4.2 C
Bruxelles
mercredi, avril 24, 2024
AccueilFrançaisACTUALITELes atrocités et l'impunité au Myanmar doivent cesser : Türk

Les atrocités et l’impunité au Myanmar doivent cesser : Türk

Publié le

Des violations répétées et horribles ont été enregistrées par le bureau des droits de l’homme des Nations unies, notamment des massacres, des exécutions extrajudiciaires et des décapitations, a déclaré M. Türk, tandis que l’armée a continué de commettre des atrocités dans l’État de Rakhine, où la minorité rohingya se voit refuser la citoyenneté.

Dans une allocution devant le Conseil, il a appelé à la fin de l’impunité de la junte au pouvoir qui a renversé le gouvernement démocratiquement élu en février 2021.

« J’encourage les États à envisager de renvoyer la situation au Myanmar à la Cour pénale internationale (CPI). Nous devons également garantir la responsabilité des crimes éventuels commis par différents groupes armés. »

« Chute libre mortelle »

Le Haut-Commissaire a déclaré que le pays poursuivait une « chute libre mortelle dans une violence et un chagrin encore plus profonds ».

Là où régnaient autrefois l’optimisme et l’espoir d’un avenir plus pacifique et prospère, les civils vivaient désormais « au gré d’une autorité militaire imprudente qui s’appuie sur des tactiques de contrôle systématique, la peur et la terreur ».

Il a déclaré que l’économie était en spirale, les généraux y exploitant les ressources naturelles « à des taux dangereux, causant des dommages irréversibles à l’environnement ».

Les voix de la société civile et des journalistes ont été étranglées, les arrestations arbitraires, les disparitions forcées et la torture se poursuivent.

Il a déclaré que des sources crédibles indiquent que 3 747 personnes sont mortes aux mains du régime depuis son arrivée au pouvoir et que près de 24 000 ont été arrêtées.

Obstacles à l’aide vitale

Le rapport de M. Türk met l’accent sur le refus systématique d’une aide vitale pour les civils et il accuse les militaires de mettre en place « une multitude de barrières juridiques, financières et bureaucratiques ».

Avec un tiers de la population dans le besoin, il a déclaré que l’obstruction constituait un déni délibéré, ciblé et calculé des droits humains fondamentaux.

Il a réitéré son appel à la fin immédiate de la « violence insensée » et à la libération de plus de 19 000 prisonniers politiques détenus, dont la conseillère d’État Aung San Suu Kyi et le président Win Mynt.

Le rapporteur spécial sur le Myanmar, Thomas Andrews, a également plaidé devant le Conseil pour moins de rhétorique et plus d’action de la part des États membres de l’ONU pour soutenir le peuple « héroïque » du Myanmar, leur demandant de « refuser à la junte les trois choses dont elle a besoin pour maintenir son brutalité et oppression – armes, argent et légitimité ».

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Expulsions vers le Rwanda : tollé après l’adoption de la loi britannique

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak a salué l'adoption, dans la nuit du lundi...

Le premier médicament qui ralentit la maladie d’Alzheimer existe déjà, mais pourquoi les médecins sont sceptiques ?

Neuf mois après son introduction aux États-Unis, le médicament contre la maladie d'Alzheimer d'Eisai...

La Régie des Bâtiments investit dans des laboratoires de l’Institut national de Criminalistique et de Criminologie

Étant donné la vétusté du complexe, la Régie des Bâtiments prévoit une nouvelle construction...

Les nouvelles règles budgétaires de l’UE approuvées par les députés | Nouvelles

Les nouvelles règles, approuvées mardi, ont été provisoirement convenu entre le Parlement européen et...

autres articles

Expulsions vers le Rwanda : tollé après l’adoption de la loi britannique

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak a salué l'adoption, dans la nuit du lundi...

Le premier médicament qui ralentit la maladie d’Alzheimer existe déjà, mais pourquoi les médecins sont sceptiques ?

Neuf mois après son introduction aux États-Unis, le médicament contre la maladie d'Alzheimer d'Eisai...

La Régie des Bâtiments investit dans des laboratoires de l’Institut national de Criminalistique et de Criminologie

Étant donné la vétusté du complexe, la Régie des Bâtiments prévoit une nouvelle construction...