5.1 C
Bruxelles
samedi, avril 20, 2024
AccueilFrançaisACTUALITELes antidépresseurs et la santé mentale, un maudit business milliardaire

Les antidépresseurs et la santé mentale, un maudit business milliardaire

Publié le

La consommation d’antidépresseurs ne cesse d’augmenter dans un monde où il est plus facile de se procurer une pilule que de trouver le problème réel et de le résoudre.

En 2004, l’Agence du médicament a réalisé une étude dans laquelle il ressortait que la consommation d’antidépresseurs avait triplé dans le monde. À cette époque, nous devions encore subir une récession mondiale, qui a été aggravée par la pandémie que l’Organisation mondiale de la santé a sortie de sa manche et qui nous a tous plongés, semble-t-il, dans un problème de santé mentale dont il semble seulement que nous allons pouvoir s’en débarrasser avec des médicaments permanents.

Antidépresseurs, ordonnance facile

Pour s’en tenir à l’Espagne et comparer les données, en 1994, 7 285 182 boîtes d’antidépresseurs ont été vendues dans notre pays, en 1999 (cinq ans plus tard) 14 555 311 et en 2003, 21 238 858 boîtes ont été prescrites. Si l’on multiplie ce chiffre par le nombre de pilules contenues dans chaque boîte, des centaines de millions de pilules ont été mises en circulation sur le marché national sans contrôle excessif.

En 2021, lorsque nous deviendrons tous des malades mentaux, plus de 50 millions de paquets ont été mis en circulation.

Pour José Luis Quintana, médecin généraliste, « le problème est qu’il y a un probable abus d’antidépresseurs ». Parmi les médicaments les plus prescrits, on trouve également les anxiolytiques, qui sont administrés par la sécurité sociale sans que nous soyons avertis de manière fiable des risques possibles. Dans de nombreux cas, on nous administre même les deux médicaments sans évaluation des effets secondaires possibles. Aujourd’hui, il est clair que notre système cognitif est affecté et que, surtout chez les personnes d’un certain âge, les fonctions motrices peuvent même être altérées.

Photo de Nastya Dulhier

Il n’est pas surprenant qu’en 2004 déjà, Julio Bobes, professeur de psychiatrie à l’université d’Oviedo, ait déclaré avec satisfaction que « le niveau plus élevé de formation continue du personnel de santé a contribué à l’identification précoce des troubles mentaux et à une meilleure gestion des médicaments psychotropes ».

De nos jours, il suffit de se laisser pousser la barbe, de se décoiffer et de se rendre chez son médecin généraliste avec un air sinistre, de prendre un café pour maintenir sa tension artérielle et de lui raconter une histoire négative de sa vie, qui n’a pas besoin d’être vraie, pour que l’on diagnostique automatiquement une dépression et que l’on vous prescrive un traitement intéressant dont il ne faut pas lire les instructions. Peut-être parce que parmi les effets négatifs, il est très probable qu’il soit indiqué que le produit peut conduire à la dépression. Le merlan qui se mord la queue signifie que dans les contre-indications des pilules qui sont données pour la dépression, vous pouvez trouver qu’elles sont porteuses de la même maladie mentale que vous êtes censé vouloir combattre.

Il y a quelques jours, Alejandro Sanz, une star de la musique mondiale, a écrit ce qui suit sur Twitter, ce qui a déclenché un signal d’alarme dans le monde entier :

Je ne vais pas bien. Je ne sais pas si cela peut aider, mais je tiens à le dire. Je suis triste et fatiguée. Au cas où quelqu’un d’autre penserait qu’il faut toujours être une brise marine ou un feu d’artifice un soir d’été. Je me fraye un chemin… Je vais arriver à la scène…,

On a commencé à parler de la santé mentale dans les journaux, dans les talk-shows, dans les pages des journaux et dans les émissions de radio sur le sujet. Moi aussi, je suis fatiguée et il y a des jours où je ne sens pas la brise marine, ni les méduses, ni les sirènes, et alors ?

Être triste est devenu suffisant pour se droguer (antidépresseurs)

Les industries pharmaceutiques ont gagné sur toute la ligne lorsque nous confondons un état d’esprit normal – chaque jour n’est pas le même – avec la dépression ou la maladie mentale. Ramón Sánchez Ocaña, l’un des journalistes scientifiques les plus connus du début du siècle, a écrit dans son livre El Universo de las drogas, publié par Planeta :

Les antidépresseurs, comme leur nom l’indique, sont des substances destinées à lutter contre la dépression. Normalement, leurs effets indésirables sont associés à la somnolence, au ralentissement des réflexes, à la perte d’attention, à la tendance à prendre du poids… Le problème est qu’on peut en abuser pour contrer une situation de tristesse ou, comme cela a été évoqué récemment, pour faire face à une situation difficile. Certains antidépresseurs ont été qualifiés de « pilule de la timidité ». Le risque, dans la société médicalisée d’aujourd’hui, est de croire qu’il faut toujours être en phase et donc, si ce n’est pas le cas, d’avoir recours à l’aide chimique d’une drogue ».

Antidépresseurs, violence et meurtres

C’est Sánchez Ocaña qui a écrit ce qui précède en 2004. Un an plus tôt, à la fin du mois d’août 2003, en Espagne, le lieutenant-colonel et psychologue Rafael Gil de la Haza, 56 ans, qui travaillait dans le service psychiatrique de l’hôpital militaire San Carlos de Cadix, a tué sa fille de 12 ans, Ana Gil Cordero, d’un coup de feu, puis d’un autre pour se donner la mort. La seule chose que tout le monde a articulée pour dire est « ce qui lui est passé par la tête ».

Mais alors qu’il était sous l’effet d’un traitement psychotrope, tout le monde s’accordait à dire qu’il était taciturne depuis plusieurs jours, replié sur lui-même et qu’il aimait sa fille d’une manière exagérée. Pourquoi tous les outils à sa disposition ont-ils échoué ? Rien, pas même la psychiatrie, n’est infaillible. Je dirais même qu’elle n’est guère infaillible.

Quelques jours avant que le lieutenant-colonel et psychologue ne tue sa fille, à Madrid, la Guardia Civil a arrêté une femme qui, selon l’agence EFE : …avait tué son bébé d’un mois à son domicile de Las Rozas (Madrid), et qui a dû être transportée à l’hôpital pour être soignée du trouble psychiatrique dont elle souffre.

Les médias dominants réduits au silence

L’une des questions qui me manquent dans ce type de nouvelles est qu’il n’y a jamais moyen de savoir clairement quel type de psychotropes elle prend et s’il y a un lien entre sa consommation et les idées homicides qui déclenchent certains événements tragiques.

Pour conclure, permettez-moi, dans cette petite approche du monde des antidépresseurs et de leurs conséquences, de faire écho à ce que José Carrión, professeur de biologie évolutive à l’Université de Murcie (UMU), a écrit en novembre 2017 dans le journal La Verdad, dans une chronique magistrale intitulée  » La depresión como alarma inteligente  » (La dépression comme alarme intelligente) :

Les antidépresseurs, dont l’utilisation repose sur l’idée d’une modification de la neurochimie du cerveau, sont le moteur de l’intervention psychiatrique, bien que la science ait démontré leurs faiblesses. Peu de personnes déclarent être guéries par les antidépresseurs, ce qui, je suppose, n’enlève rien à leur intérêt dans des circonstances exceptionnelles où la vie est menacée. Mais il arrive que de nombreuses personnes deviennent dépendantes et, dans certains cas, ils entraînent des effets secondaires désagréables, voire des maladies graves. Une seule dose d’antidépresseurs peut modifier l’architecture du cerveau pendant près de trois heures, créant des perturbations dans notre armée de neurotransmetteurs et une cascade physiologique qui submerge tout. Rien de bien intéressant pour les entreprises pharmaceutiques qui, avec leurs milliers de lobbyistes mandatés, financent plus de 70 % des essais de la FDA, en prenant le contrôle des achats, des ventes, de la recherche, des publications et des médias.

Enfin, le cinéaste Robert Manciero, qui, avec cinq Emmys de l’Académie des arts, des sciences et de la télévision, a décidé de révéler dans un documentaire intitulé Prescription : Suicide ? les expériences de six enfants âgés de 9 à 16 ans « qui, après avoir pris des antidépresseurs, ont tenté de se suicider ». Un documentaire vraiment surprenant, dont la première a eu lieu en 1998 aux États-Unis, le pays, avec l’Espagne, qui consomme le plus ce type de pilules, et qui ne laisse pas le spectateur indifférent.

Bibliographie:

Datos medicamentos: el consumo de antidepresivos crece un 40% (rtve.es)
DSalud nº 88 (1998)
ABC 27/12/2004 (Société)
La Opinion de Murcia 27/08/2013 (Sucesos)
El Mundo 01/09/2013 (Chronique)

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Justice : modification concernant l’indexation des indemnités de procédure

Le projet d’arrêté royal vise à modifier l’article 8 de l’arrêté royal du 26...

Composition et fonctionnement du comité de concertation de la BAEC

La loi du 13 septembre 2023 portant des dispositions diverses en matière de modernisation...

Les Ordres sacrés en procès, le système judiciaire français contre le Vatican

Dans un conflit croissant qui révèle les relations entre les institutions gouvernementales, le Vatican...

SpaceX et Northrop Grumman travaillent sur un nouveau système de satellite espion américain

Entreprise aérospatiale et de défense Northrop Grumman collabore avec SpaceX, l'entreprise spatiale dirigée par...

autres articles

Composition et fonctionnement du comité de concertation de la BAEC

La loi du 13 septembre 2023 portant des dispositions diverses en matière de modernisation...

Justice : modification concernant l’indexation des indemnités de procédure

Le projet d’arrêté royal vise à modifier l’article 8 de l’arrêté royal du 26...

Les Ordres sacrés en procès, le système judiciaire français contre le Vatican

Dans un conflit croissant qui révèle les relations entre les institutions gouvernementales, le Vatican...