4.2 C
Bruxelles
mercredi, avril 24, 2024
AccueilFrançaisACTUALITEEspagne, les crimes de haine ont augmenté de 3,7 % en 2022

Espagne, les crimes de haine ont augmenté de 3,7 % en 2022

Publié le

Grande-Marlaska (Ministre espagnol de l’intérieur) a présenté le « Rapport sur l’évolution des crimes de haine en Espagne 2022 » lors de la réunion de la 2e Commission de suivi du 2e Plan d’action de lutte contre les crimes de haine 2022-2024.

Selon le rapportles forces de sécurité de l’État ont élucidé 63 % des faits et arrêté ou enquêté sur 838 personnes.

Les délits de racisme/xénophobie sont les plus nombreux (755), et ceux liés à la discrimination sexuelle/genre sont ceux qui ont le plus augmenté par rapport à l’année précédente (77%).

Les forces et corps de sécurité de l’État ont enquêté sur un total de 1 869 infractions pénales et incidents de haine en Espagne en 2022, soit une augmentation de 3,7 % par rapport à 2021. Ceci est indiqué dans le « Rapport sur l’évolution des crimes de haine en Espagne 2022 », présenté le Mercredi par le ministre de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska.

Le ministre a expliqué ces données lors de la réunion de la 2ème Commission de suivi de la « 2e plan d’action de lutte contre les crimes haineux 2022-2024», où le rapport a été présenté. Le rapport a été rédigé par l’Office national de lutte contre les crimes de haine (Ondod) sur la base des données fournies au Système statistique de criminalité (SEC) par la police nationale, la Guardia Civil, l’Ertzaintza, les Mossos d’Esquadra, la Policía Foral de Navarra et la police locale. .

Le rapport est disponible sur le lien suivant, dans la rubrique Bilans et Rapports 2022 du site du Ministère de l’Intérieur.

Grande-Marlaska a rappelé que les crimes de haine constituent « une attaque frontale et directe » contre les principes de liberté, de respect de la dignité des personnes et des droits qui fondent l’État de droit social et démocratique. « Agir contre les crimes de haine contribue à améliorer la coexistence d’une société multiculturelle composée de personnes différentes et, par conséquent, nous aide à vivre dans une société meilleure », a-t-il déclaré.

LE RACISME ET LA XÉNOPHOBIE, SONT LES CRIMES DE HAINE LES PLUS NOMBREUX.

Les crimes de haine dus au racisme et à la xénophobie, avec 755 incidents, sont les plus nombreux et représentent 43,5 % du nombre total de plaintes. Viennent ensuite les crimes haineux commis dans les domaines de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre (459 incidents), tandis que les crimes haineux idéologiques arrivent en troisième position (245 incidents).

En termes de variation d’une année sur l’autre, les crimes de haine pour discrimination fondée sur le sexe et le genre sont ceux qui subissent la plus forte augmentation, 76,6 % de plus qu’en 2021. Il convient également de noter l’augmentation des crimes aporophobes, qui ont augmenté de 70 % et l’antitsiganisme, qui a augmenté de 22,2 %.

Par rapport à 2021, les délits pour discrimination générationnelle (57,1%), pour raisons de maladie (47,6%), pour croyances ou pratiques religieuses (25,4%) et pour idéologie (24,8%) ont considérablement diminué.

En ce qui concerne les types d’infractions impliquées dans ces crimes haineux, les plus courantes étaient les blessures (423) et les menaces (338), suivies des insultes (116) et des dommages (106).

Parmi les communautés autonomes, le Pays basque a le plus grand nombre de plaintes (407), suivi de la Catalogne (253), de la Communauté de Madrid (237) et de l’Andalousie (207).

PROFILS DES VICTIMES ET DES PERSONNES ENQUÊTÉES ET ARRÊTÉES.

Le rapport présenté cette année indique que les forces de sécurité de l’État ont éclairci 63 % des faits en 2022 et arrêté ou enquêté sur 838 personnes.

Les principales victimes de ce type de délit sont les hommes (59,4 %), tandis que la tranche d’âge la plus touchée se situe entre 26 et 40 ans (31,3 %). Les mineurs représentent 12,1 % de toutes les victimisations.

Quant à la répartition des victimes selon la nationalité, la première place est occupée par les victimes espagnoles, avec 60,9 % du nombre total de victimations enregistrées. Au sein du groupe des victimes de nationalité étrangère, les Marocains sont les plus nombreux (9,9 %), devant la Colombie (3,3 %) et le Sénégal (2,1 %).

Le nombre de personnes arrêtées/enquêtées pour crimes et incidents motivés par la haine s’élevait à 838 personnes, dont la majorité étaient des hommes (79 %) âgés de 26 à 40 ans, soit 27,6 % du total.

SUIVI DU SECOND PLAN D’ACTION CONTRE LES CRIMES DE HAINE.

Lors de la deuxième réunion de la commission de suivi du deuxième plan d’action de lutte contre les crimes de haine 2022-2024, le ministre a souligné « l’approche transversale » du plan, qui a amélioré la coopération entre les institutions impliquées et le tiers secteur « et a placé le victime au centre de l’attention, tant pour assurer sa protection que pour contribuer à la réparation du crime ».

Le long de ces lignes, Grande-Marlaska précise que la réparation ne doit pas être comprise d’un point de vue purement matériel. « Nous devons penser à la réparation morale, qui peut être encore plus importante pour la victime, car sa dignité, sa liberté ou son libre développement dans des conditions et des chances égales ont été attaqués », a-t-il déclaré.

Dans son allocution, le ministre a également souligné « la grande implication » des Forces de sécurité dans la prévention et la lutte contre les crimes de haine, et a expressément évoqué la création de « groupes de police spécifiques et spécialisés », tels que la Police nationale de l’extrémisme violent et de la haine. (EVO) et les équipes d’intervention contre les crimes de haine (REDO) de la Garde civile.

À ce stade, Grande-Marlaska a rendu compte de l’accord signé entre le ministère de l’Intérieur et la Fédération espagnole des municipalités et provinces (FEMP) pour canaliser la collaboration et la coordination entre la police nationale, la garde civile et la police locale dans des aspects tels que l’identification , la collecte et la codification des incidents et crimes racistes, xénophobes ou des comportements discriminatoires, ainsi que la garantie d’une prise en charge et d’une assistance appropriées aux victimes de crimes de haine.

La réunion de la Commission de contrôle a réuni, au nom du ministère de l’Intérieur, le secrétaire d’État à la Sécurité, Rafael Pérez, le directeur général de la coordination et des études, José Antonio Rodríguez, ainsi que le personnel d’Ondod.

Étaient également présents le procureur général pour crimes de haine et discrimination, Miguel Ángel Aguilar ; la directrice de l’Observatoire contre le racisme et la xénophobie (Oberaxe), Karoline Fernández ; le directeur adjoint de la Fondation Pluralisme et Convivence, Inés Mazarrasa; et la directrice générale de l’organisation et des ressources de la Fédération espagnole des municipalités et provinces, María Eugenia Simarro.

En outre, ont participé des représentants des forces et corps de sécurité de l’État et des forces de police régionales, ainsi que des représentants de huit associations du troisième secteur : le Comité espagnol des représentants des personnes handicapées (CERMI), le Mouvement contre l’intolérance, le Conseil des victimes des crimes de haine, Observatoire contre l’homophobie de Catalogne, Agents de l’Autorité pour la diversité (LGTBIpol), Fédération des associations de femmes tsiganes (Fakali), Conseil islamique et Observatoire pour la liberté religieuse et la liberté de conscience.

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Expulsions vers le Rwanda : tollé après l’adoption de la loi britannique

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak a salué l'adoption, dans la nuit du lundi...

Le premier médicament qui ralentit la maladie d’Alzheimer existe déjà, mais pourquoi les médecins sont sceptiques ?

Neuf mois après son introduction aux États-Unis, le médicament contre la maladie d'Alzheimer d'Eisai...

La Régie des Bâtiments investit dans des laboratoires de l’Institut national de Criminalistique et de Criminologie

Étant donné la vétusté du complexe, la Régie des Bâtiments prévoit une nouvelle construction...

Les nouvelles règles budgétaires de l’UE approuvées par les députés | Nouvelles

Les nouvelles règles, approuvées mardi, ont été provisoirement convenu entre le Parlement européen et...

autres articles

Expulsions vers le Rwanda : tollé après l’adoption de la loi britannique

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak a salué l'adoption, dans la nuit du lundi...

Le premier médicament qui ralentit la maladie d’Alzheimer existe déjà, mais pourquoi les médecins sont sceptiques ?

Neuf mois après son introduction aux États-Unis, le médicament contre la maladie d'Alzheimer d'Eisai...

La Régie des Bâtiments investit dans des laboratoires de l’Institut national de Criminalistique et de Criminologie

Étant donné la vétusté du complexe, la Régie des Bâtiments prévoit une nouvelle construction...