à tabac, du harcèlement sexuel et des privations délibérées de sommeil.

Le groupe a ensuite été transféré au centre de déportation d’Edirne et le ministère turc de l’Intérieur a pris des arrêtés d’expulsion pour 101 personnes.

Les experts de l’ONU ont déclaré :

« Depuis la création de la religion ahmadie de la paix et de la lumière en 1999, ses membres ont été qualifiés d’hérétiques et d’infidèles et sont souvent soumis à des menaces, à des violences et à des détentions illégales.”.

Et a en outre ajouté que ces Ahmadis :

« (Ahmed) sont particulièrement exposés au risque de détention en raison des lois sur le blasphème, en violation de leur droit à la liberté de religion ou de démentiF, »

Le groupe est composé de personnes qui ont fui vers la Turquie en provenance de divers pays à majorité musulmane en raison de persécutions religieuses.

Selon les experts, l’un de ceux qui risquaient d’être expulsés a passé six mois en prison dans son pays d’origine après avoir été accusé d’avoir insulté l’islam et offensé le Prophète. Quinze autres ont récemment été libérés sous caution après avoir été arrêtés pour appartenance à une « secte déviante » dans leur pays.

« L’interdiction du refoulement est absolue et indérogeable en vertu du droit international des droits de l’homme et du droit des réfugiés« , ont déclaré les experts.

« Les États sont tenus de n’expulser aucun individu de leur territoire lorsqu’il existe des motifs sérieux de croire qu’il pourrait être soumis à de graves violations des droits de l’homme dans l’État de destination« , ont déclaré les experts de l’ONU.

« Compte tenu des risques de violations des droits de l’homme auxquels ce groupe est confronté en tant que minorité religieuse, la Turquie est tenue de procéder à une évaluation individuelle, impartiale et indépendante des besoins de protection de chaque personne et des risques auxquels elle pourrait être confrontée si elle était renvoyée dans son pays.« , ont déclaré les experts.

Dénoncer la situation à l’OSCE

CAP Freedom of Conscience et Human Rights Without Frontiers, deux ONG bien connues travaillant pour la défense de la liberté de religion ou de conviction en Europe et à l’étranger, et qui ont tenu les experts de l’ONU informés en temps opportun de la situation, ainsi que l’opportunité de la Réunion supplémentaire sur la dimension humaine III de la réunion du BIDDH de l’OSCE sur 27 juin 2023 dans Hofbourg, Vienne, déclaré qu’ils:

« sont profondément préoccupés par la situation de plus de 100 membres de la religion ahmadie de la paix et de la lumière qui sont bloqués par les autorités turques à la frontière turco-bulgare depuis fin mai. Ankara a décidé de les expulser vers leur pays d’origine où ils risqueraient l’emprisonnement, la torture et même l’exécution dans le cas de l’Iran. Ils se sont vu refuser l’entrée dans l’Union européenne et ont subi des traitements violents de la part des autorités turques, les agressant, leur donnant des coups de pied et les battant avec des matraques et tirant des coups de feu en l’air. Ensuite, ils ont été transférés au centre de détention d’Edirne où ils se trouvent toujours. La minorité de la religion ahmadi a été soumise à de dures persécutions dans de nombreux pays à majorité musulmane tels que l’Algérie, le Maroc, l’Égypte, l’Iran, l’Irak, la Malaisie et la Turquie parce qu’ils sont considérés comme des hérétiques. CAP/ Conscience et Liberté et Human Rights Without Frontiers exhortent la Turquie à annuler immédiatement tous les ordres d’expulsion et à leur accorder l’asile dans un pays plus sûr en dehors de la Turquie ».


Les spécialistes: Nazila Ghanaa, Rapporteur spécial sur la liberté de religion ou de conviction; Felipe González Morales, Rapporteur spécial sur les droits de l’homme des migrants; Priya Gopalan (présidente-rapporteuse), Matthew Gillett (vice-président chargé des communications), Ganna Yudkivska (vice-présidente chargée du suivi), Miriam Estrada-Castillo et Mumba Malila, Groupe de travail sur la détention arbitraire; Fernand de Varennes, Rapporteur spécial sur les questions relatives aux minorités.

Les rapporteurs spéciaux, les experts indépendants et les groupes de travail font partie de ce que l’on appelle le Procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme. Les procédures spéciales, le plus grand organe d’experts indépendants du système des droits de l’homme des Nations Unies, est le nom général des mécanismes indépendants d’enquête et de surveillance du Conseil qui traitent soit des situations nationales spécifiques, soit des questions thématiques dans toutes les régions du monde. Les experts des procédures spéciales travaillent sur une base volontaire ; ils ne font pas partie du personnel de l’ONU et ne reçoivent pas de salaire pour leur travail. Ils sont indépendants de tout gouvernement ou organisation et servent à titre individuel.

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Liège, berceau de l’art : musées et galeries d’exception à explorer

Liège, berceau de l'art : musées et galeries d'exception à explorer Située en Belgique, la...

Libre circulation : la réforme de Schengen pour garantir les contrôles aux frontières uniquement en dernier recours

Les députés de la commission des libertés civiles ont soutenu les propositions selon lesquelles...

Tournai : un voyage dans le temps au cœur de la Wallonie

Tournai : un voyage dans le temps au cœur de la Wallonie Située au cœur...

Instrument anti-coercition : la nouvelle arme de l’UE pour protéger le commerce

L'instrument anti-coercition sera le nouvel outil dont dispose l'UE pour lutter contre les menaces...

autres articles

Libre circulation : la réforme de Schengen pour garantir les contrôles aux frontières uniquement en dernier recours

Les députés de la commission des libertés civiles ont soutenu les propositions selon lesquelles...

Instrument anti-coercition : la nouvelle arme de l’UE pour protéger le commerce

L'instrument anti-coercition sera le nouvel outil dont dispose l'UE pour lutter contre les menaces...

Rompre le silence sur les chrétiens persécutés

Chrétiens présécutés – L'eurodéputé Bert-Jan Ruissen a organisé une conférence et une exposition au...