15.3 C
Bruxelles
mardi, juin 18, 2024
AccueilFrançaisACTUALITELa loi anti-secte française propose de criminaliser la santé naturelle

La loi anti-secte française propose de criminaliser la santé naturelle

Publié le

Le vote du 19 décembre décidera de l’avenir des médecines alternatives en France.

La semaine prochaine en France, le parlement décidera s’il doit ou non soutenir une loi qui accorde aux autorités le pouvoir de criminaliser ceux qui critiquent ou évitent les pratiques médicales conventionnelles jugées « essentielles », ou utilisent ou promeuvent à la place des médecines naturelles ou alternatives. Le gouvernement Macron prévoit de mettre en œuvre ces pouvoirs en modifiant la loi française existante sur la dérive sectaire qui sera discutée et votée par le Parlement français mardi 19 décembre prochain.

Si elle est adoptée, les personnes ou organisations poursuivies en vertu de la nouvelle loi encourront des peines de prison allant de 1 à 3 ans et des amendes allant de 15 000 à 45 000 euros.

Le changement de loi proposé fait suite à des amendements à une loi de longue date destinée à protéger les personnes contre les abus sectaires, notamment le terrorisme et les mutilations génitales féminines.

Elle a été motivée par les inquiétudes exprimées par les organismes médicaux français et par l’agence gouvernementale chargée de lutter contre les dérives sectaires, la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires, la Miviludes.

L’exposé des motifs des amendements proposés affirme : « Le [covid-19] La crise sanitaire a constitué un terreau idéal pour ces nouveaux excès sectaires. De nouvelles formes de « gourous » ou leaders d’opinion autoproclamés agissent en ligne, profitant de la vitalité des réseaux sociaux pour fédérer autour d’eux de véritables communautés.

Robert Verkerk PhD, fondateur, directeur exécutif et scientifique de l’Alliance pour la Santé Naturelle Internationale, a déclaré que le projet de loi n° 111 (2023-2034) du Code pénal français « représente probablement l’attaque juridique la plus flagrante contre la pratique des pratiques alternatives et médecine naturelle partout dans le monde. Il a poursuivi : « Si cette loi est adoptée, ceux qui dénoncent les dangers des produits pharmaceutiques ou des vaccins et utilisent des alternatives seront déclarés déviants sectaires et transformés en criminels. »

Les experts juridiques suggèrent que le projet de loi violerait la Déclaration française des droits de l’homme et du civisme de 1789, dans laquelle l’article 11 protège le droit à la liberté d’expression. Cela violerait également une série de conventions internationales, notamment le Pacte international des Nations Unies relatif aux droits civils et politiques (article 18), la Déclaration universelle des droits de l’homme (articles 2, 3, 7, 8, 12 et 18 à 20), la Convention européenne des droits de l’homme (articles 9 à 11), la Charte des droits fondamentaux de l’UE (articles 6, 7 et 10 à 13), la Convention d’Oviedo sur les droits de l’homme et la biomédecine (1997) (articles 2 à 6 et 10 ) et l’Acte final d’Helsinki (1975) (sections II et VII).

Le Professeur Christian Perronne MD PhD, ancien membre du Groupe technique consultatif européen d’experts en vaccination (ETAGE) du Bureau régional de l’OMS, qui a lui-même été totalement disculpé de toutes les accusations portées par les corps médicaux français qui l’avaient contesté lorsqu’il critiquait la santé du gouvernement politiques pendant la pandémie de covid, a exprimé ses graves préoccupations concernant le projet de loi.

Dans un récent article qu’il a publié sur le site de l’association BonSens, il déclarait : « Cette loi permettrait de réprimer violemment le peu de liberté d’expression qui reste dans notre beau pays meurtri. Ce serait un crime contre la science qui ne peut progresser que par le débat d’idées….Cette loi établirait de facto l’obligation de recevoir des substances pharmaceutiques, même expérimentales, contre sa volonté….Ce serait une violation des conventions internationales.»

L’ancien candidat à l’élection présidentielle française, actuel député et président du parti Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, a déclaré dans une vidéo de 42 minutes sur le sujet que, si la loi est votée, « la liberté médicale en France est terminée » et elle va « remettre en question » le serment d’Hippocrate.

Le sénateur Alain Houpert a proposé la suppression de l’article 4, l’amendement clé qui cible les pratiques de santé non conventionnelles.

Tout en violant un ensemble de conventions internationales, le nouveau projet de loi semble anticiper les amendements proposés au Règlement sanitaire international (2005) qui visent à céder le contrôle des « urgences de santé publique » et des réponses aux menaces de telles urgences, des nations individuelles aux l’Organisation Mondiale de la Santé. Ces amendements seront votés lors de la 77e Assemblée mondiale de la santé en mai prochain.

L’Alliance pour la Santé Naturelle exhorte les citoyens français, les parlementaires et ceux de la communauté internationale respectueux des droits de l’homme et de l’éthique médicale à faire pression sur le Parlement français dans le but, au moins, de garantir que l’amendement du sénateur Houpert visant à bloquer l’article 4 soit soutenu.

Agir autrement serait une parodie des droits de l’homme et de l’éthique médicale et créerait encore davantage de divisions sectaires dans la société française.

Procédure légale

https://www.senat.fr/dossier-legislatif/pjl23-111.html

Article du Professeur Christian Perronne sur BonSens.org

https://bonsens.info/est-on-en-guerre-contre-les-droits-du-peuple/

Déclaration de Nicolas Dupont-Aignan

https://youtu.be/tbNBgEus-8A?si=MWAq9CG9BR3OYkW3

Article détaillé de Robert Verkerk PhD, fondateur, directeur exécutif et scientifique, Alliance for Natural Health International

https://www.anhinternational.org/news/french-anti-cult-law-proposes-to-criminalise-natural-health/

À PROPOS DE L’ALLIANCE POUR LA SANTÉ NATURELLE www.anheurope.org www.anhinternational.org

Alliance for Natural Health (ANH) Europe est le bureau européen à but non lucratif basé aux Pays-Bas et lié à l’ANH International. ANH International est une organisation indépendante à but non lucratif fondée en 2002 au Royaume-Uni par le célèbre scientifique en développement durable Robert Verkerk PhD. Sa mission est de promouvoir et de protéger les approches naturelles, durables et régénératrices d’optimisation de la santé dans le monde entier, grâce à l’application de bonnes connaissances scientifiques et de bonnes lois.

Nous travaillons pour aider les systèmes de santé à sortir de leur préoccupation actuelle concernant le
gestion des maladies « en aval » vers des approches « en amont » qui maintiennent et
régénérer la santé. ANH International plaide pour un consentement correctement éclairé, le droit des citoyens à choisir en matière de soins de santé et le droit de pratiquer un large éventail de modalités intégrant la santé naturelle. Il soutient l’autonomisation individuelle, l’autonomie médicale, l’État de droit ainsi que le respect et la protection de l’environnement naturel.

Nous cherchons à accroître l’adoption d’approches cliniquement validées, naturelles et durables, en tenant compte des besoins et des choix culturels et individuels. La menace de l’incertitude juridique et scientifique, ainsi que la pression des réglementations et des entreprises, continuent de limiter la liberté de choix dans le domaine de la santé naturelle.

En tant qu’alliance internationale, nous collaborons avec un large éventail d’intérêts naturels et environnementaux à travers le monde, notamment des scientifiques, des avocats, des médecins, d’autres professionnels de la santé, des politiciens, des entreprises et, surtout, le public.

Publié à l’origine dans The European Times.

Publicité
spot_img

Autres articles

Lois clés auxquelles le nouveau Parlement européen devra s’attaquer

Maintenant que les élections au Parlement européen se sont terminées du 6 au 9...

Une vision pour l’avenir de l’Europe : l’appel du président Metsola à l’unité et à la résilience

Dans un discours émouvant devant les députés européens, le président Metsola a présenté une...

Le SPF Justice dévoile son rapport annuel 2023 : Une approche humaine pour un impact réel

Le Service public fédéral Justice publie son rapport annuel 2023. Ce rapport offre un...

Résultats de l’adjudication OLO du 17 juin 2024

L'Agence fédérale de la Dette communique qu'elle a accepté les offres à l'adjudication de...

autres articles

Lois clés auxquelles le nouveau Parlement européen devra s’attaquer

Maintenant que les élections au Parlement européen se sont terminées du 6 au 9...

Une vision pour l’avenir de l’Europe : l’appel du président Metsola à l’unité et à la résilience

Dans un discours émouvant devant les députés européens, le président Metsola a présenté une...

Le SPF Justice dévoile son rapport annuel 2023 : Une approche humaine pour un impact réel

Le Service public fédéral Justice publie son rapport annuel 2023. Ce rapport offre un...