12.8 C
Bruxelles
jeudi, juin 20, 2024
AccueilFrançaisACTUALITEAccord sur de nouvelles règles européennes pour réduire les émissions du transport...

Accord sur de nouvelles règles européennes pour réduire les émissions du transport routier

Publié le

Lundi, le Parlement et le Conseil sont parvenus à un accord provisoire sur de nouvelles règles (Euro 7) visant à réduire les émissions du transport routier pour les voitures particulières, les camionnettes, les bus, les camions et les remorques.

Le 10 novembre 2022, la Commission proposé des normes plus strictes en matière d’émissions de polluants atmosphériques pour les véhicules à moteur à combustion, quel que soit le carburant utilisé. Les limites d’émission actuelles s’appliquent aux voitures et aux camionnettes (6 euros) ainsi qu’aux autobus, camions et autres véhicules lourds (Euro VI). Comme nouveauté, la proposition Euro 7 s’attaque aux émissions hors gaz d’échappement (microplastiques provenant des pneus et particules provenant des freins) et inclut des exigences concernant la durabilité des batteries.

Le règlement relatif à la réception par type et à la surveillance du marché des véhicules à moteur (Euro 7) vise à soutenir la transition vers une mobilité propre et à maintenir les prix des véhicules privés et commerciaux à un niveau abordable pour les citoyens et les entreprises. Les véhicules devront se conformer aux nouvelles normes pendant plus longtemps, garantissant qu’ils resteront plus propres tout au long de leur durée de vie.

Limites mises à jour pour les émissions de gaz d’échappement

Pour les voitures particulières et les camionnettes, les négociateurs ont convenu de maintenir les conditions actuelles de test Euro 6 et les limites d’émissions de gaz d’échappement. À la demande du Parlement, le nombre de particules d’échappement sera mesuré au niveau PN10 (au lieu de PN23, incluant ainsi les particules plus petites).

Pour les bus et les camions, le texte convenu comprend des limites plus strictes pour les émissions de gaz d’échappement mesurées en laboratoire (par exemple limite de NOx de 200 mg/kWh) et dans des conditions de conduite réelles (limite de NOx de 260 mg/kWh), tout en maintenant les conditions d’essai Euro VI actuelles.

Moins d’émissions de particules provenant des pneus et des freins, durabilité accrue de la batterie

L’accord fixe des limites d’émissions de particules de freinage (PM10) pour les voitures et les camionnettes (3 mg/km pour les véhicules électriques purs ; 7 mg/km pour la plupart des véhicules à moteur à combustion interne (ICE), hybrides électriques et à pile à combustible et 11 mg/km pour les grandes fourgonnettes ICE). . Elle introduit également des exigences minimales de performance en matière de durabilité des batteries des voitures électriques et hybrides (80 % du début de leur vie à cinq ans ou 100 000 km et 72 % jusqu’à huit ans ou 160 000 km) et des camionnettes (75 % du début de leur vie à cinq ans). ans ou 100 000 km et 67 % jusqu’à huit ans ou 160 000 km).

Une meilleure information des consommateurs

Le texte prévoit qu’un passeport environnemental pour véhicule, qui sera mis à disposition pour chaque véhicule et contenant des informations sur ses performances environnementales au moment de l’immatriculation (telles que les limites d’émissions de polluants, les émissions de CO2, la consommation de carburant et d’énergie électrique, l’autonomie électrique, la durée de vie de la batterie). Les utilisateurs de véhicules auront également accès à des informations à jour sur la consommation de carburant, l’état de la batterie, les émissions de polluants et d’autres informations pertinentes générées par les systèmes et moniteurs embarqués. En outre, les constructeurs automobiles devront concevoir leurs véhicules de manière à empêcher toute altération des systèmes de contrôle des émissions grâce à la numérisation de la surveillance automobile.

Citation

Rapporteur Alexandr Vondra (ECR, CZ) a déclaré : « Grâce à cet accord, nous avons réussi à trouver un équilibre entre les objectifs environnementaux et les intérêts vitaux des fabricants. L’objectif des négociations était de garantir que les nouvelles voitures plus petites équipées d’un moteur à combustion interne soient abordables pour les clients nationaux et en même temps de permettre à l’industrie automobile de se préparer à la transformation globale attendue du secteur. Le européen L’Union s’attaquera désormais également aux émissions des freins et des pneus et garantira une plus grande durabilité des batteries.

Prochaines étapes

Le Parlement et le Conseil doivent approuver formellement l’accord avant qu’il puisse entrer en vigueur. Le règlement s’appliquera 30 mois après son entrée en vigueur pour les voitures et camionnettes, et 48 mois pour les bus, camions et remorques (pour les véhicules construits par des constructeurs en petit volume, il s’appliquera à partir du 1er juillet 2030 pour les voitures et camionnettes, et à partir du 1er juillet 2031 pour les bus et camions).

Publié à l’origine dans The European Times.

Publicité
spot_img

Autres articles

Dix prisonnières iraniennes publient une déclaration à l’occasion du premier anniversaire de #OurStoryIsOne

GENÈVE—18 juin 2024— Dans un contexte émouvant déclaration, 10 femmes iraniennes emprisonnées dans la...

Le compte à rebours pour la ratification du Traité sur la haute mer commence

COMMUNIQUÉ DE PRESSE / Alliance pour la Haute Mer / Les Nations se préparent...

Création d’une ASBL pour la restauration du Pavillon chinois à Laeken

C’est à l’architecte français Alexandre Marcel que l’on doit une partie de cette construction...

Lois clés auxquelles le nouveau Parlement européen devra s’attaquer

Maintenant que les élections au Parlement européen se sont terminées du 6 au 9...

autres articles

Dix prisonnières iraniennes publient une déclaration à l’occasion du premier anniversaire de #OurStoryIsOne

GENÈVE—18 juin 2024— Dans un contexte émouvant déclaration, 10 femmes iraniennes emprisonnées dans la...

Le compte à rebours pour la ratification du Traité sur la haute mer commence

COMMUNIQUÉ DE PRESSE / Alliance pour la Haute Mer / Les Nations se préparent...

Création d’une ASBL pour la restauration du Pavillon chinois à Laeken

C’est à l’architecte français Alexandre Marcel que l’on doit une partie de cette construction...