6.3 C
Bruxelles
mercredi, avril 24, 2024
AccueilFrançaisACTUALITELe projet de loi britannique "érode considérablement" les droits de l'homme et...

Le projet de loi britannique « érode considérablement » les droits de l’homme et la protection des réfugiés, préviennent les agences de l’ONU

Publié le

Inquiétudes sur la législation

Le projet de loi sur l’immigration illégale élimine l’accès à l’asile pour toute personne qui arrive « irrégulièrement » au Royaume-Uni, ce qui signifie qu’elle a traversé un pays – même brièvement – où elle n’a pas été persécutée.

Le projet de loi interdit aux migrants de présenter une demande d’asile ou d’autres droits de l’homme, quelle que soit leur situation. Il est passé par les Communes, mais n’a pas encore franchi la Chambre haute, la Chambre des lords.

La loi actuelle exige leur renvoi dans un autre pays sans garantie qu’ils pourront nécessairement y accéder aux protections. Le projet de loi crée également de nouveaux pouvoirs de détention étendus avec un contrôle judiciaire limité.

« HCR partage la préoccupation du gouvernement britannique concernant le nombre de demandeurs d’asile qui ont recours à des voyages dangereux à travers le [English] Canaliser.

« Nous nous félicitons des efforts actuels visant à rendre le système d’asile existant plus efficace grâce à un traitement rapide, équitable et efficace des dossiers, qui permet l’intégration de ceux qui ont besoin d’une protection internationale et le retour rapide de ceux qui n’ont pas de base légale. rester », a déclaré le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi.

« Malheureusement, ces progrès seront considérablement compromis par la nouvelle législation. La coopération avec des partenaires européens et autres le long des routes empruntées par les réfugiés et les migrants est également essentielle », a-t-il poursuivi.

Contrairement aux droits de l’homme

Le projet de loi refuse l’accès à la protection des réfugiés à toute personne relevant de son champ d’application – y compris les enfants non accompagnés et séparés – qu’ils soient menacés de persécution, qu’ils aient subi des violations des droits de l’homme ou qu’ils soient des survivants de la traite des êtres humains ou de l’esclavage moderne.

« Procéder à des déménagements dans ces circonstances est contraire aux interdictions de refoulement et les expulsions collectives, les droits à une procédure régulière, à la vie familiale et privée, et le principe de l’intérêt supérieur des enfants concernés », a déclaré le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Volker Türk.

Le Convention de 1951 sur les réfugiésdont le Royaume-Uni était l’un des premiers signataires, reconnaît explicitement que les réfugiés peuvent être contraints d’entrer de manière irrégulière dans un pays d’asile.

La plupart des personnes fuyant la guerre et la persécution n’ont pas ou ne peuvent pas accéder aux documents de voyage officiels tels que les passeports et les visas. Les voies d’immigration sûres et « légales » ne leur sont donc souvent pas accessibles.

Sans la capacité opérationnelle adéquate pour expulser un grand nombre de demandeurs d’asile ou pour créer des accords d’expulsion viables avec des pays tiers, des milliers de migrants devraient rester indéfiniment au Royaume-Uni dans des situations juridiques précaires, ont déclaré les agences.

« Des risques graves »

« Pendant des décennies, le Royaume-Uni a fourni un refuge à ceux qui en avaient besoin, conformément à ses obligations internationales – une tradition dont il est fier à juste titre. Cette nouvelle législation érode considérablement le cadre juridique qui a protégé tant de personnes, exposant les réfugiés à de graves risques en violation du droit international », a déclaré M. Grandi.

Les experts des Nations Unies en matière de réfugiés et de droits de l’homme affirment que la législation aggravera également la situation déjà vulnérable des réfugiés au Royaume-Uni, limitant considérablement leur jouissance des droits de l’homme et exposant beaucoup à la détention et à la misère.

Leurs droits à la santé, à un niveau de vie adéquat et à l’emploi sont tous menacés, ce qui les expose à une exploitation et à des abus potentiels.

Histoire de compassion

« Le Royaume-Uni s’est depuis longtemps engagé à faire respecter le droit international relatif aux droits de l’homme et aux réfugiés. Un tel engagement inébranlable est plus que jamais nécessaire aujourd’hui », a dit Le chef des droits de l’homme de l’ONU, Volker Türk.

« J’exhorte le gouvernement britannique à renouveler cet engagement en faveur des droits de l’homme en annulant cette loi et en veillant à ce que les droits de tous les migrants, réfugiés et demandeurs d’asile soient respectés, protégés et réalisés, sans discrimination.

« Cela devrait inclure des efforts pour garantir un traitement rapide et équitable des demandes d’asile et des droits de l’homme, améliorer les conditions d’accueil et accroître la disponibilité et l’accessibilité de voies sûres pour la migration régulière », a-t-il ajouté.

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Expulsions vers le Rwanda : tollé après l’adoption de la loi britannique

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak a salué l'adoption, dans la nuit du lundi...

Le premier médicament qui ralentit la maladie d’Alzheimer existe déjà, mais pourquoi les médecins sont sceptiques ?

Neuf mois après son introduction aux États-Unis, le médicament contre la maladie d'Alzheimer d'Eisai...

La Régie des Bâtiments investit dans des laboratoires de l’Institut national de Criminalistique et de Criminologie

Étant donné la vétusté du complexe, la Régie des Bâtiments prévoit une nouvelle construction...

Les nouvelles règles budgétaires de l’UE approuvées par les députés | Nouvelles

Les nouvelles règles, approuvées mardi, ont été provisoirement convenu entre le Parlement européen et...

autres articles

Expulsions vers le Rwanda : tollé après l’adoption de la loi britannique

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak a salué l'adoption, dans la nuit du lundi...

Le premier médicament qui ralentit la maladie d’Alzheimer existe déjà, mais pourquoi les médecins sont sceptiques ?

Neuf mois après son introduction aux États-Unis, le médicament contre la maladie d'Alzheimer d'Eisai...

La Régie des Bâtiments investit dans des laboratoires de l’Institut national de Criminalistique et de Criminologie

Étant donné la vétusté du complexe, la Régie des Bâtiments prévoit une nouvelle construction...