4.3 C
Bruxelles
samedi, février 24, 2024
AccueilFrançaisACTUALITEDes actions décisives sont nécessaires au sein de l’UE pour atteindre les...

Des actions décisives sont nécessaires au sein de l’UE pour atteindre les objectifs de développement durable d’ici 2030 : rapport ESDR

Publié le

PARIS, FRANCE, le 25 janvier 2024 – Le Rapport de développement durable en Europe 2023/24 (ESDR), un nouveau rapport publié aujourd’hui et produit par le Réseau de solutions de développement durable des Nations Unies (SDSN) en collaboration avec SDSN Europe et le Comité économique et social européen (CESE). ), révèle que des mesures décisives doivent être prises dans le Union européenne (UE) pour éviter les « points de bascule » environnementaux et sociaux et pour maintenir la promesse d’atteindre les objectifs de développement durable (ODD) de l’Agenda 2030 et les objectifs de l’accord de Paris sur le climat.

La cinquième édition de l’ESDR, qui comprend l’indice et les tableaux de bord des ODD, suit les progrès réalisés par rapport aux ODD de l’UE, de ses États membres et des pays partenaires en Europe. Le rapport souligne qu’au rythme actuel, un un tiers des objectifs des ODD ne seront pas atteints par l’UE d’ici 2030, avec des différences significatives selon les pays européens ; ceux-ci vont d’un quart en Europe du Nord et de l’Ouest à environ la moitié en Europe du Sud et en Europe centrale et orientale. en moyenne. En particulier, le rapport souligne la stagnation et le renversement des progrès dans de nombreux pays européens sur les objectifs sociaux avec des problèmes croissants autour de l’accès et de la qualité des services pour tous, ainsi que la pauvreté et la privation matérielle entraînées au moins en partie par les multiples crises depuis 2020. À l’échelle mondiale, l’architecture financière internationale ne parvient pas à canaliser l’épargne mondiale vers ODD investissements au rythme et à l’échelle nécessaires, ce qui conduit à un renversement des progrès des ODD dans de nombreuses régions du monde, en particulier dans les pays les plus pauvres et les plus vulnérables.

Le rapport de cette année fournit des contributions essentielles permettant à l’UE de renforcer son leadership en matière d’ODD au niveau national et international à l’approche des élections européennes de juin 2024 et du Sommet du futur convoqué par le secrétaire général des Nations unies en septembre 2024.

Guillaume Lafortunevice-président du SDSN et auteur principal du rapport, souligne :

« Les partis politiques en campagne pour les élections européennes et les futurs dirigeants de l’Union européenne ont des responsabilités historiques. Les objectifs de développement durable adoptés par tous les États membres de l’ONU en 2015 ne sont pas atteints en Europe et dans le monde, mais ils restent pourtant l’avenir que souhaitent l’Europe et le monde. Des mesures décisives doivent être prises au cours de cette décennie. Ce n’est pas le moment de revenir en arrière ou d’édulcorer ce qui a été réalisé et convenu pour soutenir la mise en œuvre des ODD et de l’Accord de Paris sur le climat. Des investissements à long terme et une coopération régionale sont nécessaires pour stimuler les compétences et l’innovation et offrir des chances égales à tous. Dans un monde multipolaire et fragmenté, les coalitions de leaders d’opinion européens doivent travailler ensemble pour établir les jeter les bases d’un nouvel accord européen pour l’avenir et jouer un rôle de leader au niveau international pour préparer les prochaines décennies de développement durable mondial.

Adolf Kloke-Leschcoprésident de SDSN Europe et autre auteur principal du rapport souligne :

« L’UE devrait transformer son rôle mondial et ses vastes réseaux en de puissants outils de transformation mondiale. En alignant ses politiques extérieures sur le bien commun mondial exprimé dans le Programme 2030 avec les ODD, l’UE ne peut que renforcer son autonomie stratégique à long terme. L’UE devrait travailler en étroite collaboration avec les présidences du G21 du Brésil (2024) et de l’Afrique du Sud (2025) et avec les présidences du G7 de l’Italie (2024) et du Canada (2025) pour remettre l’agenda des ODD sur les rails. Au sein des deux groupes, l’UE, la France, l’Allemagne et l’Italie devraient former une « équipe européenne pour les ODD » afin de lutter en faveur d’un ordre international ouvert et coopératif pour faire progresser le développement durable mondial. Dans le monde d’aujourd’hui, la coopération internationale doit progressivement devenir mutuellement transformatrice, en donnant aux partenaires une voix et des moyens également dans l’architecture financière européenne ainsi qu’en ce qui concerne les mesures politiques et les développements dans l’UE qui les affectent fortement.»

Des crises sanitaires, sécuritaires, géopolitiques, climatiques et financières multiples et simultanées ont entraîné un ralentissement des progrès des ODD en moyenne dans l’UE, notamment en raison de la lenteur des progrès en matière de résultats socio-économiques et d’objectifs environnementaux. La Finlande est en tête de l’indice des ODD cette année (pour la quatrième année consécutive), mais même les pays en tête de l’indice des ODD sont confrontés à des défis importants pour atteindre plusieurs ODD. L’UE est confrontée à ses plus grands défis en matière d’ODD en matière de consommation et de production responsables, de climat et de biodiversité, d’utilisation durable des terres et d’alimentation, et de promotion de la convergence des progrès en matière d’ODD dans tous ses États membres.

L’édition de cette année met également en lumière les défis liés au principe « Ne laisser personne de côté » inclus dans l’Agenda 2030. L’indice « Leave No One Behind » (LNOB) inclus dans le rapport mesure à l’intérieur du pays inégalités dans quatre dimensions : l’extrême pauvreté et la privation matérielle ; l’inégalité des revenus; inégalité des genres; et l’accès aux services et leur qualité. L’indice met en lumière progrès minimes et même inversion dans trois des quatre dimensions pour la plupart des pays européens depuis 2020. La situation est particulièrement

alarmant en ce qui concerne la sous-dimension « accès et qualité des services », où 32 des 34 pays européens couverts par l’indice ne montrent aucun progrès ou inversion des progrès. Le fonctionnement efficace des démocraties et des institutions européennes, qui sont au cœur de la transition vers un développement durable, dépend de la capacité des dirigeants de l’UE et des États membres à assurer l’égalité des chances, à protéger les plus vulnérables et à promouvoir l’éducation et les compétences pour tous.

Comme le reflètent les éditions précédentes, le rapport constate également que l’UE est responsable d’importantes « retombées internationales » négatives, dues en partie à une consommation non durable et aux chaînes d’approvisionnement internationales.

En juin 2024, les citoyens de l’UE éliront le nouveau Parlement européen. Les nouveaux dirigeants de l’UE auront la responsabilité de se mettre d’accord sur le prochain budget septennal de l’UE (2028-2035) et de négocier le prochain programme mondial de développement durable afin de poursuivre les ODD au-delà de 2030. Dans le monde fragmenté et multipolaire actuel, le leadership de l’UE doit adopter une approche plus ambitieuse, intégrée et cohérente pour accélérer la mise en œuvre des ODD au niveau national et international. En complément du rapport ESDR 2023/24, un groupe de plus de 100 scientifiques, experts et praticiens de plus de 20 pays européens a également publié aujourd’hui un appel à l’action conjoint ciblant les partis politiques et les futurs dirigeants de l’UE pour jeter les bases d’un nouveau Accord européen pour l’avenir avec dix actions prioritaires:

  1. Répondre au grave danger de « points de basculement sociaux » négatifs en réduisant considérablement le risque de pauvreté et d’exclusion sociale des citoyens européens.
  2. Redoublez d’efforts pour atteindre zéro émission nette dans l’UE d’ici 2050, avec des avancées majeures d’ici 2030.
  3. Renforcer les autorités régionales et locales dans la réalisation des ODD, notamment en surveillant et en rendant compte régulièrement des progrès réalisés dans les ODD à tous les niveaux.
  4. Limiter les retombées négatives à l’échelle internationale et soutenir la transformation vers un système commercial durable.
  5. Tirez parti de Team Europe pour la diplomatie mondiale des ODD et renforcez les formats divers et universels, en particulier les Nations Unies.
  6. Renforcer le rôle multilatéral de l’Europe en dirigeant les efforts mondiaux visant à réformer l’architecture financière mondiale.
  7. Recentrer les partenariats internationaux de l’UE sur les ODD et évoluer vers une coopération mutuellement transformatrice.
  8. Mobiliser les moyens financiers pour les transformations vers un avenir durable.
  9. Institutionnaliser l’intégration des ODD dans la planification stratégique, la coordination macroéconomique, les processus budgétaires, les missions de recherche et d’innovation et d’autres instruments politiques.
  10. Établir de nouveaux mécanismes permanents pour un engagement structuré et significatif avec la société civile, y compris les jeunes, et au sein du Parlement européen sur les voies et politiques des ODD.

Le 5ème Cette édition du Rapport européen sur le développement durable fait partie de la série plus large des Rapports sur le développement durable (RSD). Depuis 2015, le SDR fournit les données les plus récentes pour suivre et classer les performances de l’Europe et de tous les États membres de l’ONU sur les ODD. L’ESDR de cette année couvre les 27 États membres de l’UE, quatre pays de l’Association européenne de libre-échange (Islande, Liechtenstein, Norvège et Suisse), le Royaume-Uni et les pays candidats à l’UE (Albanie, Bosnie-Herzégovine, République de Macédoine du Nord, Monténégro, Serbie et Turquie).[1] Le rapport a été préparé par un groupe d’experts indépendants du SDSN et du SDSN Europe et est co-conçu et co-créé par et avec la société civile en Europe. L’édition de cette année s’appuie sur trois ateliers et une consultation publique en ligne organisées entre avril et novembre 2023. La méthodologie est basée sur l’édition mondiale du Rapport de développement durable, qui a été examinée par des pairs par Cambridge University Press et Nature Geoscience, et auditée statistiquement dans 2019 par le Centre commun de recherche (JRC) de la Commission européenne.


[1] En raison de leur accession très récente au statut de pays candidat, et compte tenu d’importantes lacunes et retards dans les données, la Géorgie, la Moldavie et l’Ukraine ne sont pas incluses dans l’édition de cette année.

Le rapport est accessible ici (disponible en ligne à partir du 24 janvier 2024 à 23h59 CET). Les sites Web et les liens de visualisation des données sont disponibles ci-dessous.

Site web: https://sdgtransformationcenter.org/

Visualisation de données: https://eu-dashboards.sdgindex.org/

Publié à l’origine dans The European Times.

Publicité
spot_img

Autres articles

Supprimer les logiciels espions d’un iPhone : trucs et astuces

À l’ère du numérique, assurer la sécurité de nos appareils est devenu primordial, notamment...

Protection de l’UE contre les poursuites stratégiques : conférence de presse mardi à 15 heures | Nouvelles

Quand : mardi 27 février 2024, 15h00 CET Où : Parlement européen à Strasbourg,...

Victoire douce-amère des Verts de l’UE Nicolae Ștefănuță dans la bataille contre la pollution

Dans une démarche historique, l’Union européenne a franchi une étape importante vers la résolution...

La BEI apporte un soutien de 115 millions d’euros à un important projet de rénovation de l’hôpital ETZ aux Pays-Bas

BRUXELLES – La Banque européenne d'investissement (BEI) a signé un financement de 100 millions...

autres articles

Supprimer les logiciels espions d’un iPhone : trucs et astuces

À l’ère du numérique, assurer la sécurité de nos appareils est devenu primordial, notamment...

Protection de l’UE contre les poursuites stratégiques : conférence de presse mardi à 15 heures | Nouvelles

Quand : mardi 27 février 2024, 15h00 CET Où : Parlement européen à Strasbourg,...

Victoire douce-amère des Verts de l’UE Nicolae Ștefănuță dans la bataille contre la pollution

Dans une démarche historique, l’Union européenne a franchi une étape importante vers la résolution...