4.7 C
Bruxelles
samedi, février 24, 2024
AccueilFrançaisACTUALITEL’année électorale doit être un nouveau départ pour l’UE et l’Indonésie

L’année électorale doit être un nouveau départ pour l’UE et l’Indonésie

Publié le

En novembre 2023, les négociations entre l’UE et l’Australie en vue d’un accord de libre-échange (ALE) ont échoué. Cela était principalement dû aux exigences strictes de l’UE concernant les indicateurs géographiques protégés – la capacité de commercialiser les vins et autres produits comme provenant d’une région particulière – ainsi qu’à une approche rigide de l’accès au marché pour les exportations agricoles.

Quelques semaines plus tard, il est devenu évident que l’impasse actuelle dans les négociations UE-Mercosur – en grande partie due aux exigences environnementales et à la déforestation de Bruxelles – n’avait pas été résolue, le président brésilien Lula affirmant que l’UE « manquait de flexibilité ».

Dans le même temps, les négociateurs de l’UE ont achevé un autre cycle de négociations avec l’Indonésie lié au projet de libre-échange : pratiquement aucun progrès n’a été réalisé depuis près de six mois, et cette dernière réunion n’a pas fait exception.

L’image est claire :

la facilitation des échanges et l’ouverture des marchés sont au point mort. Il s’agit là d’un problème particulier car l’Indonésie est l’un des marchés de consommation les plus importants et à la croissance la plus rapide au monde. Alors que nos exportations vers la Chine et la Russie diminuent (pour des raisons évidentes et compréhensibles), l’ouverture de nouveaux marchés immenses devrait être une priorité. Cela ne semble pas être le cas.

Les faits montrent que ce n’est pas un problème pour notre partenaire de négociation. Au cours des 12 derniers mois, l’Indonésie a réalisé un accord avec les Émirats arabes unis (dans moins d’un an). Il a récemment modernisé son système existant accord avec le Japonet est négocier avec le Canada et l’Union économique eurasienne, entre autres. C’est seulement dans négociations avec l’UE que l’Indonésie a trouvé les progrès lents et difficiles.

Il ne s’agit pas seulement des négociations de l’ALE : une plainte déposée par l’Indonésie contre l’UE auprès de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) devrait bientôt se prononcer. Cette affaire, qui s’ajoute aux différends existants sur la directive sur les énergies renouvelables et les exportations de nickel, signifie que l’Indonésie considère nos politiques comme protectionnistes et anti-commerce. Des élections présidentielles sont prévues pour février : le favori Prabowo a déclaré très clairement que l’Indonésie « n’a pas besoin de l’UE », soulignant « deux poids, deux mesures » dans la politique commerciale de l’UE.

Alors, quelle est la voie à suivre pour la relation ?

Les élections européennes et la nomination d’une nouvelle Commission doivent annoncer un changement d’approche. La promotion des exportations de l’UE et l’élargissement de l’accès au marché des futurs géants comme l’Indonésie et l’Inde doivent être une priorité. L’obstructionnisme technocratique doit être remplacé par un leadership politique fort et un engagement envers de nouveaux partenaires commerciaux.

Il est également essentiel d’impliquer ces pays partenaires dans les domaines de la politique européenne qui les concernent – ​​comme le Green Deal. La Commission semble avoir mal évalué l’ampleur de la réaction que déclencherait le règlement européen sur la déforestation : 14 pays en développement, dont l’Indonésie, ont signé une lettre ouverte pour le dénoncer, et des contestations devant l’OMC sont sûrement imminentes. Des consultations appropriées et des efforts diplomatiques auraient pu éviter que cela ne devienne un problème. Cette consultation doit aller au-delà des ambassades : l’Indonésie compte des millions de petits agriculteurs qui produisent de l’huile de palme, du caoutchouc et du café, et seront durement touchés par la réglementation européenne. Le manque de sensibilisation signifie que ces voix sont désormais carrément hostiles à l’UE.

Dans l’ensemble, l’Indonésie n’est pas hostile. Elle poursuit ses négociations avec la Commission et certains États membres – notamment l’Allemagne et les Pays-Bas – mènent des discussions bilatérales positives. Mais la direction à suivre est préoccupante : nous ne pouvons pas nous permettre cinq années supplémentaires de stagnation dans les discussions commerciales, alors que les tensions politiques montent autour des barrières commerciales de l’UE (dont la plupart ne sont même pas encore entrées en vigueur).

Les élections pourraient et devraient constituer un nouveau départ pour les deux camps. Il en va de même pour l’Inde (élections en avril-mai), et peut-être même pour les États-Unis (novembre). Le point clé qui relie tout cela est qu’ils ne fonctionnent que si la nouvelle Commission est sérieuse dans la promotion des opportunités d’exportation de l’UE – et dans la réduction des barrières commerciales plutôt que d’en ériger davantage.

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Supprimer les logiciels espions d’un iPhone : trucs et astuces

À l’ère du numérique, assurer la sécurité de nos appareils est devenu primordial, notamment...

Protection de l’UE contre les poursuites stratégiques : conférence de presse mardi à 15 heures | Nouvelles

Quand : mardi 27 février 2024, 15h00 CET Où : Parlement européen à Strasbourg,...

Victoire douce-amère des Verts de l’UE Nicolae Ștefănuță dans la bataille contre la pollution

Dans une démarche historique, l’Union européenne a franchi une étape importante vers la résolution...

La BEI apporte un soutien de 115 millions d’euros à un important projet de rénovation de l’hôpital ETZ aux Pays-Bas

BRUXELLES – La Banque européenne d'investissement (BEI) a signé un financement de 100 millions...

autres articles

Supprimer les logiciels espions d’un iPhone : trucs et astuces

À l’ère du numérique, assurer la sécurité de nos appareils est devenu primordial, notamment...

Protection de l’UE contre les poursuites stratégiques : conférence de presse mardi à 15 heures | Nouvelles

Quand : mardi 27 février 2024, 15h00 CET Où : Parlement européen à Strasbourg,...

Victoire douce-amère des Verts de l’UE Nicolae Ștefănuță dans la bataille contre la pollution

Dans une démarche historique, l’Union européenne a franchi une étape importante vers la résolution...