7.7 C
Bruxelles
mercredi, avril 17, 2024
AccueilFrançaisReligionLIVRE: Islam et islamisme: Evolution, actualité et questions Toutes voiles dehors

LIVRE: Islam et islamisme: Evolution, actualité et questions Toutes voiles dehors

Publié le

Un ouvrage paru aux éditions Code9, Paris-Bruxelles, en septembre 2023, sous la plume de Philippe Liénard, avocat honoraire, ancien magistrat, passionné d’histoire et auteur de plus d’une vingtaine de livres relatifs aux courant de pensée.

Le sujet se veut être un travail de recherche historique qui soulignes les différences entre la légende, les préjugés et la réalité, pour autant que les historiens, les anthropologues et les philologues aient pu veiller à cette mise en évidence au-delà de la théologie. Il comporte deux partie, celle qui reprend l’histoire de l’islam, et la seconde, qui souligne ce que sont les islamismes et les identifie, met en garde et ambitionne d’éveiller la vigilance voire plus, car vivre libre ensemble a un prix, celui de l’acceptation des pensées et des croyances non liberticides de l’autre, sans que quiconque veuille imposer les siennes aux autres. Chacun demeure libre d’adhérer, ou pas, à une religion, mais son droit ne comporte pas celui de forcer les autres à embrasser ses vues, ou celles de stratèges socio-politico-religieux, qui manipulent les humains via leurs faiblesses ou leur jeunesse, pour créer un nouvel ordre mondial qui enverra par dessus bord les valeurs démocratiques libérales.   

Philippe Liénard n’hésite pas à employer, en sous-titre, un libellé un rien malicieux et provocateur avec « Toutes voiles dehors », une métaphore maritime qui signifie « à pleine vitesse » se référant à la situation où tous les voiles d’un navire sont déployées pour aller aussi vite que possible. Cependant, le terme « voile » fait également référence aux différents vêtements portés par certaines femmes musulmanes pour couvrir leur tête ou leur corps, en fonction de diverses interprétations des injonctions coraniques et de traditions éculées. Le Coran n’y oblige pas, sauf pour les parties intimes.

L’islam est à la fois la religion des musulmans, et, à la fois, englobe le monde musulman, celui des peuples musulmans, désignant dans son ensemble, « un ensemble de traits matériels, culturels et sociaux durables et identifiables » et, au-delà de la religion proprement dite avec sa foi et son culte, une puissance politique et un mouvement de civilisation général. C’est en somme la Oumma imaginée du temps de Mahomet. Cette Communauté n’a pas de nationalité imposée. Elle est ouverte à qui le veut, pourvu qu’il soit converti.

Il y a lieu de ne pas confondre islam et l’islamisme, un chapitre du livre s’intitule d’ailleurs «Histoire brève de l’islam et de l’islamisme», deux termes qui renvoient à des concepts distincts, bien qu’ils soient parfois utilisés de manière interchangeable ou mal compris dans les discours publics ou d’aucune amalgames par méconnaissance, ou se courroucent de certaines analyses, pour le même motif, ou par parti pris de courants rétrogrades, fondamentalistes, littéralistes, dont l’objectif n’est pas le vivre ensemble libre.

L’islamisme, et plus justement les islamismes, est un terme décrivant une idéologie politique qui cherche à mettre en place une forme de gouvernement ou de système basé sur une interprétation stricte de la loi islamique, la charia, un assemblage de règles de divers horizons, à ne pas confondre avec la foi ou la pratique religieuse en elle-même. Ce mouvement politique radical hégémonique s’est investi, en partie, dans le soutien à la décolonisation, comme ce fut le cas des Frères Musulmans en Egypte dès 1928, une société secrète, qui s’est opposé à la modernité, à l’émancipation dans l’égalité pour tous en dehors de texte dont l’analyse rétrograde et «incivilisante» pour l’Occident apparaît de plus en plus en contradiction avec ses valeurs. Il a pris déjà bien avant cette période des formes de retour en arrière, mais à la lumière d’un passé dont on sait peu, celui des premiers compagnons dits pieux de Mahomet. Pensons au salafisme qui performera via le wahhabisme. Objectif: instauration d’un califat mondial. Et plus récemment, pensons au madkhalisme qui a pour doctrine assez simple de tout faire pour satisfaire et obéir aux dirigeants du Golfe. On connait peu les dessous de ces courants mille fois décrits.

L’islam et l’islamisme paraissent parfois flous. Il ne s’agit pas d’un monolithe. L’islam comporte des tendances, la grande majorité étant sunnite et ayant engendré notamment le salafisme et le madkhalisme. La minorité est chiite et fait du bruit. Dans tous les cas l’islamisme nourrit en diverses facettes un terrorisme, une vision rétrograde où il faut obéir à Allah parce que Allah le veut. Une petite minorité, le babisme, prône l’égalité entre l’homme et la femme. Au sein de l’islam il convient de distinguer entre différentes périodes et l’histoire d’un patriarcat ancestral, entre la religion et des traditions, entre la croyance et la foi, et un fanatisme qui ne comporte pas de message d’amour.        

L’auteur traite aussi des conditions de la femme dans les sociétés musulmanes, de la question des animaux « domestiques», n’hésitant pas à faire un tour d’horizon social et sociétal (justice, police islamique, droit musulman, blasphème, caricature).

Ce livre est qualifié d’éclairant par la presse. Mais qui éclaire-t-il? Pas les convaincus qu’ils ont raison parce qu’ils ont raison parce que l’imâm l’a dit ou qu’un sage exégète a interprété à sa manière un hadîth a contenu haineux.

La question demeure la même pour certains: faut-il moderniser l’islam ou islamiser la modernité?  Des intellectuels plaident pour un Islam des Lumières, mais l’islamisme les éteint, outre que ce concept est propre à l’histoire de l’Occident, en dépit de l’Age dit d’Or de l’islam.Ses intellectuels ont pour partie été muselés.

Philippe Liénard entend œuvrer au progrès de l’humanité dans la liberté des croyances, de la foi et de l’adhésion à tel ou tel dieu, mais pas au prosélytisme liberticide qui prolifèrent via des islamismes qui ne rassurent personne, même pas les troupes qui lui sont fidèles. Loin d’une étude islamophobique, ce livre est un outil de fraternité destiné à éviter un certain esprit qui pourrait être islamofuge.  Ceendant, il faut oser dire les choses, regarder dans le rétroviseur de L’histoire, et parler vrai, même s’il existe des vérités qui dérangent et alimentent des fatwas.   

Publicité
spot_img

Autres articles

La situation géopolitique rend le vote aux élections européennes encore plus important | Nouvelles

La publication préélectorale d'aujourd'hui révèle une tendance positive et à la hausse des principaux...

Rapport annuel 2023 du Service de Médiation pour les pensions – dossier de presse

Le rapport annuel 2023 a été remis par le Médiateur des pensions, Tony Van...

Conférence internationale sur l’adaptation aux changements climatiques

Après la catastrophe de 2021, notre pays et les pays voisins ont de nouveau...

Lutter contre le cancer à l’échelle nanométrique

Lorsque Paula Hammond est arrivée sur le campus du MIT en tant qu'étudiante de...

autres articles

Bridges – Le Forum pour le dialogue de l’Europe de l’Est remporte le Prix SM le Roi Abdallah II de la Semaine mondiale de...

Le Prix ​​SM le Roi Abdallah II de la Semaine mondiale de l'harmonie interconfessionnelle...

Première Édition du Forum From Us To Us Europe Bruxelles « Comment dialoguer sur nos transformations futures ? »

À l’occasion de la première édition du Forum International From Us To Us Europe...

Elseddik Haftar, l’Autre Libye

Dans la famille Haftar, on connaît le père : Maréchal et chef de l'Armée nationale...