13.2 C
Bruxelles
samedi, avril 13, 2024
AccueilFrançaisACTUALITETürk appelle au respect des symboles religieux alors que le Conseil des...

Türk appelle au respect des symboles religieux alors que le Conseil des droits débat d’urgence des incendies du Coran

Publié le

S’adressant à la Conseil des droits de l’hommele Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Volker Türk, a noté que le livre était le « cœur de la foi » pour plus d’un milliard de musulmans.

Ceux qui avaient brûlé le Coran l’ont très probablement fait « pour exprimer du mépris et attiser la colère », a déclaré M. Türk, tout en avertissant que ces actes visaient également « à semer la discorde entre les gens », à provoquer et à transformer les différences en haine.

Le dialogue pour réparer les différences d’opinions et de religions est essentiel, a poursuivi le chef des droits de l’homme des Nations Unies, en condamnant les discours de haine contre et par des personnes de toutes les confessions dominantes et minoritaires, soulignant à la place les avantages de la diversité pour toutes les sociétés.

Le droit de croire – ou de ne pas croire – « est fondamental pour déclaration universelle des droits de l’Homme», a déclaré le Haut-Commissaire au Conseil des droits de l’homme, qui s’est réuni mardi pour le débat d’urgence à la demande du Pakistan.

Il a déclaré que les politiciens de premier plan et les personnalités religieuses de premier plan ont un « rôle particulièrement crucial à jouer » en s’exprimant clairement contre le manque de respect et l’intolérance.

« Ils devraient également préciser que la violence ne peut être justifiée par une provocation préalable, réelle ou perçue », a-t-il ajouté.

Limites à la liberté d’expression

Le Haut-Commissaire a souligné que la limitation de la liberté d’expression ou d’expression à quelque degré que ce soit doit rester « en tant que principe fondamental » une exception, d’autant plus que les lois limitant la parole sont « souvent utilisées à mauvais escient » par les gouvernements autoritaires.

Mais, certains actes de parole constituent une incitation à la violence et à des actions discriminatoires, a-t-il poursuivi.

De nombreux actes de violence, de terreur et d’atrocités de masse ont ciblé des personnes en raison de leurs croyances religieuses, y compris à l’intérieur de lieux de culte.

Bien que le droit international soit clair sur la question, les tribunaux nationaux doivent statuer sur chaque cas d’une manière « compatible avec les garde-fous que prévoit le droit international humanitaire », a-t-il déclaré.

Pouvoir de la loi contre la haine

« Mon deuxième point est le suivant : l’appel à la haine qui constitue une incitation à la violence, à la discrimination et à l’hostilité devrait être interdit dans tous les États », a déclaré M. Türk aux délégués au Conseil à Genève.

Il a donné des exemples d’abus de femmes musulmanes qui portent un foulard, de ricanement envers les personnes handicapées, de diffamation des personnes LGBTIQ+ ou de fausses déclarations contre les migrants et les minorités, notant que « tous ces discours de haine sont similaires », issus de l’idée que certains sont moins méritant que d’autres.

La vague de discours de haine est alimentée par les médias sociaux et augmente la discorde et la polarisation, a-t-il averti.

Ensuite, il a appelé à lutter contre la montée des discours de haine par le dialogue, l’éducation, une plus grande sensibilisation et l’engagement interreligieux ou communautaire.

Il a souligné la Stratégie et plan d’action des Nations Unies contre le discours de hainecomme un outil de soutien clé pour les gouvernements pour le contrer.

Il a exhorté les pays à redoubler d’efforts pour mettre en œuvre le Plan.

Défiez les marchands du chaos

Face à la militarisation croissante des différences religieuses à des fins politiques, il a déclaré que les sociétés ne devaient pas mordre à l’hameçon.

« Nous ne devons pas nous laisser entraîner et être instrumentalisés par ces marchands de chaos à des fins politiques – ces provocateurs qui cherchent délibérément des moyens de nous diviser. »

Il a déclaré que son objectif primordial en abordant le débat était de souligner «l’enrichissement profond» fourni par la diversité, les opinions existentielles «et nos pensées et nos croyances».

Le chef des droits de l’ONU a déclaré que toutes les sociétés doivent devenir « des aimants de respect, de dialogue et de coopération entre les différents peuples, comme l’ont fait de multiples civilisations dans le passé ».

Lien source

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Pérenniser votre entreprise : le rôle de l’IA dans les services cloud

Imaginez votre entreprise comme une machine bien huilée, s’adaptant continuellement aux changements du marché...

La Régie des Bâtiments restaure la façade arrière du bâtiment du Conseil d’État à Bruxelles

Le siège du Conseil d’État se trouve depuis 1948 dans le quartier européen à...

Rendre à la nature plus que ce que nous prenons

Rassemblant des orateurs inspirants et des participants de divers États membres et institutions de...

Décharge : les députés approuvent le budget de l’UE pour 2022

Le Parlement européen a accordé jeudi la décharge à la Commission, à toutes les...

autres articles

Pérenniser votre entreprise : le rôle de l’IA dans les services cloud

Imaginez votre entreprise comme une machine bien huilée, s’adaptant continuellement aux changements du marché...

La Régie des Bâtiments restaure la façade arrière du bâtiment du Conseil d’État à Bruxelles

Le siège du Conseil d’État se trouve depuis 1948 dans le quartier européen à...

Rendre à la nature plus que ce que nous prenons

Rassemblant des orateurs inspirants et des participants de divers États membres et institutions de...