6.1 C
Bruxelles
mardi, avril 16, 2024
AccueilFrançaisACTUALITETunisie. Des experts de l'ONU appellent à une action rapide pour faire...

Tunisie. Des experts de l’ONU appellent à une action rapide pour faire respecter les droits des migrants

Publié le

« Les expulsions collectives sont interdites par le droit international », ont averti les experts de l’ONU dans une déclaration.

Ils ont souligné qu’il est interdit en vertu du droit international des droits de l’homme d’expulser des migrants, des réfugiés et des demandeurs d’asile sans procéder à une évaluation individuelle et objective des risques des violations potentielles des droits de l’homme auxquels ils pourraient être confrontés à leur retour.

Femmes et enfants déportés

Les experts ont écrit au gouvernement tunisien en mars pour exprimer leurs préoccupations.

« Nous appelons les autorités à arrêter immédiatement toute nouvelle expulsion et à poursuivre et étendre l’accès humanitaire à une zone dangereuse à la frontière tuniso-libyenne où de nombreuses personnes, y compris des femmes enceintes et des enfants, ont déjà été expulsées », ont déclaré les experts de l’ONU.

Ils ont souligné que le droit international des droits de l’homme confirme la politique de non-refoulement, c’est-à-dire de ne pas renvoyer les personnes dans des pays où elles sont susceptibles de subir la torture ou d’autres atteintes, qui s’applique à toutes les formes d’expulsion, indépendamment de la nationalité ou du statut migratoire.

Arrêtez le discours de haine

« Nous sommes également profondément préoccupés par les informations faisant état de discours de haine raciste dans le pays et les informations faisant état de violences contre des migrants à Sfax, notamment perpétrées par des responsables de l’application des lois », ont déclaré les experts.

« Le discours de haine raciale qui constitue une incitation à la discrimination a des conséquences réelles, y compris la violence », ont-ils souligné.

Les experts ont appelé le gouvernement tunisien à prendre des mesures immédiates pour mettre fin aux discours de haine raciste et protéger les migrants subsahariens de la violence. Ils ont également exhorté le Gouvernement à enquêter sur les actes de violence signalés et à garantir l’accès à la justice et aux voies de recours pour les victimes.

Les experts qui ont publié la déclaration ont été nommés par l’ONU Conseil des droits de l’homme à Genève.

Ils ne font pas partie du personnel de l’ONU et ne sont pas rémunérés pour leur travail.

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Dette de l’Etat fédéral à fin mars 2024

Communiqué de presse de l'Agence fédérale de la Dette:   A la fin mars 2024, la...

Invitation de presse: présentation du Centre d’analyse des risques climatiques et environnementaux

La création du nouveau centre belge d’analyse des risques climatiques et environnementaux vise à...

Un candidat de trou noir inhabituellement léger repéré par LIGO

En mai 2023, peu après la remise en marche du LIGO (Laser Interferometer Gravitational-wave...

Le modèle d’IA a le potentiel de détecter le risque de trouble de stress post-traumatique lié à l’accouchement

Les chercheurs ont adapté un programme d'intelligence artificielle (IA) pour identifier les signes de...

autres articles

Dette de l’Etat fédéral à fin mars 2024

Communiqué de presse de l'Agence fédérale de la Dette:   A la fin mars 2024, la...

Invitation de presse: présentation du Centre d’analyse des risques climatiques et environnementaux

La création du nouveau centre belge d’analyse des risques climatiques et environnementaux vise à...

Un candidat de trou noir inhabituellement léger repéré par LIGO

En mai 2023, peu après la remise en marche du LIGO (Laser Interferometer Gravitational-wave...