19.7 C
Bruxelles
samedi, juillet 20, 2024
AccueilFrançaisAfriqueLe défi des islamistes de Kizan - La réponse de l'Europe est...

Le défi des islamistes de Kizan – La réponse de l’Europe est attendue

Publié le

Les sanctions imposées au Soudan n’apportent pas de solutions pour contenir la confrérie (Al-Kizan), dont les mouvements ont pris des dimensions militaires en recrutant ses membres pour défendre l’armée, en profitant de la situation sécuritaire turbulente pour étendre son influence, et pourquoi pas transformer le Soudan en un incubateur pour le groupe, qui a subi des pertes politiques et généralisées dans le reste des pays arabes.

KHARTOUM – La menace de l’Union européenne d’imposer des sanctions aux principales parties au Soudan pour arrêter la guerre a été un signe de la possibilité d’abandonner sa position froide sur la crise. Elle est restée spectatrice, à l’exception de quelques perceptions qu’elle a présenté de temps à autre, qui ne suggèrent pas qu’elle soit sévère dans ses démarches, ce qui confirme sa volonté d’y mettre fin, à proximité d’une guerre qui pourrait étendre ses étincelles bien loin du Soudan.

L’appel européen à la mise en place d’un cadre de sanctions en septembre prochain traduit une grande inquiétude quant à la poursuite du conflit entre l’armée et les Forces de Soutien Rapide. Cependant, il est dépourvu de toute initiative visant à participer concrètement à la conclusion d’un armistice solide et à la recherche d’un cessez-le-feu. L’Union européenne aurait dû proposer une initiative ou adopter une vision complète de la solution.

Chacun se contente de résonner des slogans et d’observer les perceptions d’ici et là, comme si les répercussions de la guerre s’arrêtaient à l’escalade du dossier de l’immigration clandestine et à la détérioration de la situation humanitaire et ne s’étendaient pas à une menace directe sur les intérêts européens si des extrémistes parvenaient à prendre les rênes du Soudan ou à l’entraîner dans le bourbier amer de la guerre civile.

Les mouvements d’Al-Kizan ont pris une dimension militaire après avoir intégré de nombreux éléments extrémistes dans la guerre pour la défense de l’armée. Les pays occidentaux ne peuvent pas poursuivre des organisations terroristes qui ne cachent pas leurs projets expansionnistes dans la région.

Le chaos suscite l’appétit des forces islamiques au Soudan. Des informations récentes confirment la participation d’organisations extrémistes à la guerre sous le couvert du Parti du Congrès national dissous et du Mouvement islamique au Soudan, ce qui signifie que l’affaire est devenue une menace pour les pays voisins et les parties qui ont des intérêts dans ce pays ou à proximité, sans parler de l’expansion de la ceinture des militants, car leur présence en Afrique de l’Ouest et de l’Est place le Soudan entre les deux mains d’une tenaille qu’il ne sera pas facile de contenir par la suite. La portée des crises humanitaires, économiques et sécuritaires s’élargit.

Ce résultat incitera l’Union européenne à bouger car il entraînera davantage de pertes pour les pays du centre de l’Occident, en particulier la France, dont les intérêts commencent à être exposés à de grands dangers au Mali et au Niger et sur toute la côte ouest-africaine. Si l’on y ajoute le Soudan, une vaste zone se transformera en centres importants pour abriter des extrémistes et des foyers terroristes qui attirent des éléments connus pour cibler l’Occident en général.

Les États-Unis ont mis un pied dans la crise par le biais d’une médiation conjointe avec l’Arabie Saoudite. Les négociations de Djeddah sont presque gelées et ont besoin d’aide pour aboutir à une percée. De nombreux pays africains ont tenté, individuellement et collectivement, de présenter des approches politiques qui n’ont pas encore abouti. Dans le même temps, l’Union européenne se concentre sur les symptômes de la crise sans entrer dans ses détails essentiels. Cependant, ses répercussions sur lui ne se limiteront pas à l’augmentation du nombre de demandeurs d’asile et de personnes déplacées.

Les pays européens ont choisi la dimension humaine traditionnelle de la crise, qui est significative. Ils ont tenté de lui donner un caractère dramatique en parlant fréquemment de meurtres, de bombes, de pillages, de viols et en mettant en lumière certaines tragédies qui suscitent la sympathie.

L’arrêt de la guerre nécessite une lecture attentive afin d’examiner ses causes fondamentales et ce à quoi elle pourrait conduire à l’avenir. Dans les deux cas, tous les doigts pointent vers la présence des restes du régime de l’ancien président Omar al-Bashir infiltrés dans l’establishment militaire soudanais et leur désir de l’employer pour revenir au pouvoir et faire échouer toute tentative d’établir une transition démocratique et un État dirigé par un gouvernement civil, ce qui est l’objectif supposé que l’Union européenne recherche et adopte dans son discours politique par le biais d’envoyés et d’ambassadeurs occidentaux qui se sont rendus au Soudan avant la guerre et ont souligné l’importance que l’establishment militaire quitte le champ de la politique.

Supposons que l’Union européenne connaisse plus tard les aspects négatifs de la scène soudanaise. Dans ce cas, les promesses de sanctions économiques ou les appels politiques n’auront plus de sens, car la crise a des articulations structurelles qu’il faut traiter avec une vision globale. Les initiatives, avec l’appréciation de leur importance et des pays qui les parrainent, n’ont pas encore décrypté la crise soudanaise.

Il ne servira à rien à l’Union européenne de prendre ses distances avec une crise chaude et ouverte sous prétexte qu’il s’agit d’une guerre qui brûle tous ceux qui s’en approchent, de la réduire à l’aspect humanitaire et de se plier aux visions des organisations occidentales, car les éléments politiques et sécuritaires sont essentiels.

Les démarches européennes doivent refléter une partie de la politique et de la sécurité dans les actions entreprises par l’Union ou ses pays. Ce qui a été dit au sujet de leur volonté d’imposer des sanctions semble être un saut sur l’essence de la crise ou une décharge de responsabilité devant le peuple occidental, car tout le monde sait que l’effet de l’arme des sanctions sur les gens est minime. Le Soudan a accumulé une expérience considérable des sanctions américaines qui lui a permis de s’en accommoder pendant près de trois décennies.

La prise de distance de l’Union européenne vis-à-vis de la crise et l’adoption de mesures concrètes sont dans l’intérêt du Kizan (la confrérie islamiste soudanaise).

Peut-être que les informations fournies par la délégation de soutien rapide aux milieux européens ont récemment révélé de nombreux points ambigus sur la réalité de la guerre et ses répercussions, avec la participation d’un membre du Parlement européen d’origine hongroise, Márton GYÖNGYÖSI, membre de la commission des affaires étrangères du Parlement, Anna VAN DENSKY, journaliste, et James WILSON, rédacteur en chef du rapport politique. Dans l’Union européenne, Bjorn HULTIN est un expert en relations internationales et un ancien membre du Parlement européen d’origine suédoise.

La discussion sur le Soudan et le rôle de l’Europe dans la crise a été importante, car il s’agissait de la première action officielle inscrite à l’ordre du jour dans les archives du Parlement. Elle a trouvé un grand écho dans de nombreux milieux occidentaux, car imposer des sanctions aux parties impliquées au Soudan sans participer aux négociations ou proposer des initiatives rendrait la voix de l’Europe inefficace, voire absente. Elle doit prendre sa place dans le débat sur le Soudan.

Les milieux soudanais affirment que les pays de l’Union européenne s’abstiennent de s’engager directement dans la crise et adoptent des mesures pratiques en faveur du Kizan (la confrérie Islamiste soudanaise), ce qui rappelle les doutes antérieurs concernant leur parrainage par certains pays occidentaux.

city during day Sudan

Supposons que ces doutes s’appliquent encore à la situation actuelle. Dans ce cas, les pays européens pourraient se trouver confrontés à une dangereuse série de crises, car Kizan a aujourd’hui un désir impérieux de ne pas vaincre l’armée et d’affronter les forces de soutien rapide, étant donné que son commandant, le lieutenant-général Muhammad Hamdan Dagalo « Hamidti », est leur ennemi numéro un. Au Soudan aujourd’hui, la main militaire oppressive leur barre la route pour revenir au pouvoir.

En outre, les mouvements de Kizan ont pris une dimension militaire après avoir intégré de nombreux éléments extrémistes dans la guerre pour la défense de l’armée. Les pays occidentaux ne peuvent pas poursuivre des organisations terroristes qui ne cachent pas leurs projets expansionnistes dans la région et leur ciblage des intérêts occidentaux. La crainte de voir le Soudan se transformer en un solide incubateur pour ces organisations, alors pressenties, ne fonctionnera pas. Ou encore les menaces de l’Union européenne face à la réalité enchevêtrée du Soudan.

Publicité
spot_img

Autres articles

Marchés publics pour l’Asile et la Migration

Sur proposition de la secrétaire d’État à l’Asile et la Migration Nicole de Moor,...

Modification des conditions de recrutement de Fedasil

Sur proposition de la secrétaire d’État à l’Asile et la Migration Nicole de Moor,...

Décision Historique de la Cour Suprême Espagnole : La Victoire Retentissante de la CCHR contre les abus Psychiatriques

La Cour suprême espagnole a rendu une décision historique et sans précédent en faveur...

Les jeunes ambassadeurs s’unissent pour les droits de l’homme, la justice et la paix à l’ONU à New York -europeantimes.news-

KingNewsWire. 52 jeunes représentants de 35 pays, rejoints par plus de 400 responsables...

autres articles

Décision Historique de la Cour Suprême Espagnole : La Victoire Retentissante de la CCHR contre les abus Psychiatriques

La Cour suprême espagnole a rendu une décision historique et sans précédent en faveur...

Scientologie et le Pouvoir du Volontariat Révélés dans un Documentaire Révolutionnaire

Bruxelles, le 31 janvier 2024 - Alors que le monde continue de traverser pandémies,...

Réalités du Règne de Mohammed VI : Un Bilan Éloquent et des Perspectives Prometteuses malgré l’Appel Pressant au Changement Gouvernemental

Au cours des années, le règne de Mohammed VI s'est démarqué par des réalisations...