7.9 C
Bruxelles
dimanche, mars 3, 2024
AccueilFrançaisACTUALITEDes agriculteurs déplacés et des terres agricoles saisies alors que le gouvernement...

Des agriculteurs déplacés et des terres agricoles saisies alors que le gouvernement iranien intensifie la persécution religieuse bahá’íe

Publié le

GENEVE—4 janvier 2024—

Des terres agricoles, des rizières et des vergers de noyers appartenant à des familles bahá’íes du village d’Ahmadabad, une communauté agricole luxuriante et fertile de la province de Mazandaran, ont été saisies de force cette semaine par des responsables iraniens qui ont revendiqué ces terres au nom du gouvernement iranien.

Aucune compensation ni aucun document officiel justifiant les saisies n’ont été fournis par les agents qui ont mené la perquisition.

Le raid est le dernier incident dans un tendance croissante à la persécution contre les bahá’ís à travers l’Iran – et le troisième exemple récent de saisies de biens pour des raisons religieuses contre les agriculteurs bahaïs dans la province de Mazandaran.

Les bahá’ís constituent la plus grande minorité religieuse non musulmane d’Iran. systématiquement persécuté— y compris à travers apartheid économique– sous la République islamique. Ces saisies de terres visent à déplacer de force les propriétaires bahaïs et constituent un exemple de nettoyage religieux de la part du gouvernement iranien. Ces actions vont à l’encontre de l’interdiction de la discrimination contenue dans tous les instruments juridiques internationaux, y compris ceux contre Les agriculteurs qui jouent un rôle crucial dans la sécurité alimentaire d’un pays.

Les agents sont arrivés avec du matériel industriel et ont procédé à la clôture de près de 100 hectares de terres possédées et cultivées par les familles bahá’íes. Plus de 80 familles bahá’íes possèdent des fermes à Ahmadabad – la moitié en tant que résidents, l’autre moitié vivant à proximité – et les familles bahá’íes vivent à Ahmadabad et cultivent ces terres depuis plusieurs générations.

Les résidents locaux ont rapporté qu’environ 200 membres des forces gouvernementales iraniennes, des agents des services de sécurité, des gardes forestiers, des forces spéciales et des policiers, accompagnés de représentants de la télévision et de la radio nationales, ont tenté de fermer les routes menant au village et d’empêcher les gens d’entrer et de sortir. Les autorités ont ensuite retiré la plupart de leurs téléphones portables à la population locale pour les empêcher d’enregistrer et de documenter leurs actions, puis sont entrées sur les terres et ont commencé à clôturer les terres agricoles et les rizières des Baha’is.

Les agents ont également pris des photos des cartes d’identité de tous les bahá’ís qui protestaient contre les saisies.

Ce raid marque la troisième fois au cours des dernières années que les autorités iraniennes de Mazandaran saisissent des propriétés appartenant à des agriculteurs baha’is, à la suite de la fuite de 2021 de documents provinciaux confidentiels témoignant de l’intention du gouvernement iranien de augmenter considérablement leur répression des bahá’ís. Des maisons ont été détruites et des terres ont été saisies dans le village de Roshankouh en 2022 ; en 2021, un tribunal iranien invalidé les actes de propriété de 27 bahá’ís dans le village d’Ivel. Et en 2022, dans la province de Semnan, six propriétés appartenant à des bahá’ís ont été appropriés par une organisation contrôlée par le guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei.

Les 200 agents impliqués dans le raid de cette semaine à Ahmadabad étaient également en grande partie les mêmes personnes qui ont mené les saisies de terres et les démolitions de maisons en 2022 à Roshankouh.

« Une fois de plus, le gouvernement iranien montre son vrai visage en ciblant des agriculteurs innocents qui s’occupent de leurs fermes depuis des générations, et dont beaucoup n’ont jamais quitté leur ville natale », a déclaré Simin Fahandej, représentant du BIC auprès des Nations Unies à Genève. « Ces citoyens iraniens ordinaires produisent non seulement de la nourriture et des récoltes pour eux-mêmes, mais aussi pour leur communauté et la région. Comme les autres citoyens iraniens, ils tentent simplement de survivre dans ces conditions économiques difficiles. Les actions discriminatoires du gouvernement iranien à l’égard des bahá’ís privent non seulement ces familles bahá’íes de leurs moyens de subsistance, mais aussi bien d’autres qui dépendent de leur production agricole et qui sont elles-mêmes confrontées à des conditions économiques et sociales difficiles résultant de la récente série de crises en Iran. »

Les bahá’ís d’Ahmadabad pensent qu’il s’agit d’une première étape, d’un prélude à la démolition de leurs maisons et à un futur déplacement.

Les rapports de la communauté touchée indiquent que les agents venus au village n’ont pas répondu lorsque les bahá’ís ont demandé des documents les autorisant à prendre ces terres agricoles. Les autorités n’ont pas non plus prévenu à l’avance de leur action : elles sont simplement arrivées au village et ont construit les clôtures. Le recours à la force suggère que cette mesure a été prise parce que les habitants sont des bahá’ís.

« Quand la haine et l’extrémisme du gouvernement iranien prendront-ils fin ? » a déclaré Mme Fahandej. « De nombreuses régions d’Iran ont souffert des années de sécheresse et la crise du coût de la vie a mis les produits alimentaires de base hors de portée de nombreuses familles ordinaires : pourtant, les autorités ont clôturé les fermes productives et ont poussé les agriculteurs à quitter leurs terres simplement en raison de leurs convictions. »

« Le gouvernement iranien doit supprimer ces clôtures », a ajouté Mme Fahandej, « et rétablir l’accès des bahá’ís à leurs fermes. Toute autre solution ridiculise leurs affirmations selon lesquelles les bahá’ís jouissent de tous les droits de citoyenneté en Iran. C’est ce qu’il y a de mieux non seulement pour les bahá’ís mais pour tous les habitants de la région en cette période déjà difficile.

Publié à l’origine dans The European Times.

Publicité
spot_img

Autres articles

Les députés améliorent la protection européenne des produits agricoles de qualité

Le Parlement a donné son feu vert définitif à la réforme des règles de...

Une nouvelle étoile de Scientologie se lève à Austin, la capitale des étoiles du Texas

KingNewswire. Austin, Texas (États-Unis) L'ouverture officielle de l'Église Idéale de Scientologie à Austin,...

Journée mondiale des ONG 2024 : l’UE lance une initiative de 50 millions d’euros pour protéger la société civile

Bruxelles, le 27 février 2024 – À l’occasion de la Journée mondiale des ONG,...

Renforcer les réponses à la haine religieuse : un appel à l’action le 8 mars prochain

Dans un monde où l’hostilité à l’égard des minorités religieuses persiste, la nécessité de...

autres articles

Les députés améliorent la protection européenne des produits agricoles de qualité

Le Parlement a donné son feu vert définitif à la réforme des règles de...

Une nouvelle étoile de Scientologie se lève à Austin, la capitale des étoiles du Texas

KingNewswire. Austin, Texas (États-Unis) L'ouverture officielle de l'Église Idéale de Scientologie à Austin,...

Journée mondiale des ONG 2024 : l’UE lance une initiative de 50 millions d’euros pour protéger la société civile

Bruxelles, le 27 février 2024 – À l’occasion de la Journée mondiale des ONG,...