10.7 C
Bruxelles
jeudi, avril 18, 2024
AccueilFrançaisACTUALITESociology Unplugged : l'interview révélatrice de Peter Schulte sur les "sectes" et les...

Sociology Unplugged : l’interview révélatrice de Peter Schulte sur les « sectes » et les « cultes »

Publié le

Dans un monde où les idéologies et les sectes suscitent souvent la controverse et la confusion, comprendre les subtilités de ces phénomènes devient primordial. Le European Times a eu l’occasion rare de s’entretenir avec Peter Schulte, un sociologue estimé et ancien Weltanschauungsbeauftragter (ce que beaucoup appellent un «commissaire de secte/culte»), qui a plongé dans les profondeurs de ces sujets pendant plus d’une décennie. Dans cette interview exclusive, Schulte partage ses expériences profondes, ses réflexions et ses observations qui éclairent le monde souvent incompris des «sectes» et des «sectes».

Introduction

Avec une carrière allant de 1998 à 2010, le rôle de Schulte en tant que représentant des idéologies et des sectes l’a exposé à diverses perspectives et à des histoires de vie captivantes. Contrairement aux attentes conventionnelles, il a découvert que la véritable nature de ces questions était beaucoup plus complexe et étroitement liée à la société qu’on ne le croyait auparavant. Dans cette conversation sincère, Schulte explique comment ses rencontres avec des personnes cherchant de l’aide ont souvent conduit à des révélations surprenantes, transcendant la représentation superficielle des soi-disant «sectes».

Au fil de la conversation, Schulte se penche également sur ses expériences avec la Scientologie, un sujet qui continue de captiver l’attention du public. Grâce à des recherches et des analyses méticuleuses, il dévoile les facteurs sociologiques à l’origine de la stigmatisation de ce mouvement religieux, défiant les perceptions dominantes et soulevant des questions stimulantes sur les valeurs sociétales et la morale. Son livre couvre des questions telles que « Sur quelle base plausible la Scientologie a-t-elle été déclarée menace sociale ? Quelles étaient les causes de ces actions ? Quelles institutions, personnes ou autres acteurs ont été significativement impliqués ? Quels moyens ont-ils utilisés pour faire apparaître la Scientologie comme dangereuse ? ».

Dans cette discussion révélatrice, Schulte offre une nouvelle perspective sur le « problème des sectes », appelant à une approche plus nuancée et objective pour comprendre la nouvelle religiosité et la spiritualité. Il estime que l’État, et pas seulement les églises, devrait jouer un rôle dans la promotion de la transparence et la promotion d’opinions éclairées sur les questions religieuses.

Rejoignez-nous alors que nous embarquons dans un voyage de connaissance et d’illumination avec Peter Schulte, explorant les complexités cachées derrière les idéologies et les sectes dans cette interview exclusive présentée par The European Times.

The European Times : Comment êtes-vous devenu « représentant des idéologies et des sectes » (Weltanschauungsbeauftragter) ?

Pierre Schulte : C’était en fait assez banal. J’avais fait mon doctorat en sciences sociales en 1998, je travaillais dans la recherche depuis un certain temps et je cherchais simplement un nouveau défi. Par hasard, je suis tombé sur une annonce dans un journal : on cherchait des personnes pour créer et gérer un centre d’information sur les questions religieuses et idéologiques. L’employeur était la province du Tyrol. J’ai postulé et j’ai été accepté sans savoir à quoi m’attendre.

Combien de temps y avez-vous travaillé ?

PS : De 1998 à 2010, dans le département sociopolitique du Bureau du gouvernement tyrolien. J’avais deux employés, un grand bureau et j’étais responsable du domaine de conseil et d’information sur les «questions sectaires».

Quelles expériences avez-vous vécues pendant cette période ?

PS : J’ai trouvé intéressant de savoir quelles personnes s’adressaient à une telle institution avec quelles préoccupations. Les premières informations que j’ai reçues provenaient de divers centres de conseil de sectes en Allemagne et en Autriche, d’initiatives d’églises et d’État, ainsi que de parents privés. Les signes étaient clairs : le danger des soi-disant sectes est très grand et moi aussi je pourrais être quelqu’un impliqué dans la lutte contre le mal dans le monde. Les armes nécessaires pour cela, à savoir des brochures d’information de toutes sortes, ont été fournies immédiatement.

Cependant, les personnes qui m’ont approché directement pour obtenir des conseils étaient moins intéressées par la littérature. Ils s’intéressaient davantage aux problèmes concrets et quotidiens qui avaient manifestement à voir avec les soi-disant sectes. Cependant, en y regardant de plus près, il s’est souvent avéré que leurs problèmes étaient plus complexes et d’une plus grande portée et que le problème causal – c’est-à-dire la soi-disant secte – n’était qu’une partie de l’ensemble du système d’interaction.

Il s’agissait pour la plupart d’histoires de vie individuelles où l’on tentait de construire un contexte « sectaire ». Certains demandeurs d’aide se trouvaient dans un état si grave qu’ils n’étaient plus en mesure de prodiguer des conseils.

Ils croyaient aux théories du complot et aux puissances étrangères qui les restreindraient et les manipuleraient dans leurs actions. Ces observations sont complètement ignorées dans la scène du conseil, bien qu’à mon avis, elles constituent une base importante pour la discussion sur la manière de traiter les soi-disant sectes.

Que pouvez-vous nous dire de votre expérience avec la Scientologie ?

PS : La Scientologie sert à beaucoup de gens comme écran de projection du mal par excellence. Peu importe que les accusations soient vraies ou fausses, ce qui est important, c’est qu’elles servent à perpétuer des mythes sur les soi-disant sectes. La scène du conseil fait tout pour véhiculer et entretenir cette image. Cela m’a fait réfléchir lorsque j’ai lu que dans de nombreux centres de conseil, la Scientologie était en tête de liste des demandes. Je n’ai pas pu faire cette observation.

Pendant mon temps actif, j’attendais des membres de Scientologie qui cherchaient de l’aide, de l’accompagnement et des conseils dans leur sortie. Mais personne n’est venu vers moi, mais des gens d’églises reconnues qui voulaient partir sont venus vers moi, principalement des hauts fonctionnaires qui ne s’entendaient pas avec l’autorité de l’église. Et même s’ils étaient très attachés au bien commun, ils étaient pleins de doute et de culpabilité.

À ce jour, il manque un discours ouvert sur la Scientologie, en particulier la réponse à la question générale du sens de la nouvelle religiosité et spiritualité dans un monde devenu confus. Je vois un autre problème dans la tâche des médias classiques de publier des informations et des faits fiables. Cependant, avec l’avènement des réseaux sociaux et des nouveaux canaux d’information, ils sont souvent contraints de susciter l’attention pour que leur lectorat ne décroche pas.

Qu’est-ce qui vous a fait quitter le travail après 12 ans ?

PS : J’ai réalisé que je n’allais nulle part. Le gouvernement de l’État avait des attentes que je n’étais pas disposé ou capable de satisfaire. Tant que vous répandez le « danger sectaire » et appelez ainsi le spectre par son nom, vous faites partie d’une communauté qui ne doute pas d’elle-même. Tout le monde doit penser la même chose et ceux qui ne le font pas sont menacés d’exclusion et de bannissement éternel. Il est caractéristique d’une grande partie de la scène du conseil qu’elle ignore largement les opinions et les expériences contraires, même si elle pointe ce problème même dans les « sectes ».

Vous avez écrit un livre un peu plus tard.

PS : Oui, je voulais mettre mes observations et mes expériences à la disposition d’un public intéressé, donner un nouvel élan à la discussion, si l’on peut dire. Le résultat a été une analyse de vulgarisation scientifique qui examine le sujet à différents niveaux.

Votre nouveau livre est entièrement consacré au sujet de la Scientologie. Pourquoi?

PS : Je voulais savoir comment cette controverse est née, pourquoi la Scientologie est observée par l’Office allemand pour la protection de la Constitution et quels facteurs sociologiques influencent l’image sociale de la Scientologie. Pour ce faire, j’ai fait des recherches intensives pendant des années, travaillé sur des documents et mené des entretiens. L’examen des fichiers du gouvernement fédéral allemand montre à lui seul à quel point les données sont minces et que la Scientologie est effectivement observée par l’Office pour la protection de la Constitution depuis 1997 sans aucun fondement.

La Scientologie est un phénomène intéressant car on peut observer les facteurs sociologiques d’exclusion et de stigmatisation dans la manière dont la société traite ce Nouveau Mouvement Religieux. Cette discussion ne porte ni sur les faits ni sur la vérité, mais sur le maniement des valeurs et de la morale. Un mouvement religieux qui dénonce le passé de la psychiatrie et ses méthodes, en général, n’a jamais existé en Allemagne. En même temps, j’ai pu observer que certains groupes d’intérêt travaillent très intensément pour présenter les soi-disant décrocheurs comme représentatifs de l’ensemble de la communauté, dans le but de répandre une image négative de la Scientologie dans la société. J’ai parfois eu l’impression qu’il s’agissait d’une tentative de détourner l’attention des aberrations des églises officielles.

Die Akte Les chiffres de la Scientologie Sociology Unplugged : l'interview révélatrice de Peter Schulte sur "sectes" et "cultes"
Sociology Unplugged : l’interview révélatrice de Peter Schulte sur les « sectes » et les « cultes » 4

Quelle a été la réaction à votre livre ?

PS : Je m’attendais à plus : plus d’indignation morale, plus d’arguments, plus de discussions. Bien que plusieurs milliers de livres soient en circulation, il me semble que le livre est étouffé. Même d’anciens collègues du monde du conseil n’ont pas réagi à ma publication, pas plus que l’Office allemand de protection de la Constitution. Au lieu de cela, j’ai pu lire quelques critiques sur Amazon. Cependant, je n’ai été ni attaqué en tant que destructeur de nid ni en tant que non scientifique.

En attendant, une traduction anglaise du livre est disponible et sera publiée prochainement.

Rétrospectivement : comment voyez-vous le « problème des sectes » en général ?

PS : La discussion est complètement exagérée, et rien n’est remis en cause. Le domaine des soi-disant sectes ne concerne que certains secteurs de notre société, et il s’agit souvent d’orientations de valeurs ou, tout simplement, de la question de ce qui est permis et de ce qui ne l’est pas. Il y a des groupes d’intérêts qui ont un problème avec la nouvelle religiosité et la nouvelle spiritualité, des gens qui croient que c’est nocif pour les êtres humains. Pourquoi les gens se tournent vers de nouvelles offres spirituelles, ce qu’ils y recherchent ou y trouvent, ou le fait que les gens se sentent simplement bien entourés dans de tels groupes, cela n’a absolument aucun rapport avec ces groupes d’intérêt.

Il ne faut pas laisser la question aux seules Églises – comme cela s’est produit par le passé – car l’État devrait effectivement avoir pour tâche d’assurer la transparence en matière de religion ou de garantir l’équilibre de l’information. De cette façon, le citoyen pourrait se forger une opinion objective.

La FECRIS est une association internationale qui regroupe divers mouvements anti-sectes. Avez-vous eu une expérience avec cela?

PS : En Autriche, il existe également une organisation qui soutient et promeut FÉCRIS. Ses membres sont des whippersnappers qui s’opposent à toute forme de nouvelle religiosité et spiritualité. Ils répandaient d’étranges théories sur les « sectes » et leurs « méthodes ». J’avais constamment le sentiment qu’ils essayaient d’attribuer les conflits familiaux aux « sectes ».

Que fais tu aujourd’hui?

PS : Je suis un entrepreneur indépendant dans le secteur de la santé. Ici, je dois beaucoup communiquer au niveau des yeux, ce que mes clients et moi-même apprécions beaucoup. Je suis toujours intéressé par le sujet et je reçois encore occasionnellement des invitations à donner mon avis sur le sujet des mouvements religieux.


En savoir plus sur Peter Schulte :

peter Sociology Unplugged : Interview révélatrice de Peter Schulte sur "sectes" et "cultes"

Peter Schulte est un éminent spécialiste des sciences sociales connu pour ses contributions perspicaces à la sociologie et aux idéologies. Il a servi en tant que « représentant » du gouvernement sur les idéologies et les sectes pendant douze ans, acquérant un aperçu unique de la complexité des questions religieuses et idéologiques. Les recherches de Schulte ont remis en question les perceptions dominantes, plaidant pour une compréhension plus nuancée des nouveaux mouvements religieux. Aujourd’hui, il est un entrepreneur indépendant dans le secteur de la santé, continuant à partager ses connaissances et son expertise. La passion de Schulte pour démêler le comportement humain et favoriser des discussions éclairées a laissé un impact durable sur le monde des sciences sociales.

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Le dépistage du cancer du poumon peut sauver des vies, mais il présente aussi de sérieux inconvénients

Le cancer du poumon est une maladie fréquente, mais qui, malheureusement, n’est actuellement souvent...

CHAQUE MAILLON COMPTE : Semaine d’action nationale contre le vol de vélos

Le vol de vélo est un problème grave qui reste encore trop souvent sous...

La Douane saisit 67 kg de cocaïne

Le 6 mars, la Douane a saisit 67 kg de cocaïne au quai 913...

Conférence de presse : déclaration à l’impôt des personnes physiques 2024

Quand ? Mercredi 24 avril 2024 à 10 h. Où ? Bâtiment North-Galaxy, Boulevard du Roi Albert...

autres articles

Le dépistage du cancer du poumon peut sauver des vies, mais il présente aussi de sérieux inconvénients

Le cancer du poumon est une maladie fréquente, mais qui, malheureusement, n’est actuellement souvent...

CHAQUE MAILLON COMPTE : Semaine d’action nationale contre le vol de vélos

Le vol de vélo est un problème grave qui reste encore trop souvent sous...

La Douane saisit 67 kg de cocaïne

Le 6 mars, la Douane a saisit 67 kg de cocaïne au quai 913...