16 C
Bruxelles
jeudi, septembre 21, 2023
AccueilFrançaisACTUALITEDes experts des droits de l'ONU "consternés" par l'attaque contre un journaliste...

Des experts des droits de l’ONU « consternés » par l’attaque contre un journaliste et avocat russe en Tchétchénie

Publié le

Yelena Milashina, qui travaille pour le service indépendant d’information d’investigation Novaya Gazetavoyageait avec Alexander Nemov lorsqu’ils ont été attaqués lundi matin alors qu’ils se rendaient à la couverture du procès de Zarema Musaevala mère de militants exilés de l’opposition qui ont défié le chef de la République tchétchène, Ramzan Kadyrov.

Les experts ont exhorté la Russie à mener une enquête approfondie sur l’incident et à traduire les auteurs en justice. Selon des informations, les autorités russes ont ouvert une enquête pénale sur l’attaque.

Un mépris flagrant pour la sécurité

L’ONU Conseil des droits de l’homme-les rapporteurs spéciaux nommés ont décrit l’agression brutale par un groupe d’assaillants masqués comme « un autre exemple de la mépris flagrant pour la sécurité des journalistes et des défenseurs des droits humains dans la Fédération de Russie ».

Les deux hommes ont été agressés et roués de coups peu de temps après leur arrivée en République russe de Tchétchénie mardi.

Le président Kadyrov a déclaré sur les réseaux sociaux en janvier 2022 que la famille de Mme Musaeva « attendait une place soit en prison, soit sous terre ».

M. Nemov fait partie de l’équipe d’avocats qui la défend. En raison de l’attaque, il n’a pas pu se présenter au tribunal pour l’audience.

Mme Milashina est une journaliste qui a couvert pendant des années la Tchétchénie, enquêtant sur les violations des droits de l’homme dans la région, ont déclaré les experts dans un communiqué de presse publié par le Bureau des droits de l’homme des Nations unies, HCDH.

Accusation « terroriste »

En raison des menaces de mort du dirigeant tchétchène, elle a dû fuir temporairement la Russie en février 2022 après que M. Kadyrov l’ait publiquement qualifiée de « terroriste », affirmant « nous avons toujours éliminé les terroristes et leurs complices ».

Les experts ont souligné que les reportages d’investigation de Mme Milashina suivaient les traces de deux autres femmes journalistes, Novaya Gazeta sa collègue Anna Politkovskaya et la militante tchétchène Natalia Estemirova, toutes deux assassinées pour faire taire leur travail d’enquête en Tchétchénie.

Selon des informations, les assaillants les ont battus avec des gourdins et leur ont donné des coups de pied, ont pris leurs téléphones, brisé leur équipement et détruit des documents. Ils ont crié à plusieurs reprises : « Vous avez été prévenus. Sortez d’ici et n’écrivez rien.

Dangers et risques

« Cet incident met en évidence les dangers et les risques auxquels sont confrontés les journalistes et les défenseurs des droits humains dans leurs efforts pour protéger les droits humains et demander justice pour les victimes en Fédération de Russie, et en particulier la République tchétchène« , ont déclaré les experts.

Les deux victimes ont été hospitalisées dans la capitale Grozny avec des blessures graves. Mme Milashina souffre d’une blessure à la tête et perd périodiquement conscience à l’hôpital.

Les doigts de ses deux mains ont été brisés, son corps était couvert d’ecchymoses et sa tête a été rasée par les assaillants et aspergée de teinture verte brillante, qui est une forme grave d’humiliation contre les femmes dans le Caucase du Nord, HCDH a dit.

En raison de nouvelles inquiétudes quant à leur sécurité, ils ont été transférés dans un établissement médical de la ville de Beslan, en République russe d’Ossétie du Nord.

« Nous sommes soulagés que Yelena Milashina et Alexander Nemov se soient échappés vivants de l’attaque et apprécions les efforts déployés pour les mettre en sécurité », ont déclaré les experts. « Cependant, nous sommes gravement préoccupés par les menaces persistantes qui pèsent sur leur vie et bien-être. »

Fermer la montre sur le boîtier

« Nous suivrons de près ce dossierqui est une autre tentative de faire taire les voix indépendantes qui réclament justice pour les victimes de violations des droits de l’homme en Russie », ont-ils déclaré.

Ils ont appelé la Russie à mettre fin au « climat d’impunité » actuel et à démontrer sa volonté de créer un environnement favorable et sûr pour tous les journalistes et défenseurs des droits de l’homme, à l’abri de toute intimidation et menace de mort, conformément à ses obligations et engagements internationaux.

Mandat d’experts

Les experts indépendants des droits de l’homme sont tous nommés par le Conseil des droits de l’homme Procédures spéciales.

Ils sont mandatés pour suivre et rendre compte de questions thématiques spécifiques ou de situations nationales. Ils ne font pas partie du personnel de l’ONU et ne reçoivent pas de salaire pour leur travail.

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Anvers, une ville portuaire dynamique : entre commerce et histoire

Anvers, une ville portuaire dynamique : entre commerce et histoire Située dans le nord de...

Bruxelles, une destination pour tous : Les activités familiales et les parcs à découvrir

Bruxelles, une destination pour tous : Les activités familiales et les parcs à découvrir Bruxelles,...

Rompre le silence sur les chrétiens persécutés

Chrétiens présécutés – L'eurodéputé Bert-Jan Ruissen a organisé une conférence et une exposition au...

Éthiopie – Les massacres se poursuivent et risque de nouvelles atrocités « à grande échelle »

Le dernier rapport sur l’Éthiopie documente les atrocités perpétrées « par toutes les parties...

autres articles

Rompre le silence sur les chrétiens persécutés

Chrétiens présécutés – L'eurodéputé Bert-Jan Ruissen a organisé une conférence et une exposition au...

Éthiopie – Les massacres se poursuivent et risque de nouvelles atrocités « à grande échelle »

Le dernier rapport sur l’Éthiopie documente les atrocités perpétrées « par toutes les parties...

L’interdiction de l’Abaya dans les écoles françaises rouvre un débat controversé sur la laïcité et de profondes divisions

Comme indiqué dans un bulletin d'information de l'ONG basée à Bruxelles Droits de l'homme...