7.1 C
Bruxelles
vendredi, avril 19, 2024
AccueilFrançaisACTUALITEUn parapluie destiné à protéger de la pluie, mais qui obstrue par...

Un parapluie destiné à protéger de la pluie, mais qui obstrue par inadvertance la lumière du soleil ?

Publié le

À la fin des années 1990, lorsque le treizième champion du monde d’échecs, Garry Kasparov, a affronté l’organisation « parapluie » des échecs – la FIDE, personne n’aurait pu prévoir que ses griefs contre le président de la FIDE de l’époque, Florencio Compamanes, feraient écho presque mot pour mot à ses plaintes ultérieures. contre Vladimir Poutine au cours des premier et deuxième mandats présidentiels de ce dernier : autoritarisme, népotisme, opacité, corruption et favoritisme croissants, conduisant à une érosion des processus démocratiques au sein de l’organisation « parapluie ». Cela en a fait une société fermée où les intérêts des entreprises prennent le pas sur le bien public et sont poursuivis aux dépens de ce dernier.

Comme le sait l’histoire, Garry Kasparov a perdu sa bataille contre Poutine et a quitté la Russie en 2012, et le monde entier a observé avec étonnement, via les plateformes en ligne, à quel point la Russie de Poutine s’est transformée au cours des deux dernières années.

Dans la Géorgie actuelle, qui s’efforce depuis trente ans de se libérer de l’occupation russe et de s’intégrer pleinement dans la communauté européenne, il n’existe aucune figure marquante du monde des arts dont la voix dissidente résonne comme celle de Kasparov. Cependant, la Confédération internationale des auteurs et compositeurs (la principale organisation faîtière en matière de droit d’auteur – CISAC) éprouve un sentiment de déjà-vu avec ses griefs contre le leader sortant, Gadi Oron, qui rappellent le grand scandale des échecs du siècle dernier. Alors que Kasparov avait accusé le président de l’organisation internationale d’échecs de collusion avec la Fédération des échecs de l’Union soviétique (membre de la FIDE) et de défendre Anatoly Karpov, le joueur d’échecs préféré du régime communiste, Gadi Oron, président de longue date de la Fédération des échecs de l’Union soviétique. La Fédération géorgienne du droit d’auteur (membre de la CISAC) fait désormais face à des accusations de lobbying similaire.

Les événements se sont déroulés comme suit :

L’année dernière, une réforme globale a été entreprise dans le domaine de la gestion du droit d’auteur et des droits voisins en Géorgie. Cette réforme, conforme aux directives du Parlement européen et du Conseil de l’Europe, a examiné en profondeur les questions de gestion collective des droits de propriété et, suivant les meilleures pratiques internationales, a établi des réglementations.

Le processus de modification de la loi géorgienne sur le « droit d’auteur et les droits connexes » s’est poursuivi avec le soutien et la participation des partenaires CLDP et USAID. La transparence et l’inclusivité ont été assurées dès le début du projet. De nombreuses organisations internationales faisant autorité ont été directement impliquées dans le processus de rédaction. Deux auditions publiques et plusieurs séances de travail avec des experts internationaux ont été organisées concernant le projet de loi.

La nouvelle loi consacre les principes de transparence, d’équité et de bonne gouvernance, offrant de solides garanties juridiques pour la protection des titulaires de droits et des utilisateurs. En outre, la loi rend obligatoire l’accréditation des organisations engagées dans la gestion collective des droits de propriété.

L’ensemble du processus d’accréditation était conforme aux normes internationales et aux exigences législatives de la Géorgie. Sakpatent a annoncé un concours pour les organismes d’accréditation pour la gestion collective des droits de propriété, l’Association des propriétaires de propriété intellectuelle (IPOA) sortant victorieuse. L’actuelle Association géorgienne du droit d’auteur (GCA), qui jouissait d’un monopole dans ce domaine depuis 12 ans sous la direction du président immuable, Giga Kobaladze, a été disqualifiée du concours.

Il convient de noter que dans le cadre de la réforme, deux cabinets d’audit indépendants ont examiné les activités de Kobaladze et découvert de nombreuses violations flagrantes. Il a été révélé que le président du GCA avait, au fil des années, détourné près de la moitié (47%) des cotisations accumulées de l’association pour le confort de son administration, dépassant largement les normes établies de bonne gouvernance dans le domaine. En conséquence, plus de 14 millions de GEL ont été dilapidés et illégalement détournés.

La révélation de ces faits scandaleux a déclenché une vague de départs du GCA de la part de nombreux auteurs géorgiens éminents qui, avec d’anciens membres de l’organisation rivale du GCA, « GERA », ont créé une nouvelle organisation, l’IPOA, et sont sortis vainqueurs du concours.

Dans ce contexte, l’attitude agressivement négative de la CISAC à l’égard de la vaste réforme en Géorgie et de ses résultats soulève de nombreuses questions. Les demandes de Gadi Oron d’annuler les résultats du concours et, en outre, de réévaluer la réforme réussie sous le patronage occidental, sont satisfaites sans justification appropriée. En Géorgie, on estime que le problème ne réside pas dans l’échec de la réforme, mais dans le lobbying (favoritisme) du président de la GCA par la direction de la CISAC, qui a été évincé de la direction sur le terrain par la réforme. La CISAC est soupçonnée d’avoir tenté de faire dérailler la réforme visant à protéger le « soldat Kobaladze ».

Les Géorgiens se souviennent également d’exemples antérieurs de lobbying douteux de la part des dirigeants de la CISAC, citant le cas de la Russie, où Fedotov, l’ancien président de la Société des auteurs russes (RAO) – salué comme le meilleur gestionnaire et soutenu par Gadi Oron – a été impliqué dans des malversations financières. puis emprisonné. Fedotov avait acquis illégalement un palais en Grande-Bretagne avec des redevances appartenant aux auteurs, un sujet largement couvert par la presse britannique.

Le gouvernement géorgien n’a pas l’intention de réviser la réforme, comme en témoigne la correspondance entre la CISAC et la direction de l’Agence géorgienne de la propriété intellectuelle (Sakpatent), publiée dans les médias géorgiens, révélant les arguments faibles et partiaux de la CISAC contre la réforme.

L’avenir déterminera le succès de la réforme géorgienne, qui devrait bénéficier en premier lieu aux droits d’auteurs géorgiens, en particulier à ceux qui se sont séparés de Kobaladze et ont triomphé sous les auspices de la nouvelle organisation.

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

L’État belge et les organismes nucléaires fédéraux SCK CEN et IRE signent un contrat de gestion

L'État belge ainsi que les deux institutions IRE et SCK CEN s'engagent à tenir...

Évoluer vers des soins de santé guidés par les besoins : temps forts de la conférence de haut niveau belge

Au sein de l’Union européenne, des moyens publics considérables sont investis pour répondre aux...

Le Parlement adopte sa position sur la réforme pharmaceutique de l’UE | Nouvelles

Le paquet législatif, couvrant les médicaments à usage humain, se compose d'une nouvelle directive...

La science des références : tirer parti des logiciels de défense des clients

Imaginez ceci : vous êtes submergé de choix, bombardé de publicités et vous ne savez...

autres articles

L’État belge et les organismes nucléaires fédéraux SCK CEN et IRE signent un contrat de gestion

L'État belge ainsi que les deux institutions IRE et SCK CEN s'engagent à tenir...

Évoluer vers des soins de santé guidés par les besoins : temps forts de la conférence de haut niveau belge

Au sein de l’Union européenne, des moyens publics considérables sont investis pour répondre aux...

Le Parlement adopte sa position sur la réforme pharmaceutique de l’UE | Nouvelles

Le paquet législatif, couvrant les médicaments à usage humain, se compose d'une nouvelle directive...