6.3 C
Bruxelles
mercredi, avril 24, 2024
AccueilFrançaisACTUALITELe Conseil de sécurité ne parvient pas à un consensus sur la...

Le Conseil de sécurité ne parvient pas à un consensus sur la bouée de sauvetage de l’aide à la Syrie

Publié le

La perturbation survient alors que les besoins humanitaires sont à un niveau record après plus de 12 ans de guerre et à la suite du double tremblement de terre dévastateur qui a frappé la région en février.

L’ONU et ses partenaires espéraient une prolongation de 12 mois du mandat pour acheminer l’aide via le point de passage de Bab al-Hawa – une bouée de sauvetage pour quatre millions de personnes dans le nord-ouest de la Syrie, le dernier bastion de l’opposition.

L’ambassadeur Sérgio França Danese du Brésil s’adresse à la réunion du Conseil de sécurité sur la situation en Syrie.

Résolutions rivales

Le premier projet de résolution, déposé par le Brésil et la Suisse, appelait à une prolongation de neuf mois et comprenait un paragraphe sur l’expansion des opérations transversales, l’augmentation du financement, le renforcement des activités de relèvement rapide et l’action humanitaire contre les mines.

S’exprimant avant le vote, l’ambassadeur du Brésil, Sérgio França Danese, a déclaré qu’ils « n’avaient ménagé aucun effort pour essayer d’aboutir à un texte aussi consensuel que possible ».

Bien que 13 des 15 pays du Conseil aient voté en faveur de la résolution, celle-ci a été annulée par un non de la Russie, l’un des cinq membres permanents. La Chine, autre membre permanent, s’est abstenue.

La deuxième résolution pour une prolongation de six mois a été soumise par la Russie, que la Chine a soutenue. Trois pays ont voté contre et 10 se sont abstenus.

Les efforts de consensus se poursuivent

Le Conseil de sécurité a établi le mécanisme transfrontalier pour la première fois en 2014, initialement par le biais de quatre passages frontaliers. Bab al-Hawa est le seul qui reste.

Chaque mois, des camions livrent des médicaments, de l’eau potable, de la nourriture, des fournitures pour abris et d’autres articles à quelque 2,7 millions de Syriens. Damas a ouvert deux passages supplémentaires à la suite des tremblements de terre.

L’ambassadrice suisse Pascale Baeriswyl a déclaré que la résolution coparrainée par son pays aurait assuré la poursuite de l’aide humanitaire par toutes les modalités transfrontalières et transfrontalières,

« Le Brésil et la Suisse, en tant que co-titulaires de la plume, sont guidés par l’impératif humanitaire. Nous ne laisserons donc pas ce veto arrêter nos efforts inlassables pour trouver une solution », a-t-elle déclaré.

La Russie vote contre

En expliquant le vote de la Russie, l’ambassadeur Vasily Nebenzya a déclaré que le mécanisme transfrontalier « semble complètement anachronique aujourd’hui ». Il a souligné la nécessité de défendre la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Syrie.

« Bénir le mécanisme au sein duquel les terroristes d’Idlib interdiront, en toute impunité, l’aide humanitaire dans l’enclave à travers les lignes transversales ; où les pays occidentaux financent le relèvement rapide et les projets humanitaires uniquement sur les territoires qui ne sont pas sous le contrôle du gouvernement, et où la Syrie elle-même est étouffée par des sanctions inhumaines, ce n’est pas quelque chose que nous allons faire », a-t-il déclaré.

L’ambassadeur Vassily Nebenzia de la Fédération de Russie s’adresse à la réunion du Conseil de sécurité sur la situation en Syrie.

« Un moment triste »

L’échec de la résolution a représenté un moment triste pour le peuple syrien et le Conseil de sécurité, « sauf pour un pays », a déclaré l’ambassadrice des États-Unis, Linda Thomas-Greenfield.

« La Russie n’a pas assumé sa responsabilité en tant que membre permanent de ce Conseil. Et c’est en dessous de la dignité de ce corps », a-t-elle déclaré.

« Il s’agit d’un affront flagrant aux valeurs qui nous sont chères à tous dans nos efforts pour faire progresser la paix et la sécurité, et surtout, au peuple syrien qui a enduré tant de souffrances et de violences inutiles aux mains du régime d’Assad. »

Transition vers la livraison interligne

Après le vote sur le projet russe, la Chine a regretté que le Conseil n’ait pas pu parvenir à un consensus sur le renouvellement du mécanisme transfrontalier.

« Nous avons toujours soutenu que l’aide humanitaire à la Syrie doit être fournie d’une manière qui respecte la souveraineté de la Syrie et l’appropriation par le gouvernement syrien », a déclaré l’ambassadeur Jun Zhang.

Le pipeline était un arrangement temporaire dans des circonstances spécifiques, a-t-il dit, ajoutant qu' »il est nécessaire d’accélérer la transition vers l’assistance transversale et de supprimer progressivement le mécanisme transfrontalier jusqu’à son éventuelle interruption ».

Enfants déplacés vivant dans un campement informel dans le nord-ouest de la Syrie.

Enfants déplacés vivant dans un campement informel dans le nord-ouest de la Syrie.

Le chef de l’ONU déçu

ONU Secrétaire général António Guterres a exprimé son déception sur l’incapacité du Conseil à parvenir à un accord, a déclaré son porte-parole dans un communiqué publié à l’issue de la réunion.

« L’assistance transfrontalière de l’ONU reste une véritable bouée de sauvetage pour des millions de personnes dans le nord-ouest de la Syrie, car les besoins humanitaires ont atteint un niveau record depuis le début du conflit, tandis que l’impact des tremblements de terre dévastateurs de février se fait encore cruellement sentir », a-t-il déclaré.

M. Guterres a exhorté les membres du Conseil à redoubler d’efforts pour soutenir la fourniture continue d’une assistance transfrontalière à des millions de personnes dans le besoin « pour la plus longue période possible ».

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Expulsions vers le Rwanda : tollé après l’adoption de la loi britannique

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak a salué l'adoption, dans la nuit du lundi...

Le premier médicament qui ralentit la maladie d’Alzheimer existe déjà, mais pourquoi les médecins sont sceptiques ?

Neuf mois après son introduction aux États-Unis, le médicament contre la maladie d'Alzheimer d'Eisai...

La Régie des Bâtiments investit dans des laboratoires de l’Institut national de Criminalistique et de Criminologie

Étant donné la vétusté du complexe, la Régie des Bâtiments prévoit une nouvelle construction...

Les nouvelles règles budgétaires de l’UE approuvées par les députés | Nouvelles

Les nouvelles règles, approuvées mardi, ont été provisoirement convenu entre le Parlement européen et...

autres articles

Expulsions vers le Rwanda : tollé après l’adoption de la loi britannique

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak a salué l'adoption, dans la nuit du lundi...

Le premier médicament qui ralentit la maladie d’Alzheimer existe déjà, mais pourquoi les médecins sont sceptiques ?

Neuf mois après son introduction aux États-Unis, le médicament contre la maladie d'Alzheimer d'Eisai...

La Régie des Bâtiments investit dans des laboratoires de l’Institut national de Criminalistique et de Criminologie

Étant donné la vétusté du complexe, la Régie des Bâtiments prévoit une nouvelle construction...