20.5 C
Bruxelles
lundi, juin 17, 2024
AccueilFrançaisACTUALITEÉtude Suède-Royaume-Uni : les antidépresseurs augmentent le risque de suicide chez les jeunes,...

Étude Suède-Royaume-Uni : les antidépresseurs augmentent le risque de suicide chez les jeunes, aucun risque ne le réduit pour les adultes

Publié le

BRUXELLES, BELGIQUE, 17 août 2023 / EINPresswire.com / – Dans un monde où le traitement de la santé et ses inconvénients potentiels continuent d’être examinés de près, une étude récente a suscité de nouvelles discussions. Cette étude met en lumière le lien entre l’utilisation d’antidépresseurs et un risque accru de comportement suicidaire chez les jeunes âgés de 25 ans et moins.

C’est quelque chose que l’Église de Scientologie et CCHR, une organisation créée par l’Église et cofondée par le professeur émérite de psychiatrie Thomas Szasz en 1969, a mis en évidence et critiqué depuis un certain temps déjà.

Menée par Tyra Lagerberg du Karolinska Institutet de Stockholm (Suède) en collaboration avec l’hôpital Warneford de l’Université d’Oxford au Royaume-Uni, leur recherche récemment publiée a analysé les dossiers de plus de 162 000 personnes diagnostiquées avec une dépression entre 2006 et 2018. Ils se sont attachés à déterminer la fréquence des comportements dans les 12 semaines suivant le début du traitement par des antidépresseurs inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS).

Les résultats sont à la fois significatifs et inquiétants. L’étude a mis en évidence une augmentation notable du risque de comportement suicidaire chez les personnes à qui l’on a prescrit des antidépresseurs. Des schémas alarmants sont apparus, les enfants âgés de 6 à 17 ans présentant un risque trois fois plus élevé d’adopter un comportement suicidaire. Les jeunes adultes âgés de 18 à 24 ans n’étaient pas loin derrière, avec un risque doublé.

En raison de ce type de conclusions, qui ont été suggérées et prouvées à de nombreuses reprises au cours des dernières décennies, la CCDH a collaboré de manière proactive avec les Nations unies et l’OMS, en produisant de nombreux rapports rédigés avec diligence pour le Comité des droits de l’enfant des Nations unies, exposant et dénonçant la surdose de médicaments psychotropes administrés aux enfants dans de nombreux pays européens. Ces efforts concertés visent à renforcer les droits de l’homme au sein du système de santé mentale et à protéger les enfants des effets néfastes décrits dans la dernière étude menée par Tyra Lagerberg.

L’analyse de Lagerberg met succinctement les résultats en perspective : « Nos résultats confirment que les enfants et les adolescents de moins de 25 ans constituent un groupe à haut risque, en particulier les enfants de moins de 18 ans ». Ces résultats soulèvent des préoccupations familières qui ont incité les organismes de réglementation, notamment la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis, à apposer une mise en garde sur les emballages des antidépresseurs en 2004. Cette mise en garde a été étendue en 2007 aux jeunes adultes jusqu’à l’âge de 24 ans, soulignant ainsi l’urgence de pratiques de prescription responsables.

Des débats controversés ont eu lieu sur l’impact de ces avertissements, « en raison du fait que les détracteurs, qui ont souvent des intérêts particuliers, soutiennent que des mesures aussi strictes pourraient par inadvertance conduire à des dépressions non traitées et potentiellement à davantage de suicides », a déclaré le représentant de la Scientologie auprès de l’ONU Ivan Arjona, « des recherches récentes ont toutefois réexaminé les données d’essais cliniques, renforçant la position prudente mais timide de la FDA et soulignant un risque accru évident de pensées et d’actions suicidaires chez les jeunes utilisant des antidépresseurs », a conclu M. Arjona après avoir été informé des dernières recherches.

Sur la base des résultats de la recherche, il convient de noter que le lien préoccupant entre l’utilisation d’antidépresseurs et le risque de suicide chez les jeunes ne se limite pas aux individus. Ce qui est très révélateur, c’est que l’étude n’a pas identifié de diminution du risque comportemental lié à l’utilisation d’antidépresseurs chez les patients plus âgés ou ceux ayant des antécédents de tentatives de suicide. Cette découverte fascinante souligne la complexité des traitements antidépresseurs et soulève des questions sur leur efficacité et leurs risques éventuels.

Dans ce contexte, des études récentes ont également mis en évidence des tendances déconcertantes chez les adultes. Une nouvelle analyse des résumés de sécurité soumis à la FDA a révélé un taux de tentatives de suicide près de 2,5 fois plus élevé chez les adultes prenant des antidépresseurs que chez ceux prenant des placebos. Plus surprenant encore, une étude portant sur des adultes en bonne santé émotionnelle et sans antécédents de dépression a révélé que l’utilisation d’antidépresseurs doublait le risque de suicidalité et de violence.

La nature multiforme de l’utilisation des antidépresseurs s’accentue lorsque l’on examine leur rôle dans la prévention des suicides, comme le montre le rapport. Bien que ces médicaments puissent être prescrits dans l’intention de réduire le risque de suicide, un examen plus approfondi des enquêtes des coroners a révélé une statistique déconcertante : une part importante des décès impliquant des antidépresseurs ont été considérés comme des suicides, souvent liés à des surdoses.

« Dans ce paysage complexe, il convient de souligner le travail de la Commission des citoyens pour les droits de l’homme, qui a exposé les dangers posés par ces types de médicaments à ceux qui, tout en les prenant pour être aidés, se sont malheureusement, mais inévitablement, retrouvés victimes de leurs effets secondaires« , a déclaré M. Arjona.

La juxtaposition du travail de collaboration de la CCDH avec les préoccupations actuelles concernant l’utilisation des antidépresseurs souligne la nature complexe des discussions sur la santé mentale. Alors que les débats persistent et que la recherche évolue, la priorité reste le bien-être des populations vulnérables, en travaillant à des solutions globales, basées sur des preuves, qui aident réellement les personnes en difficulté.

En résumé, l’étude récente apporte un niveau de complexité au débat en cours sur l’utilisation des antidépresseurs chez les jeunes. Cette question est particulièrement cruciale si l’on considère le risque de comportement suicidaire.

Les résultats soulignent l’importance d’une évaluation minutieuse, d’une approche prudente et de choix éclairés lorsqu’il s’agit de traiter la dépression et d’aborder les questions de santé mentale au sein des groupes vulnérables. Naviguer sur ce terrain complexe renforce la nécessité d’une approche holistique et multidisciplinaire pour promouvoir le bien-être mental tout en atténuant les dommages potentiels.

La Commission des citoyens pour les droits humains a été cofondée en 1969 par des membres de l’Église de Scientologie et par le psychiatre et humaniste Thomas Szasz, M.D., reconnu par de nombreux universitaires comme le critique le plus autorisé de la psychiatrie moderne, afin d’éradiquer les abus et de restaurer les droits de l’homme et la dignité dans le domaine de la santé mentale.

La CCDH a contribué à l’adoption de 228 lois contre les abus psychiatriques et les violations des droits de l’homme dans le monde entier.

Les références:
[1] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/27729596/
[2] https://connect.springerpub.com/content/sgrehpp/25/1/8
[3] https://www.nature.com/articles/s41380-022-01661-0

Publié à l’origine dans The European Times.

Publicité
spot_img

Autres articles

Le SPF Justice dévoile son rapport annuel 2023 : Une approche humaine pour un impact réel

Le Service public fédéral Justice publie son rapport annuel 2023. Ce rapport offre un...

La chasse high-tech au partenaire d’une plante solitaire

L’intelligence artificielle est utilisée dans la recherche d’une partenaire féminine pour une espèce végétale...

Élections 2024 : projection actualisée des sièges du nouveau Parlement européen | Nouvelles

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles...

Adjudication OLO du 17 juin 2024 : montant à adjuger

L'Agence fédérale de la Dette communique que la fourchette du montant qui sera adjugé...

autres articles

Le SPF Justice dévoile son rapport annuel 2023 : Une approche humaine pour un impact réel

Le Service public fédéral Justice publie son rapport annuel 2023. Ce rapport offre un...

La chasse high-tech au partenaire d’une plante solitaire

L’intelligence artificielle est utilisée dans la recherche d’une partenaire féminine pour une espèce végétale...

Élections 2024 : projection actualisée des sièges du nouveau Parlement européen | Nouvelles

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles...