13 C
Bruxelles
dimanche, avril 14, 2024
AccueilFrançaisACTUALITEDes efforts plus déterminés sont nécessaires pour combattre les préjugés anti-musulmans dans...

Des efforts plus déterminés sont nécessaires pour combattre les préjugés anti-musulmans dans un contexte de montée de la haine, selon l’OSCE

Publié le

LA VALETTE/VARSOVIE/ANKARA, 15 mars 2024 – Alors que les préjugés et la violence contre les musulmans se multiplient dans un nombre croissant de pays, des efforts plus importants sont nécessaires pour instaurer le dialogue et contrer la haine anti-musulmane, estime l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe. a déclaré dans un communiqué d’aujourd’hui Journée internationale de lutte contre l’islamophobie.

Le président en exercice de l’OSCE, ministre des Affaires étrangères et européennes et du Commerce de Malte, Ian Borg, a déclaré : «En ce jour, nous nous rappelons notre devoir collectif de lutter contre les préjugés et d’accepter la diversité.» soulignant que «Notre force réside dans notre unité et notre détermination inébranlable à favoriser des sociétés où le dialogue prévaut sur la confrontation, la compréhension sur la peur et la tolérance sur les préjugés – une société où les libertés fondamentales et les droits de l’homme sont protégés et dont tous peuvent jouir..» Le ministre Borg a appelé tous les États participants «d’intensifier les engagements et les actions en faveur de cet effort crucial, en s’efforçant de favoriser un environnement dans lequel chacun peut vivre sans haine et sans discrimination.»

La haine contre les personnes appartenant à des communautés religieuses ou de conviction spécifiques se manifeste rarement de manière isolée et va souvent de pair avec d’autres formes d’intolérance. La violence et la discrimination nuisent non seulement aux individus et aux communautés concernées, mais peuvent également compromettre la sécurité. à travers l’OSCE région, avec des tensions susceptibles de dégénérer en conflits plus larges.

Il y a eu une recrudescence de la haine contre les musulmans, en particulier depuis la reprise des hostilités au Moyen-Orient en octobre de l’année dernière, les discours de haine, les menaces et la violence en ligne et hors ligne ayant un impact négatif sur les communautés musulmanes, en particulier les femmes et les filles. Les États de l’OSCE ont reconnu la nécessité pour les dirigeants politiques et les parlementaires de rejeter et de condamner les manifestations de racisme, de xénophobie et d’intolérance à l’égard des musulmans et d’autres groupes religieux, tout en continuant à respecter la liberté d’expression.

« Les stéréotypes négatifs et les actes d’intolérance et de discrimination à l’encontre des musulmans se sont multipliés ces dernières années, ce qui rend d’autant plus important d’agir de toute urgence et de veiller à éviter la stigmatisation ou les discours incendiaires. » dit Matteo Mecacci, directeur du BIDDH. « Dans le même temps, nous sommes encouragés par la reconnaissance croissante de la nécessité de davantage de dialogue et de compréhension. Je suis convaincu que cela doit rester une contribution cruciale pour lutter avec succès contre les préjugés et la haine anti-musulmans.»

Tous les États participants de l’OSCE se sont engagés à lutter contre la discrimination et les crimes haineux, et il est de la responsabilité première des gouvernements de garantir la sécurité de tous les citoyens, quelle que soit leur origine, et de promouvoir le respect et le dialogue. Aider les pays de la région de l’OSCE à lutter contre les crimes de haine anti-musulmans est un domaine clé du travail du BIDDH, mais même si les données sur la haine anti-musulmane sont disponibles dans le rapport du BIDDH base de données sur les crimes haineuxde nombreuses victimes dans l’espace de l’OSCE hésitent à faire part de leurs expériences aux autorités.

Les victimes de haine se tournent souvent vers les organisations de la société civile pour signaler un crime, demander de l’aide et accéder aux services dont elles ont besoin. Grâce à une véritable collaboration avec la société civile, les États peuvent développer des activités efficaces et ciblées pour lutter contre les crimes de haine et répondre aux différents besoins de chaque victime.

La liberté de religion ou de conviction est un droit humain fondamental qui énonce le droit de chaque individu d’avoir, d’adopter ou d’abandonner une religion ou une conviction. À la base se trouve la compréhension que le respect de nos différences est le seul moyen pour nous de vivre ensemble en paix. Dans ce contexte, le dialogue et la compréhension entre les religions et les cultures apparaissent comme un instrument essentiel, offrant une plateforme d’échanges ouverts et respectueux qui transcendent les frontières religieuses. Grâce à ces interactions significatives, nous pouvons découvrir un terrain d’entente, apprécier nos différences et forger une voie à suivre inclusive et harmonieuse.

Le représentant personnel de la présidence en exercice pour la lutte contre l’intolérance et la discrimination à l’égard des musulmans, l’ambassadeur Evren Dagdelen Akgun, a noté que « des cas de tentatives délibérées de ternir le caractère sacré de l’Islam, de stéréotypes sur les musulmans, d’attaques ; Les cas où leurs croyances sont dépréciées ou leur culture présentée comme une menace et justifiée sous couvert de problèmes de sécurité sont répandus, voire normalisés dans certains pays. Elle a souligné que « les efforts visant à résoudre ces problèmes dans leur intégralité contribueront non seulement à des sociétés harmonieuses mais aussi à la paix internationale ». Dagdelen Akgun a exhorté tous les États participants à rechercher des moyens de mettre en œuvre efficacement leurs engagements.

Reconnaissant la discrimination et la haine auxquelles sont confrontés de nombreux musulmans dans le monde, les Nations Unies ont déclaré le 15 mars Journée internationale de lutte contre l’islamophobie. Tous les États de l’OSCE ont engagé lutter contre les préjugés, l’intolérance et la discrimination à l’égard des musulmans et des membres d’autres religions.

Publié à l’origine dans The European Times.

Publicité
spot_img

Autres articles

Le modèle d’IA a le potentiel de détecter le risque de trouble de stress post-traumatique lié à l’accouchement

Les chercheurs ont adapté un programme d'intelligence artificielle (IA) pour identifier les signes de...

Pérenniser votre entreprise : le rôle de l’IA dans les services cloud

Au cœur de cette transformation se trouve la fusion de l’IA dans les services...

Pérenniser votre entreprise : le rôle de l’IA dans les services cloud

Imaginez votre entreprise comme une machine bien huilée, s’adaptant continuellement aux changements du marché...

La Régie des Bâtiments restaure la façade arrière du bâtiment du Conseil d’État à Bruxelles

Le siège du Conseil d’État se trouve depuis 1948 dans le quartier européen à...

autres articles

Le modèle d’IA a le potentiel de détecter le risque de trouble de stress post-traumatique lié à l’accouchement

Les chercheurs ont adapté un programme d'intelligence artificielle (IA) pour identifier les signes de...

Pérenniser votre entreprise : le rôle de l’IA dans les services cloud

Imaginez votre entreprise comme une machine bien huilée, s’adaptant continuellement aux changements du marché...

Pérenniser votre entreprise : le rôle de l’IA dans les services cloud

Au cœur de cette transformation se trouve la fusion de l’IA dans les services...