16.9 C
Bruxelles
jeudi, mai 23, 2024
AccueilFrançaisACTUALITEMetsola : « nous avons le devoir de respecter ce moment »

Metsola : « nous avons le devoir de respecter ce moment »

Publié le

Le président Metsola souligne la responsabilité de l’Union de rester unie et d’éviter de nouvelles violences. Le Parlement européen condamne le Hamas et plaide pour une paix durable. Le soutien à l’Ukraine et la réponse aux priorités budgétaires sont également abordés. Les conséquences des politiques migratoires fragmentées sont mises en évidence.

Lors de sa discussion avec les dirigeants, elle a déclaré :

« En tant qu’Union, nous avons la responsabilité de rester cohérents et unis. Agir ainsi ne revient pas à tolérer davantage de morts et de violences, mais à éviter une dangereuse escalade régionale du conflit. Nous devons laisser ne serait-ce qu’une infime possibilité que la paix puisse finalement être trouvée.

Le Parlement européen a condamné le Hamas dans les termes les plus fermes. Nous savons que le Hamas doit être arrêté.

En tant que Parlement, nous avons toujours insisté et insisterons toujours sur le respect du droit international, sur le fait que les conséquences humanitaires de l’arrêt du Hamas doivent être une priorité et que l’aide doit pouvoir parvenir aux innocents dans le besoin.

Adopter une position ferme contre le terrorisme et déployer tous les efforts possibles pour atténuer la crise humanitaire à Gaza ne s’excluent pas mutuellement.

C’est pourquoi nous continuons à faire tout ce que nous pouvons pour protéger des vies innocentes. Pourquoi nous travaillons à libérer les otages et à faire parvenir l’aide et pourquoi le Parlement européen a appelé à une pause humanitaire pour y parvenir.

À plus long terme, l’Europe devrait être prête et disposée à s’engager. Nous devons continuer à œuvrer en faveur d’une paix durable et durable. Pour une solution juste et équitable à deux États. L’Europe a un rôle à jouer et nous avons le devoir de répondre à ce moment ».

Sur l’Ukraine :

« Notre soutien se poursuivra en termes humanitaires, logistiques, militaires, de reconstruction et politiques.

Pour autant que les conditions soient remplies, je garde espoir qu’un accord sur l’ouverture de négociations d’adhésion entre l’UE et l’Ukraine, et avec la Moldavie utilisant les mêmes critères, puisse être conclu d’ici la fin de cette année.

Donner à nos voisins européens une perspective européenne claire est un objectif atteint. Mais tandis que l’Ukraine, la Moldavie et les Balkans occidentaux se réforment et se préparent aux prochaines étapes, l’Europe doit également se préparer à faire de même. Cela devient critique.

Nous devons également continuer à soutenir le redressement, la reconstruction et la modernisation de l’Ukraine.

Sur Cadre financier pluriannuel (CFP) :

« Le budget de l’UE est poussé à l’extrême.

Nous devons nous assurer que nos priorités sont financées adéquatement. Nous sommes tous d’accord sur la nécessité d’aborder la question de la sécurité et de la migration, de continuer à soutenir l’Ukraine et d’investir davantage d’argent dans les États membres frappés par des catastrophes naturelles, de manière rapide et efficace.

Nous devons étayer nos paroles en fournissant les ressources financières nécessaires pour les mettre en œuvre – des progrès supplémentaires doivent être réalisés dans l’introduction de nouvelles ressources propres sur lesquelles nous nous sommes déjà mis d’accord en 2020.

Ce budget constitue le minimum nécessaire pour financer les citoyens européens – nos agriculteurs, nos étudiants, nos entreprises et nos régions – qui souhaitent investir, innover, moderniser et développer une Europe compétitive sur la scène mondiale.

Si nous voulons rester crédibles dans tout ce que nous disons vouloir faire, nous avons besoin d’un accord. Reporter n’aidera pas.

Lors de la migration :

« Les événements récents et l’augmentation des arrivées de demandeurs d’asile ont démontré une fois de plus les conséquences de notre politique actuelle fragmentée en matière d’asile et de migration.

Rendre les retours plus efficaces grâce à un traitement plus rapide des demandes d’asile, à l’amélioration des modalités de retour et à une coordination opérationnelle et une coopération plus étroites entre les États membres, les pays tiers, les institutions et agences de l’UE devraient être au sommet de nos discussions.

Les lacunes entre une décision d’asile négative et une décision de retour doivent être comblées.

Les gens compteront sur nous pour résoudre toutes ces questions avant de voter en juin prochain ».

Vous pouvez retrouver le discours complet du Président Metsola ici.

Lien source

Publié à l’origine dans The European Times.

Publicité
spot_img

Autres articles

Le presse-papiers de Windows est désormais alimenté par l’IA

Imaginez si votre presse-papiers pouvait exploiter la puissance de IA. Ce n'est plus...

Retour sur les grandes tendances 2023 du secteur indépendant

Le nombre d'indépendants en activité principale a augmenté de 0,43 % passant de 795.282...

Guerre des devises : réalité ou fantasme ?

Communiqué de presse // Chaque cycle économique a sa guerre des devises. Dans...

Mesurer les temps d’attente dans les soins de santé : pour qui, pourquoi, comment ?

Contrairement à ce que l’on observe dans d’autres pays, les initiatives de mesure du...

autres articles

Le presse-papiers de Windows est désormais alimenté par l’IA

Imaginez si votre presse-papiers pouvait exploiter la puissance de IA. Ce n'est plus...

Retour sur les grandes tendances 2023 du secteur indépendant

Le nombre d'indépendants en activité principale a augmenté de 0,43 % passant de 795.282...

Guerre des devises : réalité ou fantasme ?

Communiqué de presse // Chaque cycle économique a sa guerre des devises. Dans...