11.7 C
Bruxelles
jeudi, mai 23, 2024
AccueilFrançaisAfriqueLibéria. Faire passer les gens avant le profit, selon des experts des...

Libéria. Faire passer les gens avant le profit, selon des experts des droits de l’homme et des entreprises |

Publié le

« Le climat actuel de pratiques commerciales irresponsables fournit des bénéfices aux entreprises mais fait peu pour les gens», ont déclaré les membres du Groupe de travail des Nations unies sur les entreprises et les droits de l’homme dans un communiqué marquant la conclusion de leur première visite dans le pays.

« Une paix durable et stable exige la responsabilité, la transparence, l’égalité, la cohésion sociale, l’état de droit et le respect des droits de l’homme pour tous », ont-ils ajouté.

Louange et alarme

Le Libéria, situé en Afrique de l’Ouest, a subi 15 ans de conflit entre 1989 et 2003, avec deux guerres civiles qui ont fait près de 250 000 morts.

Les experts des droits ont salué l’engagement du gouvernement à mettre en œuvre les Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme (UNGP), qui définissent des mesures concrètes en matière de protection et de respect, ainsi que des recours, en cas d’abus.

Ils ont également salué l’élaboration d’un plan d’action national sur les entreprises et les droits de l’homme, mais se sont alarmés de l’absence de contrôle de l’État dans diverses régions du pays.

« La facilitation des investissements étrangers a remplacé la mise en œuvre de pratiques commerciales responsables», a déclaré la présidente du groupe de travail, Fernanda Hopenhaym.

« L’infrastructure et les services de base faisaient défaut, en particulier à l’extérieur de Monrovia. La négligence générale des communautés locales dans la planification du développement est inacceptable ».

Respecter les droits de l’homme

Mme Hopenhaym a déclaré que le gouvernement libérien devait veiller à ce que les entreprises nationales et étrangères fassent preuve d’un plus grand respect des droits de l’homme.

« Un élément critique est transparence et participation significative des communautés affectées dans les décisions concernant l’activité commerciale », a-t-elle recommandé.

Au cours de leur visite de 10 jours, les experts ont rencontré des représentants du gouvernement, des entreprises, des syndicats de travailleurs, des organisations de la société civile et des communautés locales pour discuter des opportunités et des défis liés à la mise en œuvre des UNGP.

Politiques de mise en œuvre

Les réformes juridiques, telles que la loi sur les droits fonciers de 2018 et la loi sur le travail décent de 2015, ont été bien accueillies, mais leur mise en œuvre a été faible, ont-ils signalé.

« L’expérience du Libéria montre besoin urgent pour un mélange intelligent de politiques, d’incitations et de réglementations pour mettre en œuvre des lois et promouvoir une culture d’entreprise qui respecte les droits de l’homme », a déclaré Damilola Olawuyi, l’autre membre du Groupe de travail qui s’est rendu là-bas.

Comme les militants des droits de l’homme, les syndicalistes et les membres de la communauté étaient vulnérables aux attaques et à l’intimidation pour avoir dénoncé les violations des droits de l’homme liées aux entreprises, les experts de l’ONU ont appelé le gouvernement à agir.

« Les personnes qui cherchent à tenir les entreprises responsables doivent être respectés, pris au sérieux et bénéficier de mécanismes de réclamation efficaces pour que leurs cas soient entendus et réparés », a déclaré Mme Hopenhaym.

Premiers constats

Les experts présenteront leur rapport final sur la mission au Libéria au Conseil des droits de l’homme des Nations unies en juin.

Leurs conclusions initiales reflètent des problèmes tels que les possibilités d’emploi très limitées dans le pays, l’emprise importante qu’un petit nombre de grandes sociétés multinationales ont sur l’économie, les mauvaises conditions de travail dans différents secteurs et les multiples formes de harcèlement, d’abus et de violence. auxquelles sont confrontées les femmes et les filles.

« Le Libéria devrait veiller à ce que toutes les institutions gouvernementales traitant avec les entreprises et le système judiciaire, ainsi que la Commission nationale indépendante des droits de l’homme, disposent des ressources et de la formation nécessaires pour assurer une surveillance efficace du comportement de l’entreprise et de la responsabilité de l’entreprise« , ils ont dit.

À propos des experts de l’ONU

Le groupe de travail est composé de cinq experts des droits de l’homme du monde entier.

Outre Mme Hopenhaym et M. Olawuyi, les autres membres sont Pichamon Yeophantong, Robert McCorquodale et Elżbieta Karska.

Ils ont été nommés par le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies pour promouvoir la diffusion et la mise en œuvre des UNGP.

Ils servent à titre individuel et ne font pas partie du personnel de l’ONU et ne sont pas rémunérés pour leur travail.

Lien de Etoile d’Europe publié le 2022-11-17 16:50:23

Publicité
spot_img

Autres articles

Mesurer les temps d’attente dans les soins de santé : pour qui, pourquoi, comment ?

Contrairement à ce que l’on observe dans d’autres pays, les initiatives de mesure du...

Une riche histoire, pour un avenir prometteur : 175 ans du Conseil Supérieur de la Santé

08h30   Réception autour d'un café 09h15   Accueil et introductionDr. Yves Van Laethem, CHU Saint-Pierre, ULBPrésident actuel...

Le visage humain de l’anticultisme en France : récits personnels et combats

Dans un monde qui comprend souvent mal et ostracise les croyances non conventionnelles, le...

Nouveau projet de recherche sur la mobilité humaine sur les données intelligentes

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles...

autres articles

Scientologie et le Pouvoir du Volontariat Révélés dans un Documentaire Révolutionnaire

Bruxelles, le 31 janvier 2024 - Alors que le monde continue de traverser pandémies,...

Réalités du Règne de Mohammed VI : Un Bilan Éloquent et des Perspectives Prometteuses malgré l’Appel Pressant au Changement Gouvernemental

Au cours des années, le règne de Mohammed VI s'est démarqué par des réalisations...

Le Liban sous les yeux, l’appel du pianiste Omar Harfouch au Conseil Droits Humains de l’ONU

Lors de la 54e session ordinaire du Conseil des droits de l'homme des Nations...