22.9 C
Bruxelles
lundi, juillet 15, 2024
AccueilFrançaisACTUALITELes dirigeants de l'UE approuvent les nouveaux chefs des grandes institutions avec...

Les dirigeants de l’UE approuvent les nouveaux chefs des grandes institutions avec Von der Leyen, Costa et Kallas

Publié le

Bruxelles, le 27 juin 2024 – Les dirigeants de l’UE ont donné jeudi leur accord politique à un trio de noms – Ursula von der Leyen, Antonio Costa et Kaja Kallas – pour diriger les trois principales institutions de l’UE au cours des cinq prochaines années.

L’accord global sur l’emploi le plus important de l’UE comprend un second mandat pour la présidente sortante de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, du Parti populaire européen (PPE) de centre-droit, l’ancien Premier ministre socialiste du Portugal, Antonio Costa, à la présidence du Conseil européen, et le Premier ministre libéral d’Estonie. Kaja Kallas en tant que nouveau chef de la politique étrangère de l’UE, ont confirmé plusieurs diplomates de l’UE.

Il a fallu environ une heure aux dirigeants européens pour parvenir à un accord après que von der Leyen et Kallas aient quitté la salle, ont déclaré des sources proches des négociations.

La Première ministre italienne Giorgia Meloni s’est abstenue sur von der Leyen et a voté contre Costa et Kallas. Pendant ce temps, le Premier ministre hongrois Viktor Orbán a voté contre. von der Leyenen faveur de Costa mais s’est abstenu pour Kallas, selon une source diplomatique.

Kallas, qui a quitté la salle de réunion puisqu’elle faisait partie des candidats du paquet, a transféré sa voix à son homologue finlandais Petteri Orpo, ont indiqué des sources proches des discussions.

En réponse à sa nomination, von der Leyen a déclaré qu’elle était « reconnaissante » envers UE dirigeants pour avoir soutenu sa candidature à un second mandat. Costa a déclaré qu’il était « impatient de travailler en étroite collaboration avec eux dans un esprit de coopération loyale entre les institutions européennes ». Kallas, réagissant à sa nomination, a déclaré : « Votre confiance compte beaucoup. Nous devons continuer à travailler ensemble pour garantir L’Europe  est un partenaire mondial efficace pour assurer la liberté, la sécurité et la prospérité de nos citoyens. En tant que HRVP, je serai au service de nos intérêts communs.

La décision des dirigeants intervient trois semaines après les élections européennes, au cours desquelles les partis centristes (socialistes, centre-droit du PPE et libéraux) ont remporté la majorité des sièges, malgré des victoires significatives des conservateurs et réformistes européens (ECR) d’extrême droite et d’extrême-droite. les bons partis Identité et Démocratie (ID).

La nomination de von der Leyen doit désormais être approuvée par un vote à la majorité simple au Parlement européen, attendu jeudi 18 juillet. Elle risque cependant d’avoir du mal à réunir les 362 voix nécessaires à sa confirmation. Avec des députés européens (députés européens) du PPE, Socialisteset les groupes politiques libéraux, elle pourrait atteindre 399 voix, mais seulement si aucun député européen ne se rebelle contre l’accord.

Toutes les délégations nationales de ces groupes ne sont pas assurées de la soutenir. Elle devra peut-être convaincre les Verts et éventuellement certaines parties de l’ECR, considérées comme plus « modérées », pour assurer sa réélection. Si von der Leyen ne parvient pas à obtenir l’approbation du Parlement le mois prochain, les dirigeants européens auront un mois pour choisir un autre candidat et relancer le processus.

Kallas, en tant que prochain chef de la diplomatie européenne, devra faire face à une série d’auditions publiques à partir de fin septembre, lorsque les députés de la commission des affaires étrangères (AFET) et de la sous-commission de sécurité et de défense (SEDE) du Parlement européen pourront l’interroger sur sa vision politique. En fin de compte, l’ensemble du collège des commissaires, y compris Kallas, doit être approuvé en bloc par un seul vote. Après de longues négociations entre les groupes politiques parlementaires européens et les commissaires, ils se sont mis d’accord sur un programme de travail spécifique à l’UE pour les cinq prochaines années.

Costa est désormais considéré comme président élu et prendra ses fonctions le 1er décembre après le départ du chef du Conseil sortant, Charles Michel, fin novembre. Il devrait rester en poste pendant 2,5 ans, conformément aux traités de l’UE. Sur la base d’un gentlemen’s Agreement, il pourrait alors éventuellement être réélu pour un mandat supplémentaire.

Publié à l’origine dans The European Times.

Publicité
spot_img

Autres articles

Prix fédéral de lutte contre la pauvreté : les candidatures sont ouvertes !

Créé le 4 juillet 2008 dans le cadre du premier Plan fédéral de lutte...

Rapport d’allocation et d’impact des OLO vertes pour 2023

L’Agence fédérale de la Dette a le plaisir de présenter le rapport d’allocation et...

Conférence de presse sur la Fête nationale – Mardi 16 juillet 2024

La ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden, la ministre de la Défense Ludivine Dedonder et...

L’impact du changement climatique sur la sécurité sociale

Ce numéro spécial de la Revue belge de sécurité sociale présente également des exemples...

autres articles

Prix fédéral de lutte contre la pauvreté : les candidatures sont ouvertes !

Créé le 4 juillet 2008 dans le cadre du premier Plan fédéral de lutte...

Rapport d’allocation et d’impact des OLO vertes pour 2023

L’Agence fédérale de la Dette a le plaisir de présenter le rapport d’allocation et...

Conférence de presse sur la Fête nationale – Mardi 16 juillet 2024

La ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden, la ministre de la Défense Ludivine Dedonder et...